close
  • Co chevron_right

    Municipalités écologistes : vélos, sapins et budgets genrés

    ancapism.marevalo.net / Contrepoints · Yesterday - 03:40 · 9 minutes

écologistes

Par Nathalie MP Meyer.

Déferlante, raz-de-marée, vague verte historique – au soir du second tour des élections municipales du 28 juin dernier, les commentateurs et les intéressés manquaient de mots pour exprimer leur extase face aux fantastiques résultats des listes écologistes.

Ces villes devenues écologistes

Et de fait, après Grenoble décrochée en 2014 par Cédric Piolle, c’était au tour de Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Annecy, Tours, Poitiers, Besançon (pour ne citer que les plus grandes villes) de succomber à la passion des élus EELV pour la multiplication des pistes cyclables et la suppression des affiches publicitaires en ville.

Une « brillante » victoire pour l’immense parti de Voynet, Duflot et Jadot, une victoire qui a même redonné de grandes espérances à la gauche pour 2022, mais une victoire qui souffre cependant d’un niveau d’abstention record (58,4 % après 38 % en 2014), du jamais vu à ce type d’élection locale réputée proche de la vraie vie des vrais gens.

Dans ces conditions, difficile de dire qu’ Éric Piolle a été reconduit à Grenoble par la grâce de sa gestion municipale impeccable puisque son score de 53 % des suffrages exprimés tombe à seulement 18,7 % des inscrits en raison d’une abstention de 64 %. Quant aux nouveaux venus comme Grégory Doucet à Lyon ou Pierre Hurmic à Bordeaux, ils n’ont été élus que par 19 % et 17,5 % des inscrits respectivement. Pas de quoi sauter au plafond.

La pandémie de Covid-19 a évidemment joué, mais n’aurait-elle pas créé un avantage en trompe-l’œil en faveur des partis dont les sympathisants sont également très militants donc plus enclins à se déplacer vers les bureaux de vote en toutes circonstances, y compris dans l’adversité ?

Les écologistes et le sens de l’Histoire

Mais détail sans importance que tout cela, car si l’on en croit le nouveau maire écologiste de Lyon Grégory Doucet, le raz-de-marée écolo devait arriver tôt ou tard et maintenant qu’il est là, plus rien ne saurait l’arrêter. Car voyez-vous, chers amis,

L’écologie est le sens de l’Histoire.

Ce qui est bien avec les écologistes, c’est leur humilité proverbiale, qualité qu’ils partagent d’ailleurs avec tous les constructivistes – vous savez, ces gens qui veulent vous obliger à vivre selon leurs propres canons.

Non seulement ils s’imaginent qu’ils font l’Histoire alors qu’ils ne font que l’actualité, mais ils prétendent carrément qu’ils en représentent le point ultime et éclatant. À les entendre, le 28 juin dernier, l’aspiration universelle au bonheur vert a triomphé des horreurs du « capitalisme productiviste » pour nous entraîner joyeusement vers les délices d’une République sociale et écologique in-dé-pa-ssable ! C’est grandiose.

Grandiose et follement cocasse dans la catégorie lubies, idéologie et obsessions.

Exit le sapin de Noël de Bordeaux

Car si l’on se fie aux premières mesures annoncées par ces nouveaux édiles avides de recomposer le monde à leur façon, il faut croire que le sens de l’Histoire consiste par exemple à… ne plus installer de sapin de Noël sur la grand-place de Bordeaux !

Vous comprenez, un sapin de Noël, c’est un arbre mort , c’est-à-dire un être vivant sensible assassiné par des humains criminellement indifférents aux beautés de la nature, aux limites planétaires et à la biodiversité. Plutôt enchaîner les humains dans des directives absurdes qui entravent leur légitime recherche du bonheur que de toucher à une seule feuille d’un seul arbre !

