close
  • Mo chevron_right

    Reply to chat messages, a new Movim feature coming soon!

    Timothée Jaussoin · pubsub.movim.eu / Movim · Sunday, 1 November - 15:02 edit

A new useful #feature has been merged into Movim today. It will also be part of the upcoming 0.19 #release.

This change relies on the standard XEP-0201: Best Practices for Message Threads and allows you to #reply to a chat message using any XMPP account using Movim.

You could already find such feature on other chat platforms like #Telegram or #WhatsApp, the flow is also quite similar: on supported messages, click on the reply button and a little preview will appear next to the chat box input, fill in your message, publish, et voilà !

You can also navigate to the original message by clicking on the little preview (if this message is currently shown in the conversation).

Reply to chat messages feature

Enjoy :)

  • favorite

    5 Like

    jkrosado , debacle , Roman Šmakal , eyome , arie

  • Nu chevron_right

    Telegram en a marre des règles d’Apple sur l’App Store

    news.movim.eu / Numerama · Friday, 31 July - 08:26

Telegram

Telegram vient de porter plainte contre Apple auprès de la Commission européenne. La messagerie instantanée accuse l'entreprise américaine de pratiques anticoncurrentielles. [Lire la suite]

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo !

L'article Telegram en a marre des règles d’Apple sur l’App Store est apparu en premier sur Numerama .

  • Jo chevron_right

    « Apple Tax » : Telegram attaque Apple devant la Commission Européenne

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Thursday, 30 July - 16:30 · 2 minutes

Apple en prend décidément pour son grade ces temps-ci. Après Spotify, Epic Games, Netflix, Tinder puis Rakuten , c’est désormais l’application de messagerie cryptée Telegram qui a déposé une plainte contre la marque à la Pomme auprès de l’Union Européenne. Cette nouvelle réclamation vise une nouvelle fois la commission exigée par Apple aux développeurs à chaque téléchargement sur son App Store, à savoir 30%. Ses détracteurs la jugent trop élevée et estiment qu’elle nuit à la concurrence, dans la mesure où Apple interdit le téléchargement d’applications issues d’autres sources.

Cette plainte s’accompagne d’une lettre ouverte de Pavel Durov, co-fondateur de Telegram, intitulée “ 7 mythes utilisés par Apple pour justifier leur taxe de 30% ”. Il s’attaque à plusieurs arguments régulièrement invoqués par Apple dès que cette fameuse commission arrive sur la table. Mais en les passant tous en revue, il apparaît que Durov présente beaucoup d’arguments qui pourraient être résumés en quelques mots : “ Apple est déjà très riche, très populaire et n’en a pas besoin ”. Il faudra certainement des arguments bien plus solides, dans la mesure où il est difficile de prouver objectivement un abus de position dominante ou des pratiques anticoncurrentielles. D’un point de vue légal et juridique, ce sont deux notions extrêmement complexes qui font régulièrement l’objet d’âpres batailles entre multinationales avec des sommes colossales en jeu. On imagine donc que les équipes de Telegram ont préparé un vrai dossier à destination de l’autorité européenne de la concurrence.

Au vu du timing, on pourrait interpréter cette plainte comme une forme d’opportunisme, dans la mesure où plusieurs entreprises notables sont montées au créneau en l’espace de deux mois. Mais en définitive, peu importe que Telegram ait des arguments béton ou surfe sur la fronde anti-Apple. Pour l’instant, le géant continue de rejeter ces accusations en bloc. En juin dernier, une porte-parole estimait qu’il s’agissait de “ plaintes sans fondement d’une poignée d’entreprises qui veulent simplement un trajet gratuit et ne veulent pas suivre les mêmes règles que tout le monde.” Mais chaque nom qui s’ajoute à la liste amplifie encore l’appel d’air, et la “ poignée ” d’entreprises grossit à vue d’œil. Il serait très étonnant que cet épisode soit le dernier de la saga. Reste donc à voir à quel point la grogne contre Apple va enfler, et si cela finira par prendre des proportions suffisantes pour lui forcer la main… mais ce n’est pas gagné : c’est un euphémisme de dire qu’il faudrait un vrai miracle pour que la Pomme décide de son plein gré de saborder une telle machine à cash, et du même coup sa mainmise sur le marché. Autant dire que malgré les protestations véhémentes d’un tas d’acteurs, l’ « Apple Tax » a sans doute encore de beaux jours devant elle.

