close
  • chevron_right

    Le trou de la Sécurité sociale a presque disparu

    Laurent Espitallier – Wednesday, 20 March - 20:32

Sécurité sociale : le déficit divisé par 4, du jamais vu depuis 2001

Plus une confirmation qu'une découverte...

Comme il n’y a pas de prix au sens propre dans la santé, mais des tarifs fixés de façon administrative, et que la plupart des biens médicaux, les visites chez le médecin, les médicaments, sont quasi gratuits, la demande est inépuisable. La seule façon de contraindre la demande, c’est de rationner l’offre. Ce n’est pas véritablement un marché, contrairement aux autres secteurs de l’économie.


C’est notamment pour cela qu’on ferme des lits d'hôpitaux. Dans un système gratuit, le rationnement est le seul moyen de faire des économies. C'est pour cela qu'on bloque chaque année la croissance des dépenses de santé, bien en dessous de la croissance spontanée, qui est de 4%, compte tenu de l'évolution technologique et du vieillissement. C’est pour cela aussi qu’on a le numerus clausus, c’est à dire un nombre limité de médecins admis chaque année. Ce qui explique les pénuries qu’on observe de plus en plus dans le système de soins français.


En revanche, rien n'assure que ces comptes vont être redressés durablement ? À court terme, le système va être amputé de près de 3 milliards d’euros de recettes annuelles. À cause de l’exonération de CSG d’une frange supplémentaire de retraités, après le mouvement des "gilets jaunes". Et de l’exonération de charges sociales pour les heures supplémentaires, qui a été avancée par rapport à ce qui était prévu dans le budget. Il va falloir compenser tout cela.


À plus long terme, c’est l'extraordinaire poussée démographique du vieillissement de la population qui va peser sur les comptes, de deux façons. D'abord sur la santé. En 2040, il y aura 11 millions de Français de plus de 75 ans, c’est plus de deux fois plus qu’aujourd’hui. Et c’est l’âge à partir duquel les dépenses de santé augmentent fortement, tout comme le risque de dépendance. Et sur les comptes de la branche retraite, aujourd’hui proche de l’équilibre. Le ratio cotisant-pensionné va encore se détériorer.

#économie #santé #france

  • chevron_right

    Contact publication

    Timothée Jaussoin – Friday, 8 March - 16:15 edit

Propagande totalitaire, démonstration sur LCI - Par Daniel Schneidermann | Arrêt sur images

La #France se prend une leçon de l'#ONU et on a le droit à une magnifique démonstration complotiste sur le plateau de #David#Pujadas sur #LCI.

Encore un coup de la #FranceInsoumise!
  • Radio Isa on Twitter

    “Des tracteurs, cyclistes et un cheval.... Entre 380 et 500 #GiletsJaunes (chiffres organisateurs) manifestent ce midi à La Tour-du-Pin. #Acte10”

  • favorite

    2 Like

    Menacing Motzart , Timothée Jaussoin

  • person chevron_right

    La ZAD: Another End of the World Is Possible

    paulfree14 – Wednesday, 11 April, 2018 - 15:18

You've heard about #ZAD #NDDL and being curious what it is, how it evolved, it's current eviction and it's struggles against powers within and against state repression?

crimethink published a great article covering it all:

''La #ZAD: Another End of the World Is Possible Learning from 50 Years of Struggle at Notre-Dame-des-Landes

#France #resistance #squatting

  • La ZAD: Another End of the World Is Possible

    A complete history of the ZAD, the occupation that blocked an airport in France, from its prehistory in the 1960s to its triumphant victory and subsequent betrayal. A must-read for movement strategy.

The reason police exists, is to enshure a self-determined way of life that is tackeling the hegemony, controled by the rulling class, to be destroyed.

Images from la #ZAD in #france. If you give legitimacy to the #police, pls rethink your position. In fact they are a threat to humanity.

#ACABRO -> All Cops Are By Role Opressors

  • chevron_right

    Commentaire sur “Nouailhac - Les secrets inavouables des cheminots français”.

    rydroid – Monday, 20 June, 2016 - 21:05 edit

La SNCF est un monde à part dont nul ne parvient à cartographier les avantages et les privilèges.

C'est comme même beaucoup plus facile que pour les 1% les plus riches. C'est aussi beaucoup moins risqué.