Le bonheur vert bordelais impose donc d’adopter de toute urgence la Charte des droits de l’arbre signée en 2019 par un groupe de parlementaires réunis à l’Assemblée nationale autour de l’ex-ministre de l’Écologie de François Hollande Delphine Batho, ce que le nouveau maire de Bordeaux Pierre Hurmic compte bien obtenir toutes affaires cessantes avant la fin de l’année :

Ce vélo bienvenu en ville… mais un détestable Tour de France

Le sens de l’Histoire, ce serait aussi d’en finir avec cet événement sportif « machiste et polluant » qui s’appelle le Tour de France , comme l’a déclaré le nouveau maire de Lyon Grégory Doucet, dont la ville accueillait l’arrivée de la 14 ème étape le 12 septembre dernier :

Il est des villes qui ne sont que trop heureuses d’être situées sur le parcours du Tour car c’est pour elles une formidable occasion de bénéficier d’un coup de projecteur retransmis dans le monde entier et d’offrir un moment de fête à leurs habitants et visiteurs. Mais pour un écologiste digne de ce nom, il est inconcevable de s’amuser au-delà d’un certain niveau d’émissions de CO2 et si la parité H/F n’est pas scrupuleusement respectée partout, partout, partout.

Position parfaitement idéologique et donc souvent incohérente car on se demande bien pourquoi Anne Hidalgo (qui bénéficie de l’appui des écologistes au Conseil de Paris) est si contente d’avoir décroché les JO de 2024 à Paris alors qu’ils seront considérablement plus polluants et carbonés que le Tour de France.

En ce domaine, ce dernier évolue d’ailleurs au rythme de la société française : limitation du plastique, organisation de la collecte des déchets, introduction de véhicules hybrides et électriques pour les équipes d’organisation, etc. Le directeur du Tour dit même avoir reçu les remerciements du Parc national des Cévennes après le passage de la 6 ème épreuve qui s’y déroulait.

Quant au machisme qui éclabousserait la chaussée à chaque tour de roue, il ne saute pas aux yeux des nombreuses femmes qui jalonnent le parcours pour suivre les coureurs et qui apprécient à l’égal des hommes une belle épreuve sportive. Il serait d’ailleurs question de ressusciter la version féminine du Tour.

Mais ce qui agace le plus les écologistes, c’est que le Tour de France présente le vélo sous la forme d’une compétition acharnée, coupable à leurs yeux de promouvoir un individualisme méprisable, et non sous la forme d’un moyen de transport quotidien et sympa en alternative à la voiture compatible avec leur idée du « vivre ensemble ».

Écologistes à Lyon : un « budget genré »

Dans le même ordre d’idées, il est question de supprimer les terrains de foot qui occupent souvent le centre des cours de récréation, ne laissant de ce fait qu’une maigre place sur le pourtour pour les filles. Beaucoup trop masculin, le foot, et beaucoup trop compétitif. Bref, beaucoup trop… « genré ». Le grand mot est lâché et c’est une fois de plus M. Grégory Doucet de Lyon qui se dévoue pour promouvoir partout où cela est possible une égalité millimétrée entre les hommes et les femmes.

Le sens de l’Histoire passe donc aussi par la construction d’un budget « genré » . Mais attention : dans ce cas, genré veut dire qu’on abolit les différences de genre tandis que ci-dessus le terrain de foot était dit genré parce qu’il accusait les différences de genre.

Concrètement, il s’agit de réviser le budget municipal ligne par ligne – environ 700 millions d’euros – en évaluant chaque dépense en fonction de sa capacité à améliorer la vie des femmes et à corriger les inégalités entre les sexes :

Nous voulons construire un espace public partagé. Grâce au budget genré, nous allons savoir si une dépense est neutre, favorable ou négative pour l’égalité femme-homme. (Grégory Doucet)

Un projet évidemment grandiose de l’avis de ses promoteurs, qui restera néanmoins très limité pour sa première application en 2021. Outre les terrains de foot à l’école, qui seront remplacés par des arbres et des carrés verts – comme ça, au moins, on est sûr que plus personne ne pourra courir en récré – la mesure se limitera à l’achat de 900 places pour les rencontres de l’Olympique lyonnais féminin (football) afin d’égaler à l’unité près les places achetées pour les rencontres de l’équipe masculine.

Tout cela vous a comme un petit air d’affichage vite fait mal fait. Mais ce n’est qu’un début. L’objectif ultime, qui n’étonnera pas venant d’un élu allié à l’extrême gauche, c’est bien de changer les mentalités et les comportements à coups de dépense publique illimitée.