  • Ar chevron_right

    Telegram files EU antitrust complaint against Apple’s App Store

    news.movim.eu / ArsTechnica · Thursday, 30 July - 13:38

Telegram files EU antitrust complaint against Apple’s App Store

Enlarge (credit: Carl Court / Getty Images )

Telegram, the messaging app, has become the latest company to file a formal antitrust complaint to the EU over Apple’s App Store.

In a complaint to EU competition chief Margrethe Vestager, Telegram, which has more than 400 million users, said Apple must “allow users to have the opportunity of downloading software outside of the App Store.”

In June, Ms Vestager announced two antitrust investigations into Apple, one of which concerned the App Store. Apple’s conflicts with developers over the rules of the App Store have also escalated recently.

Read 12 remaining paragraphs | Comments

index?i=lNalxLywmiY:njSFB80EJgw:V_sGLiPBpWUindex?i=lNalxLywmiY:njSFB80EJgw:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Nu chevron_right

    Craignant la Chine, WhatsApp suspend sa coopération avec les autorités de Hong Kong

    news.movim.eu / Numerama · Monday, 6 July - 17:05

Hong Kong

La messagerie WhatsApp annonce une pause dans sa coopération avec les autorités hongkongaises, le temps d'évaluer les implications de la nouvelle loi sur la sécurité nationale, imposée par la Chine, notamment en matière de libertés individuelles. Telegram a annoncé faire de même. [Lire la suite]

Voitures, vélos, scooters... : la mobilité de demain se lit sur Vroom ! https://www.numerama.com/vroom/vroom//

L'article Craignant la Chine, WhatsApp suspend sa coopération avec les autorités de Hong Kong est apparu en premier sur Numerama .

  • Mo chevron_right

    Chat picture resolver and Telegram stickers

    Timothée Jaussoin · pubsub.movim.eu / Movim · Friday, 15 May, 2020 - 07:50 edit · 3 minutes

Movim 0.18 is planned to be released soon.

In the meantime, let's have a look at one specific feature that is really useful when you integrate Movim with the Spectrum2 - Telegram bridge.

For those that are not aware, XMPP can connect to other chat networks using tools called "transport". One of the most used is called Spectrum2 and can connect to many other networks thanks to its libpurple support.

Telegram transport setup

What will we do here is:

  • Setup telegram-purple in Spectrum2 on Debian
  • Connect it to a XMPP server (here ejabberd)
  • Adapt the transport to integrate with Movim

Setup Spectrum2 and telegram-purple

Here I will not detail the basic installation, the official Spectrum2 documentation is pretty complete.

Once the repository is setup, please install the base package and the libpurple module:

apt install spectrum2 spectrum2-backend-libpurple

For telegram-purple the README is also quite complete

Create a Telegram transport

Once all the packages are setup, we will create a transport configuration file. You can reuse the spectrum.cfg.example located in the /etc/spectrum2/transports/ as a base.

# nano /etc/spectrum2/transports/spectrum_telegram.cfg

This is basically the config file that I used for my own telegram.movim.eu transport:

[service]
server_mode = 0
user=spectrum

jid = telegram.movim.eu
password = spectrumpassword
server = 127.0.0.1
port = 5347
backend_host = 127.0.0.1

users_per_backend=10

backend=/usr/bin/spectrum2_libpurple_backend
protocol=prpl-telegram

web_directory=/home/movim/upload/spectrum
web_url=https://upload.movim.eu/spectrum

[identity]
name=Telegram Transport
type=telegram

[logging]
config = /etc/spectrum2/logging.cfg
backend_config = /etc/spectrum2/backend-logging.cfg

[database]
type = sqlite3

[registration]
enable_public_registration=1

When Spectrum2 will connect to the Telegram network, the stickers will be downloaded as files on the server. By default an ugly path is simply sent to the XMPP clients. We will turn it to a proper URL and let Movim to its magic.

