close

President warns against ‘finger-pointing’ as country asks why virus containment efforts failed

Israelis are preparing to enter a second national coronavirus lockdown on Friday, facing at least three weeks of tough restrictions that will upend a normally festive period filled with Jewish holidays.

The cabinet released a full list of rules on Thursday, setting out a return to stringent measures Israelis had hoped were behind them when they endured a similar lockdown in spring.

Continue reading...

Israel has twisted its laws and contorted its politics to protect the occupation. The UAE and Bahrain deals won’t create peace

More than a quarter of a century after Yitzhak Rabin and Yasser Arafat shook hands on the White House lawn, Israel has managed to turn its occupation of Palestinian territory from a burden into an asset. What was for so long a liability – the flagrant violation of international law – has now become a valued commodity. Understanding this development is key to explaining why the Israelis are making peace with two distant Gulf states but not their closest neighbours, the Palestinians – without whom there can be no real peace.

Related: UAE, Bahrain and Israel sign historic accords at White House event

Continue reading...
  • Hu chevron_right

    Avec l'accord Israël-EAU-Bahrein, Trump s'érige en "faiseur de paix"

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 15 September - 18:00 · 3 minutes

Benjamin Netanyahu et Donald Trump à Washington lors de la signature d

DIPLOMATIE - “Nous sommes témoins de l’aube d’un nouveau Moyen-Orient”, a déclaré ce mardi 15 septembre Donald Trump alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu signait dans la foulée des accords historiques avec les Émirats arabes unis (EAU) et Bahreïn , qui reconnaissent désormais l’État hébreu .

En amont de cette signature le locataire de la Maison Blanche avait assuré que d’autres pays devraient prochainement se rapprocher et signer des accord. “Nous avons au moins cinq ou six pays qui vont nous rejoindre très bientôt, nous leur parlons déjà”, a-t-il assuré sans nommer ces États. “Je pense qu’Israël n’est plus isolé”, a continué le président américain.

“Journée HISTORIQUE pour la PAIX au Moyen-Orient - J’accueille à la Maison Blanche les dirigeants d’Israël, des Émirats arabes unis et du Royaume de Bahreïn pour signer des accords historiques que personne ne pensait possibles. PLUS de pays à suivre!”, se félicité Donald Trump sur Twitter.

Le président américain a évoqué par la suite l″avènement d’un “nouveau Moyen-Orient”. “Après des décennies de divisions et de conflits, nous sommes témoins de l’aube d’un nouveau Moyen-Orient”, a déclaré le président des États-Unis. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a de son côté qualifié ces accords de “tournant de l’histoire” estimant qu’ils pouvaient “mettre fin au conflit israélo-arabe une fois pour toutes”. Lors de la signature, le Bahrein a appelé de son côté à une solution des deux États. Quant aux EAU, ils ont remercié Netanyahu “d’avoir stoppé l’annexion des Territoires palestiniens”.

Un membre du Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) Ahmed Majdalani avait déclaré ce weekend à l’AFP: “Selon nos estimations, quatre ou cinq pays arabes pourraient être prêts, après Bahreïn et les Émirats arabes unis, à aller de l’avant pour instaurer une paix imaginaire.”

Ahmed  Majdalani n’a pas clarifié les noms de ces pays, mais des sources palestiniennes ont fait référence à l’État d’Oman, du Soudan, de la Mauritanie et du Maroc.

Des roquettes tirées depuis Gaza

Donald Trump n’a, par ailleurs, pas écarté la possibilité d’un accord incluant les Palestiniens. “Les Palestiniens vont totalement devenir un membre, je ne dis pas ça par bravade, je vous assure que les Palestiniens vont faire partie (d’un accord) au moment opportun”, a-t-il ajouté.

Ce n’est pas forcément l’avis des dizaines de manifestants pro-Palestiniens qui se sont réunis ce mardi devant la Maison Blanche pour protester contre la signature des accords . “C’est un coup de poignard dans le dos des Palestiniens”, a assuré à l’AFP Zeina Hutchison, responsable d’une coalition d’associations pro-Palestiniens à l’origine de la mobilisation.

“Je pense que Donald Trump est en train de détruire le Moyen-Orient”, affirme Mark Zayyad, qui porte dans chaque main un panneau où figure une image de la bande de Gaza bombardée sous l’oeil des Émirats et d’Israël.