Grégory Doucet compte ainsi investir un milliard d’euros sur cinq ans dans cette opération de redressement de ses concitoyens, incluant notamment la piétonisation à tout-va pour aboutir à une ville 100 % marchable et cyclable ; menus 100 % bio et 50 % locaux dans les cantines (compliqué donc cher car seulement 6 % des agriculteurs de la métropole lyonnaise sont en bio) ; adoption de l’écriture inclusive dans tous les documents de la mairie de Lyon (mais ça coince) ; et restriction des voyages en avion pour faire de Lyon une grande métropole à rayonnement… local !

On voit déjà Lyon croître et embellir sous l’effet de tant de coûteuses nouveautés…

Mais comprenez bien, chers lecteurs, que ce n’est pas par plaisir que les écologistes décident de rendre tristes tous les bons moments de la vie et de restreindre une à une toutes nos libertés. Les activités humaines sont un poids pour la planète, Lyon est « un poids pour la planète » , la France est un poids pour la planète, le monde développé est un poids pour la planète et l’Homme est beaucoup trop vivant alors que la planète est en danger de mort.

Cette situation exécrable doit cesser, il n’y aura plus d’arbre « mort » de Noël à Bordeaux, point. Et tant pis si le monde développé n’a pas attendu Grégory Doucet et Pierre Hurmic, ni même Hidalgo, Binoche ou Macron, pour montrer la voie d’un développement harmonieux combinant croissance et respect de l’environnement.

Sur le web

  • Hu chevron_right

    À Lyon, neuf millions d'euros dérobés après l'attaque d'un fourgon blindé

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 28 August - 14:14

Neuf millions d

FAITS DIVERS - Neuf millions d’euros ont été volés dans l’attaque d’un fourgon blindé de la société de transport de fonds Loomis ce vendredi 18 août au matin à Lyon, a appris l’AFP auprès du parquet, confirmant une information du Progrès .

Le fourgon blindé a été attaqué à la sortie d’une succursale de la Banque de France, dans le 7e arrondissement de Lyon. Les malfaiteurs armés l’ont incendié avant de prendre la fuite sans faire de blessés.

D’après Le Progrès, le fourgon a été bloqué par deux utilitaires. Les braqueurs ont menacé les convoyeurs pour s’emparer du chargement avant de prendre la fuite dans deux véhicules retrouvés incendiés au sud de Lyon.

À voir également sur Le HuffPost : Coronavirus: un braquage pour du papier toilette à Hong Kong

  • Hu chevron_right

    Agression d'Augustin à Lyon : les filles impliquées donnent une autre version que la famille

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 25 August - 15:24 · 6 minutes

LYON -  Cette histoire échauffe les esprits depuis ce week-end. Cette histoire c’est celle d’un jeune homme de 17 ans, Augustin, blessé à Lyon par plusieurs individus alors qu’il tentait de prendre la défense de filles dans la rue. Un histoire qui n’est pas sans rappeler celle de Marin Sauvajon . Toutefois, les deux filles impliquées témoignent aujourd’hui d’une autre version des faits: elles n’auraient pas été agressées.

C’est le grand frère d’Augustin qui a rendu cette agression publique sur les réseaux sociaux vendredi 21 août. Utilisant un vocabulaire conforme au lexique de l’ extrême droite , l’aîné décrit comment le jeune homme a été roué de coups par “un groupe de cinq racailles colorées” après avoir porté secours à des filles subissant une agression.

“Voyant cela, mon petit frère Augustin de 17 ans, a pris leur défense en retenant ces individus le temps qu’elles rentrent à l’abri dans le Monoprix. À cinq contre lui avec tout l’honneur d’un homme, ils l’ont fracassé gratuitement sans que personne n’intervienne, ni pour les filles, ni pour lui. Bilan de l’intervention de sauvetage contre ces cinq citoyens modèles détestant notre pays: Augustin a plusieurs dents cassées, une fracture de la mâchoire et doit se faire opérer des cervicales”.