To do that we need to configure the Web Storage module. You can also find more documentation about it there.

web_directory=/home/movim/upload/spectrum
web_url=https://upload.movim.eu/spectrum

It's pretty self explanatory. The downloaded stickers will be put in the web_directory directory. The second parameter, web_url, is basically telling Spectrum2 how to general its URL before sending them in the messages.

Configure ejabberd

Then we need to add a new service in our ejabberd.yml configuration file.

  -
    port: 5347
    module: ejabberd_service
    access: all
    ip: "127.0.0.1"
    global_routes: false
    hosts:
      "telegram.movim.eu":
        password: "spectrumpassword"

Once everything is setup, restart Spectrum2 and ejabberd. For Spectrum2 you can do it using spectrum2_manager or a dedicated systemd configuration file.

Configure our web server

We then need to expose those files to the web. A simple nginx configuration will handle it.

server {
    server_name upload.movim.eu;

    listen 443 ssl http2;
    listen [::]:443 ssl http2;

    …

    root /home/movim/upload;

    location /spectrum {
        alias /home/movim/movim/spectrum;
    }
}

Fix the nasty file rights with Incron

If you start to use your Telegram transport at this point you'll notice that the stickers URLs are returning a 403 Forbidden error.

Indeed, Spectrum2 is writting the files in the directory using it's own rights. And this can't be configured.

We will then use another useful tool called Incron. This tool works like CRON but instead of working on time events, it works on file events.

You can find a pretty complete documentation there.

apt install incron 
nano /etc/incron.allow # add your spectrum user there
sudo -su spectrum
incrontab -e

In the incrontab file well then change dynamicaly the rights of the files once they are wrote in the directory (check the documentation for more details).

/home/movim/upload/spectrum   IN_CLOSE_WRITE          chmod 664 $@/$#

Enjoy your nice Telegram stickers in Movim

In Movim, nothing more to do. With the version 0.18, Movim will try to resolve the incoming messages that contains a URL and see if it's a valid picture. Which is the case for Telegram stickers.

Telegram stickers displayed in the Movim chat

You can also note that it works for any other incoming picture URL, including those sent using Conversations or other XMPP clients.

That's all folks!

#telegram #xmpp #movim #transport #stickers #ejabberd #admin

  • favorite

    7 Like

    norz , Sandeep , U , Marzanna , debacle , Slavko , Felipe

  • 1 Comments

  • 15 May, 2020 ThurahT

    Fantastic that libpurpl is still useful : ) I hope the bridge works out, not that I have any telegram contacts.

  • To chevron_right

    Telegram Piracy Channels Face Blocking After Italian Prosecutor Issues Emergency Order

    news.movim.eu / TorrentFreak · Friday, 1 May, 2020 - 12:37 · 4 minutes

Instant messenging platform Telegram has an estimated 400 million users who use the service to communicate on an limitless number of topics. It is also used for piracy purposes, which has resulted in criticism from copyright holders.

In Italy, significant pressure has been building following complaints from the Federation of Newspaper Publishers (FIEG). According to the association, a sample of 10 Telegram channels, that are specifically used for the illicit distribution of newspapers, have around 580,000 users obtaining copyrighted content without permission.

“The estimate of the losses suffered by publishing companies is alarming,” FIEG President Andrea Riffeser Monti complained earlier this month.

“In a highly conservative hypothesis, we estimate €670 thousand per day, approximately €250 million per year: a figure which I trust that the sector authority wants to intervene against firmly and promptly.”