J'aimerais bien que Le Point fasse une cartographie des avantages de François Pinault, propriétaire en bonne partie du journal et "59e fortune mondiale en 2012 et troisième française avec un patrimoine professionnel de 8,1 milliards d'euros" d'après Wikipédia.

après avoir subi 15 jours de grève pendant ce mois de juin et 23 jours depuis le début de l'année

Qui ne se sont pas forcément payés.

l'entreprise SNCF et son actionnaire, l'État, vont devoir supporter de nouvelles charges et de nouveaux déficits. Il leur faudra signer de nouveaux chèques en blanc

Comme pour Le Point... Presque 5 millions d'euros en 2013, pourquoi ne refuse t'il pas ces saletés d'aides ? http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/33224-presse-subventionnee-les-20-journaux-les-plus-aides-par-l-etat#le-pointhttps://www.arretsurimages.net/breves/2014-01-23/Le-Point-sur-les-subventions-du-Point-id16773

Dans le même temps, des "gauchos" arrivent à exister avec bien moins. https://www.monde-diplomatique.fr/2014/11/FONTENELLE/50945https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-12-19-aides

"Ainsi, il y a un « problème de dette publique ». Mais au fait, d’où vient-il ?... Ça n’est pas le genre de question que les promoteurs du thème aiment spécialement à poser : le fait, ou plutôt l’affirmation d’un supposé fait, leur suffit puisqu’il n’est besoin de rien d’autre à leurs yeux pour justifier d’avoir à faire quelques progrès supplémentaires dans le démantèlement de l’État social." "La « bête » bien sûr, c’est l’État, dont le dépérissement sera organisé par un processus méthodiquement conduit d’attrition fiscale : commencer par le priver de ses recettes pour forcer l’ajustement de ses dépenses."

Le Point ne se pose visiblement pas ce genre de questions. Il diffuse par exemple largement des informations sur l'Euro 2016 organisé par l'UEFA qui profite du privilège de ne payer aucun impôt grâce à ce gouvernement de laquais, ce journal se constitue donc complice de cette mafia légale. http://www.lelanceur.fr/4-milliards-deuros-le-vrai-prix-de-leuro-2016/

Les vrais journalistes y sont interdits de séjour pour une bonne raison : on y a beaucoup trop de choses à cacher.

J'aimerais bien une définition du "vrai journalisme" selon Le Point (la vidéo de Usul sur le sujet avec David Pujadas et Acrimed pourraient les aider...).

Bizarrement sur le TAFTA/TTIP, qui fait beaucoup plus débats dans la société civile et qui a une importance d'une autre ampleur, Le Point est beaucoup moins virulent sur le manque de transparence. https://www.wikileaks.org/ttip/https://www.collectifstoptafta.org/tafta/

des augmentations de salaire très généreuses et permanentes, supérieures de 2,5 % en moyenne au taux de l'inflation

J'en connais des bien supérieures...

Quant à Philippe Martinez, le moustachu de la CGT qui a conduit ses troupes – entre autres actions féroces – jusqu'à vouloir museler tous les quotidiens français, couper l'électricité à 125 000 foyers de Saint-Nazaire

Quotidiens qui donnent toujours la parole aux mêmes... qui musellent le plus l'autre ? Je ne me souviens pas trop que "les quotidiens français" aient été beaucoup émus de l'épuisement monétaire de la BCE vis-à-vis de la Grèce.

Ce serait la moindre des choses pour cet agitateur violent qui a pris la défense de ses « lanceurs de pavés », dénoncé « un procès d'intention » contre la CGT et affirmé sans pudeur que son syndicat « ne porte aucune responsabilité sur ce qui se passe en marge des manifestations ».

A-C-C-A-B-L-A-N-T.

Martinez, qui a véritablement cherché à saboter l'Euro, déclarait sa passion pour le football, lui qui fut entraîneur-joueur de l'équipe de foot de Garches, un charmant bourg résidentiel de la banlieue ouest de Paris.

Voila ce qu'est le sport pour Le Point : du divertissement à grands coups de professionnels et de publicités. Avec cette définition, je n'aime pas le sport, pourtant j'aime en pratiquer avec ma définition qui n'inclut pas que des activités lucratives.

Qui nous libérera de ces grands malades sociaux ?

Il y en a qui voit d'autres malades.

Bref, comme d'habitude, du tri sélectif.

N’hésitez pas à partager, hors citations ce message est sous la licence Creative Commons 0 (donc dans le domaine public volontaire). J'ai aussi publié ce message sur diaspora*.