Les amis et la famille d’Augustin, contactés par CheckNews , ont expliqué que, selon le frère et la sœur du jeune homme, “il y a eu un coup et ensuite un tabassage en règle par plusieurs garçons”. Aussi, sur CNews sa mère explique:

“Les jeunes filles sont parties au Monoprix et les autres ont encerclé mon fils pour l’emmener plus loin vers l’office de tourisme. Et là il y en a un qui l’a assommé par-derrière, il est tombé. Il se souvient plus de tout, il a été roué de coups, il a la mâchoire cassée, les dents cassées. Quand il s’est réveillé, ils n’étaient plus là”.

Des individus “lourds, insistants”, mais pas d’agression

Une version qui diffère de celle présentée par deux des quatre jeunes filles impliquées. Auprès de CheckNews , ces dernières ont expliqué qu’elles avaient bel et bien été abordées par un groupe de jeunes, mais qu’ils ne les avaient pas agressées. “Ils étaient lourds et insistants mais ils ne nous ont pas touchées du tout”. Et de dénoncer: “Tout ce que les médias ont écrit est faux”.

Les deux jeunes femmes relatent une situation de harcèlement de rue:

“On était quatre copines en tout, on sortait du Monoprix, on était en train de rentrer chez nous. Là, sept garçons sont arrivés, ils nous suivaient, ils nous demandaient nos snaps. Ils étaient lourds et ils insistaient. Avec une copine (les deux autres sont restées à l’écart, Ndlr), on est allées les voir, on leur a dit qu’on était en couple et qu’on n’était pas intéressées. C’est à ce moment-là qu’Augustin et son copain interviennent. Ils parlent avec les garçons, ils leur font remarquer qu’on n’a pas l’air intéressées.”

CheckNews évoque alors une vidéo que l’une des filles a diffusé sur Snapchat et dans laquelle on peut entendre Augustin dire calmement: “Juste, on vous a vus, elles avaient pas l’air très réceptives, on voulait juste s’assurer…”. La suite de l’enregistrement n’est pas audible.

“Un coup de poing” par surprise

Là aussi, les versions de l’histoire diffèrent. Selon l’une des filles “le ton monte, ils commencent à mal se parler et disent qu’ils vont se battre à un contre un. Je me suis interposée, avec ma copine on disait que ça ne servait à rien de se battre. On pensait que ça allait se régler et là un des garçons a mis un coup de poing à Augustin par-derrière, dans la mâchoire. Augustin ne l’a pas vu venir. Il a perdu une dent.”

CheckNews confirme qu’à l’écoute de l’extrait vidéo, dans lequel on ne voit pas le coup, on entend en effet Augustin crier: “ Tu m’as enlevé une dent, fils de pute!”.

“Après le coup, Augustin est tombé, il s’est relevé directement, il n’a pas perdu connaissance. Je suis allée parler au garçon qui lui avait mis un coup, pour lui faire remarquer qu’Augustin lui parlait calmement et que ça ne se faisait pas de lever la main sur lui. Il s’est énervé contre moi, le ton est encore monté, puis enfin ils sont partis. Augustin a voulu leur courir après pour se venger, des garçons qui s’étaient arrêtés devant la scène le retenaient. Les autres, je ne sais pas où ils sont partis, je ne les ai pas revus. Avec mes copines, nous sommes restées une bonne vingtaine de minutes avec Augustin, son copain et les témoins. On a remercié Augustin, on lui a dit qu’on était désolées et on voulait s’assurer qu’il irait bien à l’hôpital”.

Confrontés à cette version des faits, les amis d’Augustin arguent: “Il faut qu’on nous explique comment un seul coup peut avoir cassé une dent, la mâchoire et blessé aux cervicales”.

Un appel à témoins lancé

Le parquet de Lyon a confirmé qu’Augustin a bel et bien déposé une plainte, le dimanche 23 août, auprès de la brigade de gendarmerie de Fontaines-sur-Saône pour des faits de violences volontaires commises en réunion, place Bellecour à Lyon, le 21 août à 23 heures. Selon CheckNews , Augustin a été opéré de la mâchoire lundi. Il devrait sortir de l’hôpital ce mardi et son ITT est en cours d’évaluation, toujours selon le parquet.

