close
  • Jo chevron_right

    Est-ce que le hashtag sert encore à quelque chose ?

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Yesterday - 10:00 · 5 minutes

Le Hashtag.

Il y a plusieurs jours, suite à un débat entre deux candidats démocrates à l’élection présidentielle américaine, Elisabeth Warren et Bernie Sanders, un hashtag est apparu dans les tendances sur Twitter et a fait polémique . Le #NeverWarren a été utilisé à tout-va, aussi bien pour critiquer la candidate Elisabeth Warren que pour dénoncer le mouvement à son encontre. Cependant, vue de l’extérieur et sans la connaissance de ce contexte, la conclusion restait la suivante : le rejet d’Elisabeth Warren semblait être une opinion majoritaire à un moment donné sur Twitter. Ce cas ambigu de l’utilisation du hashtag nous ramène à questionner l’utilité même du “mot-dièse” à l’heure actuelle. Permet-il encore de susciter la discussion et le partage autour d’un même sujet ? Est-il devenu une parodie de lui-même ? Ou s’est-il simplement transformé pour servir des besoins différents ?

Un outil participatif par nature

La fonction associée au hashtag est née en 2007 sur Twitter. L’idée provient d’un certain Chris Messina qui propose de rassembler plus facilement les mêmes commentaires, avis et discussions grâce à l’utilisation d’un même mot-lien, précédé d’un symbole dièse. Deux ans plus tard, Twitter démocratise complètement et officiellement le concept. Il est ensuite rapidement repris par d’autres réseaux sociaux comme Instagram, Facebook ou LinkedIn. Les hashtags les plus utilisés – incarnant donc les sujets les plus prisés par les internautes – sont vite recensés dans un top ajusté en temps réel. Campagnes publicitaires, événements sportifs et divertissements s’en emparent alors pour rassembler un maximum de personnes autour d’eux et accentuer ainsi leur visibilité. Son usage devient prépondérant dans le comportement des membres de ces réseaux sociaux. Il permet non seulement de participer et de s’exprimer, mais aussi d’appartenir à une conversation et une communauté. S’il reste encore une marque de fabrique de Twitter, il n’est aujourd’hui plus aussi omniprésent et influent qu’avant. Parmi plus de deux mille votes, sur notre sondage publié sur la page Facebook du Journal du Geek , 81% affirmaient ne plus utiliser le hashtag. Sur le compte Twitter officiel du Journal du Geek , près de 53% des votants confiaient ne plus l’utiliser non plus.

Victime de l’évolution des usages ?

Les progrès technologiques semblent l’avoir surpassé. Le réseau social au petit oiseau bleu fait désormais de plus en plus appel à l’efficacité d’algorithmes pour repérer les sujets et les tendances dominantes. A l’heure actuelle, le top des tendances sur Twitter se partage entre des hashtags et de simples mots ou noms repérés automatiquement par des algorithmes. En dehors de Twitter, si Facebook et LinkedIn n’ont pas vraiment réussi à lui trouver une réelle utilité, il est actuellement très présent sur Instagram . Le réseau social de partage de photos de l’entreprise de Mark Zuckerberg l’exploite néanmoins différemment. Sur Insta, les célébrités et autres influenceurs peuplent leurs publications de hashtags divers et variés. En effet, ils capitalisent sur l’absence de limite du nombre de caractères (toujours présente sur Twitter) pour lier leurs posts à un maximum de sujets, plus ou moins en cohérence avec le leur. L’objectif est ainsi de toucher un maximum de niches ou sujets d’intérêt et donc d’être visible du plus grand nombre.

Pour Anthony Besson, directeur de l’agence française de gestion des réseaux sociaux, Digicomstory, cette disparité est due aux différences d’usage. Du point de vue des utilisateurs, “Instagram se centre davantage sur la découverte de nouveaux sujets, qu’on peut ensuite suivre.” A l’inverse, “Twitter, c’est un grand café du commerce.” D’après lui, l’évolution du hashtag sur Twitter s’est fait en parallèle de l’évolution des mœurs sur ce réseau social. “Twitter est un avant tout utilisé dans le contexte du direct, du temps réel et de tendances éphémères.” La pratique du “live-tweeting” – où un internaute publie plusieurs tweets en réaction à un événement en temps réel – en est, selon lui, la preuve.