In light of soaring illicit consumption during the coronavirus pandemic, FIEG said that it had asked local telecoms watchdog AGCOM, which has site-blocking powers, to take “exemplary and urgent measures” against Telegram, which stands accused of not doing enough to tackle piracy. It is a position supported by the European Newspaper Publishers’ Association (ENPA).

“We asked AGCOM for an exemplary measure because we think that the authority has this power but it also has a duty: one cannot witness a daily illegal act, the circulation of copies of newspapers fraudulently,” ENPA President Carlo Perrone told local media this month.

“It is a lack of respect for the work of thousands of serious journalists as well as restricting citizens’ rights to be informed.”

The problem is complex, however. Telegram is based in Russia where even the Russian government, with all its determination, hasn’t been able to block Telegram effectively . Nevertheless, the Italian publishers have been pushing ahead, demanding an intervention in proportion to the economic damages their members are said to be suffering.

Late last week, in response to building pressure from the publishers, AGCOM said it had examined an application from FIEG which demanded that either all pirated copies of its members’ works should be removed from Telegram channels or the platform should be completely blocked. According to AGCOM, it entered into urgent discussion with Telegram which resulted in the platform deleting seven of the eight channels initially reported by FIEG.

The announcement came with words of caution, however. While reiterating that it is committed to protecting copyrights, AGCOM clarified that its interventions can only take place within the limits of relevant local regulations. When violations take place overseas, matters become more complex.

“When the violation occurs on the channels of a site located outside the national territory, as in the case of Telegram, the Authority can only turn to the Italian providers that provide internet access, ordering them to proceed to disable access to the entire site. It is not possible to order selective removal of only illegal content, as this would involve the use of filtering techniques that the Court of European justice has found incompatible with Union law,” AGCOM wrote.

“In the current state of legislation, a possible indiscriminate blocking measure of access to all Telegram channels – such as the one requested by the FIEG – appears to lack the necessary requirement.”

A key factor here is that AGCOM acts as a regulator and as such has limited powers. The Postal and Communications Police and the Guardia di Finanza law enforcement agency, on the other hand, can pursue cases more aggressively. So, while expressing “satisfaction” at the closure of the seven Telegram channels, FIEG said it would also be using those law enforcement avenues to protect its members’ rights.

This morning it became evident that the screw was being tightened further. According to a report from La Repubblica , officers of the Economic and Financial Police Unit of the Guardia di Finanza of Bari arrived at AGCOM’s headquarters in Rome to notify the agency of an unprecedented “emergency preventative seizure order” signed by Deputy Prosecutor Roberto Rossi. This, the publication said, “marked a point of no return in the war on piracy.”

The prosecutor’s case centers around complaints to Telegram over a series of copyright infringement offenses committed by yet-to-be-identified individuals.

“They distributed, transmitted and disseminated in PDF format, magazines, newspapers and books (copyright protected assets), after having illegally acquired them through abusive access to the computer system (or in any case with illegal subtraction from legitimate holders), tens of thousands of files,” the report reads.

In tandem are allegations that alongside the copyright infringement offenses, money laundering is taking place, a crime that can result in a sentence of up to 12 years. the Bari prosecutor’s office states that Telegram has never wanted to assist in identifying the offenders nor disable access to their channels.

As a result, the financial police have been given a mandate to close 19 Telegram channels said to be involved in mass infringement of various publications’ copyrights. However, in the event that Telegram fails to cooperate, local Internet service providers could be required to block access to the channels or, if that is not possible, the entire Telegram service in Italy.

From: TF , for the latest news on copyright battles, torrent sites and more. We also have an annual VPN review.