Une enquête a été confiée par le parquet au commissariat du II e arrondissement, qui a lancé un appel à témoins. Selon la police, aucun appel n’a été passé aux pompiers ni à la police vendredi soir, ni de la part d’éventuels témoins, ni de la victime. Selon le site d’information LyonMag , qui a révélé l’affaire lundi, l’adolescent s’est rendu à l’hôpital accompagné d’un proche.

Interrogé lundi par l’AFP, un responsable de la supérette présent vendredi soir a répondu n’avoir appris les faits que ce lundi, faute d’avoir vu quoi que ce soit vendredi. La police compte exploiter notamment la vidéosurveillance de la place Bellecour et de ses abords

Menaces de mort envers l’une des filles impliquées

À noter que l’une des filles qui a relayé sa version des faits via Snapchat, et qui contredit donc celle d’Augustin et sa famille, est depuis victime de menaces de mort.

“Tout le monde pense que je crache sur Augustin et qu’en plus on est contre les droits des femmes, mais en fait je trouve ça super qu’il soit intervenu comme ça, rétorque-t-elle. Juste, à la base, je tiens à dire qu’on n’a pas été agressées comme ce qui est écrit”, se défend-elle.

À voir également sur Le HuffPost: Face au tueur de Christchurch, la rage des victimes et des familles

  • Hu chevron_right

    Lyon: l'agression d'Augustin rappelle celle de Marin et fait bondir droite et extrême droite

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Monday, 24 August - 15:15 · 3 minutes

POLITIQUE - Un récit publié dimanche soir sur Facebook enflamme les réseaux sociaux. Il est signé Grégoire Richard, lequel se présente comme le grand frère d’Augustin qui, selon ce témoignage partiellement confirmé par Lyon Mag , a été agressé dans la soirée du vendredi 21 août à Lyon, sur la très fréquentée place Bellecour.

Utilisant un vocabulaire conforme au lexique de l’ extrême droite , l’aîné décrit comment le jeune homme, encore mineur, a été roué de coups par “un groupe de cinq racailles colorées” après avoir porté secours à des filles subissant une agression. “Voyant cela, mon petit frère Augustin de 17 ans, a pris leur défense en retenant ces individus le temps qu’elles rentrent à l’abri dans le Monoprix. À cinq contre lui avec tout l’honneur d’un homme, ils l’ont fracassé gratuitement sans que personne n’intervienne, ni pour les filles, ni pour lui”, écrit le grand frère, dressant le “bilan de l’intervention de sauvetage contre ces cinq citoyens modèles détestant notre pays”: plusieurs dents cassées, une fracture à la mâchoire et une possible opération des cervicales.

Et Grégoire Richard de conclure: “Merci d’en parler et de faire prendre conscience aux personnes ne voulant pas voir la réalité de Lyon et de notre pays face aux nouvelles populations, qu’il faut agir vite face à ces personnes violentes et sans intelligence détestant notre culture nationale française”. Au moment de sa publication, le message ne comportait pas la encore le hashtag #justicepouraugustin ni le lien vers un groupe Facebook du même nom, ajoutés ce lundi 24 août en début d’après midi.

Ce lundi dans la matinée, plusieurs responsables politiques ont vivement réagi sur les réseaux sociaux, notamment du côté du Rassemblement national. Le député Bruno Bilde , le président du groupe RN à la région Bourgogne-Franche-Compté, Julien Odoul ou encore l’eurodéputée Virginie Joron ont été parmi les premiers à réagir publiquement.

Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Frédéric Poisson ont aussi commenté cette affaire, tout comme le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes,  Laurent Wauquiez. “Le courage admirable du jeune Augustin mérite que la violence de ses agresseurs soit frappée lourdement. La place Bellecour ne peut pas être abandonnée à des bandes de sauvages. Il faut refuser cette soumission”, a tweeté l’ancien président des Républicains.

Candidats RN à la ville et à la métropole de Lyon lors des dernières municipales, Agnès Marion et l’ex-insoumis Andréa Kotarac, ont également condamné l’agression. “Depuis l’affaire Marin ( Sauvajon , ndlr ), les politiques n’ont rien fait. Combien de drames faudra-t-il avant qu’ils agissent?”, a tweeté Andréa Kotarac, faisant le parallèle avec l’histoire de cet étudiant qui avait été laissé pour mort à Lyon en 2016 par un groupe de jeunes, alors qu’il s’était interposé dans l’agression d’un couple. Marin Sauvajon avait passé deux semaines dans le coma et s’est vue décerner la Légion d’honneur en 2019.

