close
  • Hu chevron_right

    Des fans de Jul attaqués lors de son concert à l’AccorHotels Arena

    news.movim.eu / HuffingtonPost – Yesterday - 14:24

PARIS - Le concert parisien du rappeur marseillais Jul a été émaillé de plusieurs incidents ce mercredi 13 novembre à l’AccorHotels Arena.

Sur les réseaux sociaux, des spectateurs ont notamment filmé de violentes scènes de bagarres au sein de la fosse. Les personnes qui portaient des signes distinctifs de l’ Olympique de Marseille (maillots, t-shirts...) étaient visées par un groupe constitué de 100 à 150 jeunes, habillés en noir et dont beaucoup étaient encagoulés, qui a semé la pagaille et la panique pendant un long moment.

Tout a commencé devant l’AccorHotels Arena quand ce groupe a réussi à forcer une des entrées, non sans avoir déployé au préalable, au-dessus de celle-ci, une banderole où il était inscrit “Marseille Not Welcome” (“Marseille pas les bienvenus”).

Environ 300 personnes qui avaient payé leur billet et qui attendaient encore d’entrer dans l’enceinte ont vu les portes se refermer. Elles n’ont pas pu assister au concert et se sont même fait gazer par la police venue pour disperser ces gens, selon le témoignage d’une jeune femme recueilli par CheckNews .

Une fois l’entrée forcée, le groupe de jeunes s’est élancé vers la fosse, se faisant remarquer avec des fumigènes allumés.

“Un fumigène a été lancé environ un quart d’heure après (l’entrée du groupe dans la salle, voir la vidéo ci-dessous ), il est retombé au milieu de la fosse, a témoigné une spectatrice auprès de LCI . On a voulu partir vers 22h, mais la sécurité avait bloqué toutes les entrées, car des personnes tentaient de s’introduire dans la salle.”

Des bagarres ont alors éclaté dans la fosse, certaines personnes portant des signes distinctifs de l’OM se faisant passer à tabac par des membres du groupe fauteur de troubles. Pendant ce temps-là, le concert continuait sur scène.

Aucune interpellation

Selon LCI, aucune interpellation policière n’a eu lieu durant la soirée. L’ordre a fini par être rétabli tant bien que mal.

Contacté par CheckNews , le service de presse de la salle de concert a confirmé que “l’AccorHotels Arena s’est retrouvé mercredi soir face à une conjonction de facteurs compliqués: des billets falsifiés; un certain nombre de détenteurs de billets arrivés alcoolisés; surtout un groupe de pseudo-supporters ultra du PSG venus pour en découdre avec les spectateurs fans de l’artiste marseillais”.

Sur ce dernier point, le Collectif Ultra Paris (CUP), le seul groupe ultra officiellement reconnu par la direction du PSG, a tenu à “démentir toute implication” de ses membres via un communiqué.

“J’ai vu les images. Je connaissais des gars présents sur place pour le concert et c’est sûr que ça ne vient pas de chez nous. Nous, on n’était pas là, on était au Bataclan”, a par ailleurs déclaré auprès du Parisien Romain Mabille , le président du CUP, alerté par les rumeurs et vidéos sur les réseaux sociaux dans la soirée.

Une partie des membres du CUP se trouvaient au même moment place de la République et devant le Bataclan pour rendre un hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015.

À voir également sur Le HuffPost :

  • Hu chevron_right

    Aux 131 destins brisés et à tous les blessés dont la vie a été saccagée

    news.movim.eu / HuffingtonPost – 2 days ago - 15:33

L

Le vendredi 13 novembre 2015 voilà 4 ans, Paris, notre ville-lumière s’est assombri. Ce soir-là, un voile noir est tombé sur la France, un voile de deuil et de malheur qui plongea notre pays dans un choc et une sidération sans nom. Ce 13 novembre maudit restera gravé dans nos mémoires car il marque pour tous les Français et les Parisiens en particulier la fin de l’insouciance et de la légèreté, laissant place au désarroi, à la peur et à la défiance. “C’est un acte de guerre commis par une armée terroriste, Daech ” avait déclaré, François Hollande, président de la République d’alors.

Ils étaient trois commandos, froids et méticuleux, ils étaient venus pour tuer. À l’entrée du stade de France à Saint-Denis où se jouait un match de foot, à Paris dans les 10ème et 11ème arrondissements, dans les terrasses et au concert au Bataclan . Ils ont tué 131 victimes innocentes* et ont traumatisé à vie 413 blessés. Ces assassins ont tué avec méthode, froidement au nom d’un dieu qu’ils avaient trahi et dont ils insultaient jusqu’au nom par leur fanatisme barbare.