Transparence et militantisme

Depuis quelques années, le hashtag s’est émancipé du web. Comme le remarque Anthony Besson, “il est rentré dans la culture AFK ou ‘away from keyboard’.” A l’instar de certains émojis ou des mèmes Internet, le hashtag fait désormais partie de notre conversation orale. “Il est devenu un objet culturel compris de manière universelle” , jusqu’à même devenir le sujet de nombreuses parodies. Cette nouvelle importance culturelle a été marquée par la naissance du “hashtivisme” , le militantisme se basant sur un “mot-dièse” comme #MeToo. “Il est devenu un instrument rendant accessible l’engagement militant à chaque personne disposant d’un smartphone. Il fait tomber les barrières linguistiques et les frontières” , souligne Anthony Besson. Cette utilité peut parfois être détournée, comme dans le cas cité plus haut de #NeverWarren ou encore de #NotMyAriel (au sujet du choix d’une actrice afro-américaine pour interpréter le rôle-titre dans un remake en prises de vues réelles de La Petite Sirène ).

L’autre utilité nouvelle du hashtag est plus discrète. Parmi les influenceurs, artistes et créateurs de contenu qui mettent en avant leur travail sur les réseaux sociaux, le hashtag est même devenu un outil de transparence . Grâce à lui, de tels utilisateurs peuvent ainsi prévenir leurs abonnés ou potentiel public de la sponsorisation ou de la nature publicitaire de certains de leurs publications. “On voit apparaître de plus en plus #ad ou #advertising chez les influenceurs qui souhaitent se conformer avec des règles de transparence en matière de publicité” , indique Anthony Besson. En somme, le hashtag ne se périclite pas, il s’est simplement adapté à l’évolution des usages et de la société en général.

  • Jo chevron_right

    Cette instagrameuse met en scène un faux voyage à Bali… chez Ikea

    news.movim.eu / JournalDuGeek · 7 days ago - 15:40 · 2 minutes

Bali. Crédits : Sushuti / Pixabay.

Bali, ses temples, ses chats, ses volcans, ses couchers de soleil … mais aussi son salon, sa salle de bain et sa terrasse. Les 6 et 7 février dernier, une influençeuse du nom de Natalia Taylor publie sur son compte Instagram une série de photos provenant de son récent voyage à Bali . Toutes les photos sont prises en intérieur et on remarque même des étiquettes et des codes barres sur certains meubles. Comme le montrent les commentaires de ces publications, certains de ses 300 000 abonnés ne doutent pas une seconde de la vraie nature de ce “ voyage “, mais d’autres cernent très vite l’arnaque. La “reine” n’était pas en Indonésie mais dans un magasin Ikea, quelque part aux États-Unis.

Voir cette publication sur Instagram

The queen has arrived 🌊💖 #bali

Une publication partagée par Natalia Taylor (@natalia__taylor) le 6 Févr. 2020 à 2 :51 PST

Voir cette publication sur Instagram

Tea isn’t the only thing I drink.. 😉🥂

Une publication partagée par Natalia Taylor (@natalia__taylor) le 6 Févr. 2020 à 3 :20 PST

Contrairement à ce que l’on peut penser de prime abord, Natalia Taylor n’a pas réellement tenté de berner ses fans . Il semble que son idée n’était pas vraiment de leur faire croire qu’elle était là où elle prétendait être, dans l’idée de renforcer son image de marque, mais plutôt de les tester. Le 10 février, après avoir publié ses fausses photos et “ stories ” de voyage sur Instagram, l’influençeuse poste une vidéo “ making-of ” d’explication sur sa chaîne YouTube (de près de deux millions d’abonnés). Elle explique, qu’accompagnée seulement de sa photographe, elle a improvisé un shooting photo à l’intérieur du magasin. Quant aux vlogs publiés auparavant, elle indique qu’elle a simplement téléchargé des vidéos pré-existantes de l’aéroport de Bali ou de lieux touristiques notoires. Elle avoue aussi avoir eu peur de briser la confiance de ses abonnés avec cette expérience. “J’ai décidé de voir si mes followers tomberaient dans le panneau , déclare Natalia Taylor. Ne croyez pas tout ce que vous voyez sur Instagram.” Son intention était de prouver à quel point le “paraître” était aisé et surtout de dénoncer ces pratiques de faux-semblant. “Cette vidéo est une leçon à retenir , conclut l’auteure de la “fausse fake news”. Certaines personnes mentent volontairement et sans grande difficulté.”