Sur les réseaux sociaux, l’appel aux partages lancé par Grégoire Richard a largement été entendu. Au moment de la rédaction de cette article, son témoignage comptabilisait plus de 1000 partages sur Facebook. Sur Twitter, l es comptes influents de la fachosphère se sont mobilisés pour faire apparaître le hashtag #JusticePourAugustin parmi les sujets les plus discutés sur le réseau social, ce qui fut fait en début d’après-midi.

Au moment de la publication de cet article, le mot-dièse comptabilisait plus de 11.000 tweets, selon les données fournies par Visibrain , plateforme de veille médiatique. Sur Facebook, un compte de soutien a été créé dans l’après-midi. Peu avant 17h, il comptait plus de 1000 adhésions, dont des membres de la famille d’Augustin. Pour l’heure, aucune information n’était disponible quant à l’ouverture d’une enquête ou une arrestation de suspects. Selon Lyon Mag , une plainte a été déposée par la famille d’Augustin.

À voir également sur Le HuffPost: Ensauvagement? Darmanin sermonné par sa propre majorité

  • Hu chevron_right

    PSG - Lyon en Coupe de la Ligue: Paris remporte la dernière édition aux tirs au but

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 1 August - 07:13 · 3 minutes

Le PSG (sans Kylian Mbappé) a remporté la Coupe de la Ligue contre l

FOOTBALL - Grand Chelem national pour Paris. Au bout de la séance des tirs au but, le club parisien s’est offert vendredi 31 juillet la dernière Coupe de la Ligue de l’histoire aux dépens de Lyon (0-0 a.p., 6-5 t.a.b.), qui rate l’une de ses dernières occasions de se qualifier pour une Coupe d’Europe.

Des adieux haletants, du suspense et de l’angoisse jusqu’à la fin, à défaut d’un spectacle à la hauteur. Malgré des températures caniculaires, l’absence de Kylian Mbappé et les blessures , le PSG a su maîtriser ses nerfs aux penalties pour remporter son 9e titre dans l’épreuve. Un record!

À moins de quinze jours de son quart de finale de Ligue des champions, le 12 août contre l’Atalanta Bergame , Paris achève sa saison domestique par un Grand Chelem, après le gain du Trophée des champions, du Championnat et de la Coupe de France.

“On a remporté quatre trophées, c’était le maximum” en France, s’est félicité l’entraîneur parisien Thomas Tuchel après le match. Le minimum attendu pour boucler la boucle, 25 ans après le gain de la première édition, et faire oublier une saison 2018/19 décevante, où il avait dû céder les deux coupes nationales.

La 1re saison de l’OL sans coupe d’Europe depuis 1997

Incapable de remporter un titre depuis 2012, Lyon n’a pas profité du dernier match officiel français de l’étrange saison 2019/20 tronquée par la pandémie de coronavirus , pour s’offrir un ticket pour l’Europe.

Septième au moment de l’arrêt anticipé de la Ligue 1, l’OL devait l’emporter pour éviter de vivre sa première saison sans coupe d’Europe depuis 1997. Un cataclysme symbolique et financier que le président Jean-Michel Aulas pourra éviter... seulement si son équipe remporte la C1 en août!

Sous les yeux de Mbappé , présent en tribunes pendant la rencontre avant le vivre la séance de tirs au but sur le banc, les Parisiens ont éprouvé toutes les difficultés à emballer la rencontre.

Pourtant, Neymar a tout fait pour ouvrir le score d’entrée de jeu. Après avoir signé la première frappe de la rencontre (5e), le N.10 brésilien a été à deux doigts de loger le ballon dans les filets adverses avec une frappe enroulée imparable mais hors du cadre (8e). La plus grosse occasion du match.

Sans “KM”, à l’origine du but victorieux signé Neymar en Coupe de France vendredi dernier avant de se blesser, son entraîneur Thomas Tuchel a choisi d’apprendre à gagner dans un nouveau système plus prudent: un 4-3-3, où Marquinhos a retrouvé le rôle de sentinelle au milieu.