Ce 13 novembre rimera toujours avec une nuit de ténèbres et pourtant à l’origine, c’était une nuit comme les autres à Paris, lumineuse, festive et joyeuse pour ces femmes et ces hommes, fauchés dans la fleur de l’âge. Ils incarnaient le bonheur du quotidien et les petits plaisirs de la vie, si communs à Paris. Ces hommes, ces femmes, étaient jeunes et la plupart avaient moins de 35 ans, ils venaient de toutes les régions de France et dix-huit pays dans le monde ont pleuré leurs noms et porté leur deuil.

Ces victimes innocentes incarnaient la France et le Paris que nous aimons.

Aujourd’hui, nous sommes ici rassemblés dans ce moment grave et douloureux pour rendre hommage à 131 destins brisés et aux centaines de blessés qui essaient coûte que coûte, quatre ans après cette tragédie, de rassembler les morceaux épars de leurs vies saccagées.

J’ai une une pensée émue pour ces victimes innocentes et je leur dis que leurs rires vont nous manquer.

Mes pensées vont aussi aux associations “Life For Paris” et “13onze15″, leur dire combien leur accompagnement a été décisif pour sortir du cauchemar ces centaines de blessés survivants et accompagner le deuil de familles meurtries par la perte d’êtres chers. Notre sollicitude et notre compassion à leur égard sont immenses car leur dignité a été exemplaire, ils n’ont cédé ni à la peur, ni à la haine, ni à la vengeance, puisant dans le souvenir de leurs chers disparus la force d’honorer leur mémoire en restant debout, résilients pour ne pas qu’ils meurent une seconde fois.

Ces victimes innocentes incarnaient la France et le Paris que nous aimons. La France qui défend la liberté d’expression de Charlie, celle qui rie aux terrasses des cafés et celle qui chante et danse au Bataclan. C’est parce qu’ils aimaient la vie qu’ils ont été tués. C’est parce qu’ils défendaient notre mode de vie qu’ils ont été massacrés. Que leurs noms soient à jamais gravés sur les plaques des rues de Paris et je me réjouis que le conseil de Paris réuni la veille de cette commémoration ait décidé d’édifier un jardin mémoriel qui portera la trace de cette tragédie et honorera la mémoire de toutes les victimes.

Un jardin qui sera un havre de verdure et de paix pour se recueillir, flâner seul ou en famille, et réfléchir, loin du tumulte de la ville, pour entretenir cette mémoire vive et si vivante.

En tant qu’ancienne présidente de la commission culture du Conseil de Paris, je sais combien la culture, les arts et l’éducation sont des puissants facteurs pour sortir de l’obscurantisme, des préjugés et de la barbarie. Alors pour honorer ces chers disparus, faisons le serment de continuer à multiplier les concerts, les spectacles, les expositions et continuons à aller au Stade de France, dans les manifestations sportives. Et les prochains jeux olympiques à Paris en 2024 résonneront comme une revanche que nous prendrons sur l’adversité, car nous continuerons d’accueillir le monde et d’ouvrir notre cœur à la joie et au partage.

Car telle est notre détermination, nous ne céderons ni à la peur, ni à la lassitude, ni à la vengeance.

La terrible épreuve que nous avons traversée le 13 novembre 2015 nous a tous meurtris mais elle a forgé en nous une nouvelle identité, celle d’offrir à nos enfants une France plus fraternelle, fière des identités qui la composent, fière de son Histoire, de son mode vie, de sa culture, et de son idéal universel.

* L’attentat a fait 130 morts, mais l’un des rescapés s’est suicidé le 19 novembre 2017.

À voir également sur Le HuffPost :

  • image
  • Jo chevron_right

    La RATP lance Navigo Liberté+, le pass qui s’adapte à vos trajets

    news.movim.eu / JournalDuGeek – 2 days ago - 15:10

Crédits : Fabrizio Verrecchia / Unsplash.

La Régie autonome des transports parisiens (RATP) a lancé aujourd’hui un abonnement et une carte Navigo d’un nouveau genre. Destiné exclusivement aux Franciliens, Navigo Liberté+ s’adapte aux trajets de chaque individu et à leurs fluctuations mensuelles. Le 15 de chaque mois, avec cet abonnement, la RATP facture automatiquement tous les allers et retours effectués par l’abonné durant les quatre semaines précédentes – pas un de moins, pas un de plus. De plus, avec Liberté+, le prix de chaque trajet se réduit : 1,49€ contre 1,90€, le prix d’un ticket pour un aller simple dans les zones 1 et 2 de la capitale. Cette nouvelle carte permet à son détenteur de se déplacer à sa guise dans l’ensemble du réseau de transport de Paris intra-muros : métro, bus, tram, RER, OrlyBus, RoissyBus et – dès le 1er janvier 2020 – noctiliens et bus de longue distance. « La correspondance bus-métro et bus-RER dans Paris est également offerte, ce qui  représente un investissement de 40 millions d’euros par an » , a souligné au Parisien Valérie Pécresse, présidente d’Île-de-France Mobilités. Néanmoins, par manque de gares équipées de valideurs de carte, les trajets à bord des transiliens et RERs des zones extérieures à la capitale ne sont pas couverts et nécessitent toujours un ticket t+ adéquat.