  • Le chevron_right

    Coronavirus et « fake news » : la faute de l’industrie pharmaceutique ?

    news.movim.eu / LeVentSeLeve · Friday, 3 April, 2020 - 16:00 · 14 minutes

Depuis plusieurs jours maintenant, le volume de posts sur les réseaux sociaux augmente. Coronavirus, Covid-19 (et toutes ses variantes d’écriture) ou encore les hashtags liés au confinement pour ne citer qu’eux ne quittent plus les tendances. Ce désir de partager des éléments de vie ou de s’informer touche beaucoup de gens à l’heure des réseaux sociaux. Avec ce maintien d’un lien social re-configuré vient également la propagation de rumeurs. Comment expliquer leur prolifération ?


À chaque jour, sa fausse information plus ou moins virale. Combien de posts avec des messages émanant de sources secrètes de ministères n’a-t-on pas vu défiler ? Sans relativiser les mesures prises, la viralité des contenus où on voyait des véhicules militaires passer dans les rues a également accaparé l’attention des personnes en télétravail et plus largement de celles et ceux confinés dans leur domicile. En quelques heures, WhatsApp a ainsi pris la place des jadis très à la mode chaînes de mail ou chaînes SMS. Entre les fausses informations et la place des réseaux sociaux pour s’informer concernant l’épidémie, un tour d’horizon du statut de ces derniers semble nécessaire.

L’agence officielle Maghreb Presse a même fait le choix de poursuivre celles et ceux qui partageraient de fausses informations sur les réseaux sociaux en conséquence de la diffusion d’informations concernant la propagation du Coronavirus au Maroc.

En France, des articles qui tendent à recenser les sources « fiables » ont fleuri. France Inter rappelle ainsi dans un article que le site du gouvernement, celui de l’OMS, de Santé publique ou encore les numéros verts constituent des sources fiables. Des sources qu’on oublierait presque à l’heure des chaînes d’information en continu, des flux en continu de publications et d’une défiance forte vis-à-vis des canaux classiques. Ces sites relégitiment les informations officielles qui tendent à être noyées sous le flot d’informations.

Souvent liées à la sphère politique, les fausses informations touchent également le domaine de la médecine. Ce secteur qu’on pourrait penser épargné puisqu’il est le domaine de spécialistes n’échappe cependant pas aux théories étonnantes, à l’inflation de publications où chacun s’improvise expert et estime que sa voix doit être entendue. Comment expliquer cela ?

Des sources d’information multiples : qui produit le discours ?

Sur Telegram, les chaînes d’information – avec une information descendante – et les conversations plus classiques concernant le Coronavirus ont fleuri. Certaines publient plusieurs dizaines de messages par jour. Encore une fois, il est difficile de tracer et de sourcer les informations qui y figurent. Cependant, certaines comptent plusieurs milliers d’abonnés. Si cela est dérisoire à l’échelle de l’ensemble de la population française, cela peut donner naissance à la propagation rapide d’informations sans pour autant savoir qui émet l’information et si elle est fiable.

Capture d

Ces flux extrêmement intenses ne permettent pas le tri et la hiérarchisation, ce qui aboutit par ailleurs à un traitement partiel de la situation et plus largement à une mauvaise information. Celui qui reçoit les notifications se trouve perpétuellement stimulé et n’a pas le temps de prendre du recul. La boucle Coronavirus Info Live regroupe par exemple près de 38 000 personnes au 28 mars 2020 et a pour description : « Infos en direct piochées dans la presse internationale et les réseaux sociaux ; parfois confidentiellement rapportées via mes sources ». Avec les partages vers d’autres boucles, certaines informations sont vues plus de 45 000 fois, sans pour autant qu’on sache qui est à l’origine de la boucle et en acceptant de renoncer à sourcer certaines informations au profit de l’accès à des informations supposées « confidentielles ».

A contrario, certains utilisateurs et adeptes de ces boucles consacrent une attention particulière à sourcer leurs informations, les prouver et optent pour des formules plus classiques de revue de presse. Il s’agit certes d’un partage plus lent de l’information, qui implique par exemple de renoncer à communiquer le nombre de personnes infectées en temps réel, mais cela vaut sans doute mieux.