Guide du Routard Bali, Lombok...
Guide du Routard Bali, Lombok...
  • Collectif
  • Éditeur: Hachette Tourisme
  • Édition no. 20192020 (05/22/2019)
  • Broché: 424 pages
  • Hu chevron_right

    La babka, nouvelle brioche préférée d'Instagram

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 7 days ago - 10:54 · 1 minute

RECETTE - Briochée, ronde ou en longueur, fourrée au chocolat. Quelle est cette pâtisserie qui devient tendance sur Instagram? Pour les fans inconditionnels d’“Une nounou d’enfer”, la réponse est vite trouvée: la babka.

Cette brioche fourrée au chocolat, qui s’appelle également “Krantz Cake”, est originaire d’Europe de l’Est, plus précisément de Pologne. Son nom signifie “ grand-mère ” ou “vieille femme” et fait référence à leurs plis aux jupes , mouvement qui ressemble aux formes que la babka peut prendre une fois cuite.

Cette pâtisserie , désignée comme le gâteau du pauvre , était traditionnellement dégustée lors des fêtes de Pâques. Au XXe siècle, la recette arrive aux États-Unis et se transforme petit à petit, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus . Il n’est plus seulement question de la manger lors de grandes occasions et de se cantonner au chocolat. Il devient possible d’en déguster à la cannelle, à la pistache, au thé matcha ou tout autre ingrédient tout au long de l’année. La babka a également changé de forme: de ronde, elle est devenue rectangulaire.

Depuis plusieurs mois, la recette a trouvé sa place sur Instagram. Plus de 100.000 photos ont été partagées sur le réseau social avec le hashtag #babka. Des restaurants ont aussi ouvert en en faisant leur spécialité.

À voir également sur Le HuffPost: L’avocado toast en voie de disparition des restos branchés pour des raisons écologiques

  • image
  • Jo chevron_right

    Instagram explique pourquoi l’app n’a toujours pas de version iPad

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Monday, 17 February - 11:10 · 2 minutes

Instagram a su se tailler une part de lion dans le paysage actuel des réseaux sociaux. Lancée en 2010, la plateforme a par la suite été rachetée par Facebook , qui a su faire fructifier son achat. C’est ainsi qu’Instagram a rapporté près de 20 milliards de dollars l’an dernier, soit 5 milliards de plus que YouTube sur la même période, et représente à ce jour près d’un tiers des revenus engrangés par la firme fondée par Mark Zuckerberg. Disponible aussi bien sur iOS qu’Android, la plateforme n’est toutefois toujours pas adaptée à la tablette d’Apple. Au lieu de cela, les utilisateurs d’iPad doivent toujours se contenter d’une version agrandie de l’app mobile au rendu pour le moins disgracieux.

Y aura-t-il une version iPad d’Instagram un jour ? Adam Mosseri, l’actuel boss de la plateforme, vient de répondre à cette question dans une story postée sur son compte : « Nous aimerions créer une application pour iPad. Mais nous n’avons qu’un nombre limité de personnes, et beaucoup de choses à faire, et ce n’est pas apparu comme la chose la plus urgente à faire dans l’immédiat » , a-t-il indiqué. Le patron d’Instagram ne semble donc pas fermé à l’idée, même si le « nombre limité de personnes » pour adapter l’app à l’iPad prête à sourire, venant d’une firme qui engrangeait à elle seule 20 milliards de dollars l’année dernière.

Après tout, il y aurait bien une place pour Instagram sur l’iPad. Si la plateforme est avant tout orientée vers le partage de photo, on peut également la voir comme un album où découvrir des images intéressantes, usage pour lequel l’iPad serait particulièrement adapté. Par ailleurs, si elles ne sont pas parfaitement adaptées en raison de leurs tailles, les dernières tablettes d’Apple ne s’en révèlent pas moins très capables en photo. Les rumeurs qui circulent à propos du futur iPad Pro évoquent même un bloc photo sensiblement identique à celui des iPhone 11 Pro , qui fait actuellement parti des meilleurs photophones du marché, ce qui pourrait en faire un excellent appareil pour les instagrammeurs en herbe. Il n’empêche que cette version iPad ne semble pas être à l’ordre du jour chez Instagram. À la place, le réseau social a indiqué plancher sur l’arrivée des DM sur la version web du réseau social.