Pour souscrire au Navigo Liberté+, il suffit de créer un compte sur le site Navigo.fr puis de spécifier, dans la rubrique « je gère ma carte », les coordonnées bancaires de l’abonné. L’abonnement – valable en 48h – est sans engagement et les frais de dossier sont gratuits, à l’occasion du lancement. Si l’abonné n’a pas encore de carte Navigo, il en reçoit une en quelques jours chez lui ou dans un centre RATP. Cette formule « s’adresse en priorité aux Franciliens qui prennent les transports de temps en temps, mais pas assez pour souscrire à un forfait Navigo » , a expliqué IDFM.

  • Hu chevron_right

    Un cortège parti du Crous de Paris enfonce les grilles du ministère de l'Enseignement supérieur

    news.movim.eu / HuffingtonPost – 3 days ago - 20:31

MANIFESTATION - “Vidal, démission!” Les étudiants qui manifestaient le 12 novembre contre la précarité en ont profité pour régler leurs comptes avec la ministre de l’Enseignement supérieur , Frédérique Vidal. Parti devant le siège du Crous à Paris, dans le 5e arrondissement, le rendez-vous s’est terminé dans un siège improvisé du ministère, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

Le déclencheur de la manifestation était bien sûr le drame qui s’est déroulé vendredi 8 novembre devant le Crous de Lyon: un étudiant en difficulté financière s’est immolé par le feu, restant aujourd’hui encore entre la vie et la mort. Comme à Lille François Hollande a été empêché de donner une conférence, des centaines d’étudiants s’étaient donné rendez-vous avec pour mot d’ordre “la précarité tue”.

Une fois le rassemblement fini, un cortège de plusieurs centaines de personnes s’est détaché, en continuant à scander slogan contre la politique du gouvernement. En passant devant le ministère de l’Enseignement supérieur, la foule s’en est alors prise aux grilles protégeant le bâtiment: ces dernières n’ont pas résisté très longtemps, cédant sous la pression. Les forces de l’ordre sont alors intervenues, et le cortège s’est dispersé dans le calme.

À voir également sur Le HuffPost:

  • Hu chevron_right

    13-Novembre: Paris va créer un "jardin du souvenir" en mémoire des victimes

    news.movim.eu / HuffingtonPost – 3 days ago - 11:15

Le lieu du

PARIS - Le conseil de Paris a voté ce mardi 12 novembre la création d’un “jardin du souvenir”, dont l’emplacement reste à définir, en mémoire des 130 victimes des attentats du 13 novembre 2015 survenus dans la capitale et à Saint-Denis.

Sur proposition de la maire PS de Paris, Anne Hidalgo , l’ensemble des groupes élus au Conseil ont voté à l’unanimité en faveur de ce “projet mémoriel”, à la veille des commémorations du quatrième anniversaire des attentats. “Différents lieux vont être proposés aux deux associations, 13 onze 15 et Life for Paris, avec l’accord des maires d’arrondissement concernés”, détaille le voeu de l’exécutif parisien.

Ce vote donne ainsi quitus à la Ville de Paris pour “continuer à soutenir ce projet des associations et poursuivre l’accompagnement des victimes”, engager des ”études de faisabilité plus poussées (...) une fois l’implantation arrêtée”.

Une cérémonie d’hommage ce mercredi matin

Le “jardin du souvenir, accessible aux victimes et à leurs familles mais aussi à toutes les Parisiennes et les Parisiens” permettra de “rassembler, témoigner et garder la mémoire des victimes”; et “devra aussi jouer un rôle pédagogique et être un lieu de vie en hommage à toutes les victimes”, selon la Ville de Paris.

Le 13 novembre 2015, neuf hommes avaient attaqué en plusieurs points la capitale française et Saint-Denis, aux abords du Stade de France, à des terrasses de restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés. Ces attentats avaient été revendiqués par l’organisation terroriste État islamique (ou daech en arabe).

Mercredi, une cérémonie se déroulera dans la matinée en présence de la maire de Paris et du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, devant les plaques commémoratives dévoilées en 2016.

À voir également sur le HuffPost :

  • image
5 Global Trends That Will Affect Neck Shirts Fashion Styles List in [Year]

V-neck t shirts for women with long sleeves, waffle knit material, plain color, loose fitting pullover top.
This solid color shirt easily paired with jeans
#nyfw #newyorkfashionweek #tresnyfw #nyc #backinnewyork #fashionweek #fashionlook #runwayfashion #celebritystylist #fashionstylelist #fashiondesigner #hermes #piedaddediego #creamcolored #paris

https://www.turkeycelebs.com/2019/11/5-global-trends-that-will-affect-neck.html