Bruno Bensaid, à l’origine de la boucle Telegram infos Coronavirus COVID-19 indique ainsi qu’il a restreint l’accès à la boucle en voyant que des trolls postaient dessus. Concernant le contrôle des informations, il explique qu’il « contrôle tout ». « Je ne suis pas sur la boucle tout le temps mais je lis tout et c’est moi qui contribue le plus en termes d’articles. Je fais beaucoup de curation et lis et valide 95 % des articles que je publie. Pour les 5 % restants, c’est que je n’ai pas pu les lire en entier. Ce sont des articles payants auxquels je ne peux accéder. J’essaie de me débrouiller pour sourcer les versions complètes de ces articles quand je peux. Je contribue aussi par des billets d’humeur pour aider mon audience à prendre du recul et se faire une opinion, et interpréter les articles comme il faut, et expliquer pourquoi je les ai choisis ». Il confie être « assez confiant, réaliste et fiable dans la teneur des articles et des chiffres ».

Aussi, s’il n’est pas possible d’être à l’abri des fausses informations, notamment du fait des flux continus d’information, les créateurs de boucles ou de canaux semblent essayer de penser des garde-fous. Sans garantir la véracité des informations, un usager attentif peut séparer les boucles gangrenées par des utilisateurs malveillants des autres.

Ainsi, le désir d’accès à l’information de manière de plus en plus soutenue conduit à accorder sa confiance à des individus ou à des groupes qui n’ont aucune autre légitimité que le nombre de personnes qui les suivent et qui leur confère une forme d’autorité sur un canal d’information spécifique.

Carte des complots, Conspiracy Watch

Le 23 mars, le site Conspiracy Watch a mis en ligne la carte de la théorie des complots sur le coronavirus. Bien que ce site ait donné lieu à plusieurs polémiques , le document participatif produit à propos du coronavirus est extrêmement intéressant. Cette carte alimentée par les internautes se fonde sur plusieurs catégories allant des déclarations officielles aux médias conspirationnistes ou encore aux publications sur les réseaux sociaux. Prenons le temps de nous intéresser à quelques exemples : dans plusieurs pays, le coronavirus est suspecté par des proches des dirigeants – quand il ne s’agit de ces derniers –  d’être une création des États-Unis. C’est par exemple le cas en Chine avec la déclaration de Zhao Lijian ou encore aux Philippines de Vicente « Tito » Sotto III.

La trajectoire de ces théories est intéressante puisqu’elles n’émanent pas nécessairement des réseaux sociaux mais parfois de figures d’autorité qu’elles soient religieuses ou politiques. Ainsi, dans une vidéo notamment diffusée sur le site Egalité et Réconciliation , Thierry Casanovas recommande le jeûne pour « survivre » au coronavirus. Conspiracy Watch rapporte également le cas de Leonard Wilczyński , un prêtre de l’église Saint-Archange-Michaël de Wrocław qui a expliqué que l’épidémie était une punition vitale pour celles et ceux qui vivent dans le pêché (allant des homosexuels aux défenseurs de l’avortement). Aussi, certaines théories lorsqu’elles sont le fait de figures d’autorité (peu importe le canal de diffusion qu’elles emploient) viennent soutenir une vision du monde et se font prescriptrices de pratiques au détriment de tout fondement scientifique.

Capture d Si les théories précédemment mentionnées émanent de personnes qui disposent d’une forme d’autorité dans la vie réelle, ce n’est pas le cas des rumeurs produites sur les réseaux sociaux. Encore une fois, le travail participatif de Conspiracy Watch permet de relever des cas intéressants, comme ce tweet très relayé avec plus de 1300 likes qui reprend l’imagerie antisémite de l’empoisonneur pour expliquer la propagation de l’épidémie. Un utilisateur de Facebook, se servant du réseau social sous le pseudo de Cat Antonio a été partagé 96 000 fois en vingt heures. Dans cette vidéo, il accuse l’Institut Pasteur et l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn d’être à l’origine de l’épidémie. L’Institut Pasteur a depuis porté plainte.