Les Lyonnais accrocheurs

Malgré les dribbles géniaux de Marco Verratti, ce “plan B” a mis du temps à prendre ses repères face à des Lyonnais accrocheurs, à l’image de leur capitaine Memphis Depay.

Le Néerlandais, qui n’aurait jamais dû jouer cette finale programmée initialement le 4 avril, a été l’un des plus en jambes pendant 80 minutes pour son retour en match officiel depuis sa grave blessure survenue en décembre.

Insuffisant toutefois pour faire la différence mais de bon augure pour décrocher la qualification à l’issue du 8e de finale retour de C1 contre la Juventus Turin le 7 août (victoire 1-0 à l’aller).

À voir également sur Le HuffPost: Les supporters de Liverpool ont célébré leur victoire malgré l’interdiction de se rassembler

  • Hu chevron_right

    Le deuxième tour des élections municipales dans les grandes villes

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Sunday, 28 June - 02:34 · 1 minute

POLITIQUE - Elles vont forcément aimanter les regards et alimenter les conversations. Les villes de plus de 100.000 habitants sont toujours un indicateur du rapport de forces entre les grandes formations politiques. Le soir du 15 mars , seulement six d’entre elles ont connu leur verdict; trois ont été remportés par Les Républicains (Toulon, Reims, Boulogne-Billancourt), deux par des maires de droite (Angers et Caen) et une par un communiste (Montreuil).

Un second tour de ces municipales est donc organisé ce dimanche 28 juin dans 36 de ces grandes villes, notamment dans les trois plus grandes: Paris, Marseille et Lyon. Le match s’annonce plus indécis dans les deux dernières où les écologistes peuvent espérer l’emporter .

Vous trouverez dans la carte ci-dessous les configurations de ce scrutin, organisé trois mois après le premier tour pour cause d’épidémie de coronavirus. On notera que la configuration principale est la triangulaire (dans 19 villes). Il y a aussi 13 duels (dont un qui concerne le premier ministre Edouard Philippe au Havre ) et quatre quadrangulaires.

La couleur représente la famille politique arrivée en tête du premier tour. Le symbole indique si la personnalité en tête est de la couleur du maire sortant (maison) ou d’une autre (porte).

À voir également sur Le HuffPost : Voici à quoi ressembleront les bureaux de vote du second tour ce dimanche

  • Hu chevron_right

    Municipales 2020: tous les sondages à deux jours du second tour

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 26 June - 20:31 · 1 minute

POLITIQUE - Les écolos vont-ils ravir la mairie de Lyon? Marseille va-t-elle quitter le giron des Républicains, 25 ans après l’arrivée de Jean-Claude Gaudin ? Édouard Philippe subira-t-il une claque dans son fief du Havre ? Du nord au sud, les grandes villes seront, dimanche 28 juin, les principaux points chauds du second tour des élections municipales. Avec des victoires de prestige et des déroutes humiliantes à la clé.

Dans le Rhône par exemple, la capitale des Gaules, premier bastion de la macronie pourrait être submergée par la vague écolo. Un récent sondage pour l’élection à la métropole confirme l’avance du candidat Europe Écologie les verts Bruno Bernard devant celui de l’alliance Gérard Collomb-Les Républicains François Noël Buffet . Nombreuses autres enquêtes d’opinion ont été rendues publiques depuis le dépôt des listes officielles.

Certaines, comme à Lyon ou Paris confirment les tendances du premier tour. D’autres, à Toulouse, Marseille ou Lille pronostiquent un résultat final très serré. Pour vous aider à y voir plus clair dans ces élections très incertaines, Le HuffPost a recensé tous les récents sondages effectués dans les villes clés de cette élection, sur la carte à retrouver ci-dessous.

La couleur des points correspond au parti politique du maire sortant. Bleu pour LR, violet pour l’UDI, rose pour le PS, rouge pour les divers-gauche. Et sable pour David Kimelfeld candidat LREM-dissident à la métropole de Lyon.

À voir également sur Le HuffPost : Jean-Luc Mélenchon dédicace des tracts d’Edouard Philippe (avec le sourire)