“Cette paix est mauvaise. Ils offrent notre pays” à Israël “sans notre consentement”, ajoute ce New-Yorkais de 54 ans, qui s’est déplacé à Washington pour la manifestation.

Deux roquettes ont été tirées mardi soir de la bande de Gaza, enclave palestinienne contrôlée par les islamistes du Hamas, vers Israël, a indiqué à l’AFP l’armée israélienne.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi ce vol Israël-Émirats arabes unis est historique

  • Hu chevron_right

    Du cannabis lâché du ciel par un drone à Tel

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 3 September - 18:07 · 1 minute

INSOLITE  - “Lega-legalización ¡Cannabis! De calidad y barato”. Les paroles du groupe Ska-P auraient pu résonner dans Tel-Aviv ce jeudi 3 septembre. Mais c’est sur la messagerie de l’application cryptée Telegram que les mots ont filé: ”“Est-ce un oiseau? Est-ce un avion ? Non, c’est le drone vert qui vous envoie du cannabis gratuit du ciel.”

L’opération de communication particulièrement originale est l’œuvre du groupe prolégalisation “Green drone”. Après avoir promis de l’herbe gratuite sur les réseaux sociaux, l’engin de ces militants a survolé le ciel de la ville israélienne en lâchant des dizaines de pochons du ciel sur la place Rabin, un lieu familier des manifestations et des rassemblements politiques. Avant le décollage, ce message intriguant a été envoyé sur la chaîne Telegram du groupe: “Le moment est venu”.

Usage médical seulement

Dans un communiqué, la police a déclaré qu’elle soupçonnait que les petits sacs étaient remplis d’une “drogue dangereuse” et que les agents avaient réussi à en récupérer des dizaines. Des photos distribuées par la police montraient pourtant ce qui semblait être du cannabis à l’intérieur. Reuters informe que les deux hommes qui utilisaient le drone ont été arrêtés. Des petits malins ont cependant réussi à attraper quelques pochons avant l’arrivée des policiers, comme vous pouvez le voir dans les ci-dessus .

Actuellement, seul l’usage médical du cannabis est autorisé en Israël tandis que l’usage récréatif est illégal, quoique toutefois largement décriminalisé. En mai dernier, le pays a approuvé les exportations de cannabis médical, ouvrant ainsi la voie à des ventes à l’étranger qui pourraient rapporter très gros au gouvernement.

À voir également sur Le HuffPost: Hausse de prix, crainte de pénurie, addicts, les fumeurs de cannabis souffrent aussi du confinement

  • Hu chevron_right

    Des tests du coronavirus à grande échelle sans sortir de sa voiture en Israël

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 21 March, 2020 - 11:08 · 1 minute

INTERNATIONAL - C’était le premier patient testé. Ils seront ensuite 300 le lendemain à utiliser cette installation. Et le surlendemain bien plus encore. Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus , la Croix-Rouge israélienne a installé à Tel-Aviv un drive pour détecter des cas de Coronavirus parmi la population et a testé son premier patient vendredi 20 mars.

Installé sur un parking du parc Hayarkon, Le Magen David Adom (équivalent israélien) de la Croix-Rouge a installé un drive à plusieurs voies. Chaque habitant, autorisé par son médecin à faire le test, peut prendre sa voiture et s’engager dans l’une d’elles pour se faire testé porteur ou non du Coronavirus, tout en restant assis dans leur véhicule. Les personnes malades et qui ne pourraient pas conduire pourront toujours se faire dépister à domicile.

L’association à but humanitaire espère atteindre plusieurs milliers de tests par jour. Ailleurs en Israël, dans les villes de Haïfa, Jérusalem, Petah Tikva, Rishon LeZion et Beersheba de mêmes installations pourraient bien éclore dans les jours qui viennent.

Le ministère israélien de la Santé a de son côté déclaré qu’il y avait 705 cas confirmés de nouveau coronavirus dans le pays en fin de semaine. L’Autorité palestinienne a, elle, fait état de 48 cas en Cisjordanie occupée.

À voir également sur Le HuffPost : À cause du Coronavirus, ces cerfs ont une bonne raison de déambuler en ville