Promo
Nouvel Apple iPad (10,2...
Nouvel Apple iPad (10,2...
  • Écran Retina de 10,2 pouces
  • Puce A10 Fusion
  • Capteur d'empreinte digitale Touch ID et Apple Pay
  • Appareil photo arrière 8 Mpx, caméra avant FaceTime HD 1,2 Mpx
  • Hu chevron_right

    Miley Cyrus transforme un "accident de téton" en provocation envers Instagram

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 16 February - 08:30 · 1 minute

PEOPLE - Depuis 2014, Miley Cyrus est une fidèle du mouvement “Free The Nipple” visant à dénoncer la censure des mamelons des femmes sur Facebook et Instagram. La chanteuse n’a de cesse de tester les limites du réseau social, de façon très directe avec une photo seins nus (supprimée) ou de façon plus insidieuse.

C’est donc tout naturellement que cette semaine, la chanteuse de “Wreckling Ball” a transformé un léger accident de garde-robe en provocation envers Instagram.  Dans une galerie de photos, Miley Cyrus a glissé celle de son mamelon pointant hors de son haut.

Une provocation discrète? Pas du tout. “Swipez vers la droite. Mais dépêchez-vous, prévient l’artiste en légende. Instagram va bientôt retirer ce post.”

Miley Cyrus transforme un

Ces photos ont été prises à la sortie du défilé Marc Jacobs à la Fashion Week de New York mercredi 12 février et postées quelques jours plus tard par la star. Si certains auraient été mortifiés de ce “nip slip” comme disent les anglo-saxons, Miley Cyrus a préféré s’approprier ce moment et le transformer en petit acte militant.

À voir également sur Le HuffPost : Marine Lorphelin veut que les femmes “osent se faire dépister”

  • image
  • Jo chevron_right

    Instagram : les publications bientôt présentées chronologiquement ?

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Friday, 14 February - 17:20 · 2 minutes

Et s’il était possible de remonter le temps et de revenir sur le modèle de fonctionnement original de votre application favorite ? Jane Manchun Wong, une développeuse spécialisée dans le reverse-engineering , a repéré une fonctionnalité cachée, a priori récente, sur Instagram . D’après elle, il s’agirait d’un fil alternatif, en cours de test , qui ordonnerait les publications uniquement selon leur date de sortie.

Ce mode “Dernières publications” permettrait aux utilisateurs de suivre un modèle de défilement chronologique du contenu et donc de retrouver la formule de fonctionnement initial de l’application. En effet, en 2016, Instagram avait abandonné le défilement chronologique pour privilégier les publications jugées les plus pertinentes par ses algorithmes, à la manière de Facebook. Par exemple, depuis peu, ces derniers écartent les comptes avec lesquels les utilisateurs interagissent le moins . Pour s’assurer de n’avoir rien loupé parmi le tri sélectif des algorithmes, il faut “scroller” suffisamment pour qu’apparaisse le message ( “You’re all caught up” en anglais) vous confirmant être tombé sur tous les posts des dernières 48 heures des comptes et sujets auxquels vous êtes abonné. Néanmoins, ce nouveau mode hypothétique ne reviendrait pas entièrement là-dessus. Il se présenterait simplement sous la forme d’un affichage optionnel, accessible en parallèle du fil d’actualité actuel d’Instagram. The Next Web suggère qu’il pourrait être activable via un simple bouton similaire à l’étoile bleue de Twitter, qui permet de “Voir plutôt les tout derniers Tweets”, depuis le fil d’accueil. A noter que si cela n’a rien d’officiel, le fonctionnement d’Instagram est souvent prompt à évoluer. Récemment, l’app s’est notamment détachée de la fonction “Abonné(e)” et a voulu combattre les “ fakes ” en rejetant les photos truquées , même à intention artistique.

Promo
Polaroid Originals - 9015 -...
Polaroid Originals - 9015 -...
  • Format Polaroid original - Facile à utiliser - Autonomie de 60 jours - Flash puissant -...
  • Fonctionnalités d'application via Bluetooth: contrôle manuel complet de la caméra - Double...
  • Objectif standard et portrait: Un pour les portraits, photo de 0, 30 cm à 0, 60 cm. Le...
  • Disponible pour iOS et Android
  • Jo chevron_right

    L’accès aux réseaux sociaux va-t-il être taxé ?

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Wednesday, 12 February - 13:20 · 2 minutes

Unsplash – Annie Spratt

L’avenir de la redevance TV n’a jamais été aussi incertain. Adossée à la taxe d’habitation, elle risque d’être supprimée en même tant que l’impôt local. Or, la redevance TV, ou Contribution à l’audiovisuel public, permet de financer les chaînes télévisées du service public français. À hauteur de 139 euros par foyer disposant d’une télévision, cette taxe rapporte 3 milliards d’euros à l’audiovisuel public. Alors que le gouvernement devra très prochainement rendre un rapport sur la redevance, Laurent Garcia a adressé une question au ministre de la Culture . Le député MoDem s’interroge sur la chute du taux d’équipement TV en France, et celui des capitaux attribués au service public. “Certains concitoyens demandent une suppression de la CAP, car ils considèrent que les programmes proposés ne sont pas à la hauteur des attentes des téléspectateurs, notamment dans le domaine culturel, malgré la diversité et le nombre de chaînes” souligne-t-il dans un texte découvert par NextInpact . L’arrivée des plateformes de SVOD aura renforcé ce désamour des Français pour la télévision, puisqu’en 2018 le nombre moyen d’ordinateurs par foyer dépassait pour la première fois celui des téléviseurs. Depuis septembre, Netflix a passé la barre des 6 millions d’abonnés et le marché de la SVOD représente aujourd’hui 13,6 millions d’abonnements en France.

“Identifier les usagers des réseaux sociaux”

Pour lutter contre ce phénomène, qui entraînera la chute vertigineuse des recettes de la redevance TV , le député propose qu’un impôt sur les réseaux sociaux soit créé. Cette “taxation minime sur chaque connexion à un réseau social” permettra selon lui de réguler l’utilisation des réseaux sociaux. Cela permettra “d’identifier les usagers et par conséquence de limiter les attaques racistes, antisémites, sexistes et homophobes sous couvert d’anonymat.” Quant à savoir comment elle sera mise en place, Laurent Garcia ne donne pas plus d’informations. Il admet d’ailleurs que cette mise en service pourrait être laborieuse. Avant que le gouvernement statue sur le sort de la redevance TV, il a annoncé que celle-ci allait baisser d’un euro pour 2020 , soit 138 euros par foyer. C’est la première fois qu’elle diminue. Pour rappel, le montant de cette taxe s’élevait à 118 euros en 2009.

  • Jo chevron_right

    Facebook : le réseau social a encore la cote en France

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Tuesday, 11 February - 10:54 · 2 minutes

unsplash

Décidément, au classement des réseaux sociaux, Facebook est indétrônable. Alors que la firme peut se targuer de regrouper près de 2,5 milliards d’utilisateurs actifs dans le monde , elle enregistre aussi des chiffres record en France . Au micro d’Europe 1, le directeur général de la branche française, Laurent Solly, revient sur ce succès. “Nous avons, à la fin de l’année 2019, franchi la barre des 37 millions d’utilisateurs. Nous sommes très heureux de cette progression et la satisfaction des utilisateurs est importante pour nous.” Les chiffres annoncés représentent le nombre d’utilisateurs actifs, qui ont liké, commenté ou partagé récemment. Il faut dire aussi que la récente décision d’empêcher l’accès à Messenger sans compte Facebook, a certainement forcé quelques utilisateurs à rejoindre le réseau social. En décembre dernier, Messenger revoyait sa politique et ne permettait plus aux utilisateurs de bénéficier du service dans être inscrit à Facebook, là où seul un numéro de téléphone était demandé.

L’accent sur la sécurité

Malgré ce succès, les bénéfices de la firme sont en baisse et ces chiffres s’expliquent par les investissements de Facebook dans la lutte contre la désinformation et pour la protection des données. Il faut dire que le réseau social n’a plus vraiment la confiance de ses utilisateurs et que cela représente un gros chantier. En octobre dernier, Facebook se lançait dans une guerre contre les DeepFake et développe pour cela une intelligence artificielle. Ce système de désidentification faciale empêche à des intelligences artificielles malveillantes de repérer les contenus qui peuvent être trafiqués. La firme s’est aussi lancée en mars dernier dans la chasse au Revenge Porn , encore une fois avec l’aide de l’intelligence artificielle. Si la firme ne communique pas sur le coût de ses initiatives, Laurent Solly explique, “Notre marge est impactée mais la priorité reste la sécurité des millions de personnes qui utilisent notre plateforme”

Reste à voir si le réseau social maintiendra sa position dominante. Il est suivi de près par une de ses filiales Instagram , qui comptait 1 milliard d’utilisateurs actifs mensuels dans le monde en 2018 .

Huawei P30 Dual (128Go)
Huawei P30 Dual (128Go)
  • Double SIM
  • Android
  • 128Go