Les réseaux sociaux reconfigurent la définition des leaders d’opinion et de toutes celles et ceux qui peuvent se faire prescripteurs. Ce ne sont pas les diplômes, la place occupée dans la société, les cercles auxquels on appartient qui viennent conditionner la légitimité et la viralité des contenus partagés ; si on fait ici exception des personnes qui bénéficient déjà d’une forme d’audience dans la vie réelle.

Comment qualifier cette information ?

Rumeur, infox ? Comment qualifier dès lors ce qu’on voit fleurir sur les médias sociaux et sur Internet, de la presse aux réseaux ? Des fausses informations, de la désinformation ? Dans le Dictionnaire encyclopédique et critique des publics , Stéphane François indique que le terme « peut être défini comme une technique de manipulation de l’opinion publique par la diffusion d’informations fausses, véridiques mais tronquées, ou véridiques avec l’ajout de compléments faux. L’objectif est de donner une image erronée de la réalité, à des fins politiques ou militaires, à une opinion publique d’un camp adverse.

Il s’agit donc d’une transformation de l’information initiale par une dénaturation de celle-ci. Dans son ouvrage fondateur, Guy Durandin (1993) distingue six éléments caractérisant la désinformation : « la déformation de la connaissance, l’intention de tromper (qui distingue le mensonge de l’erreur involontaire), les motifs de ce mensonge, l’objet de ce mensonge, ses destinataires, ses procédés. En ce sens, la désinformation est également une technique qui vise à substituer l’idéologie à l’information ».

Pour revenir à la genèse de ce qu’est Internet, Noémie Schneider écrit dans son mémoire que « le web est certes un système documentaire, mais c’est aussi un espace social, dans lequel des liens se créent entre différentes personnes, structures, communautés ». Elle étaye ainsi ce qu’Huberman nomme e-cosystem : « Internet est un écosystème complexe dans lequel il est possible d’observer certaines régularités, certains mécanismes semblant obéir à des lois » ( Eric Boutin, Stéphane Amato, Elisabeta Gadioi).

Internet reconfigure le rapport à la désinformation, dans le sens où le fait de classer une information comme élément ou non de désinformation implique de penser des réseaux et de remonter à l’émetteur de l’information. Pourquoi publier une fausse information, non sourcée et donner lieu à de la viralité ?

Le volume croissant des publications sur les réseaux sociaux veut dire quelque chose et participe d’une mise en lumière de celui qui poste par le biais de la « construction d’un moi numérique » (Bernard Harcourt, La société d’exposition ). Vous avez l’impression que votre fil d’actualité tant sur Facebook ou Twitter est saturé de posts ? Que les stories Instagram sont interminables ? Que les stories Facebook deviennent acceptables ? C’est normal.

Avec le confinement, la subjectivité de l’être humain est mise à mal. Dans La Société d’Exposition , Bernard Harcourt explique que la mise en scène de soi est reconfigurée par les réseaux sociaux et que les likes et retweets occupent une place importante dans l’image que les usagers des réseaux sociaux ont d’eux-mêmes. Le volume croissant de publications est ainsi tant un moyen de tromper l’ennui que de se mettre en scène et de se dire qu’on continue à exister dans l’esprit des pairs confinés. Aussi, malgré une vie sociale au ralenti, une activité globale diminuée, les réseaux sociaux demeurent un lieu à (sur)investir en ces temps de confinement tant pour s’occuper que pour soi.

Cependant, le contenu qui vient désinformer n’a pas toujours pour effet de récompenser socialement celui qui est le premier à la poster. Au contraire, avec la loi relative à la lutte contre la manipulation de l’information ou loi Avia, le fait de poster sciemment de fausses informations expose à des sanctions. Cependant, ce texte dont la finalité peut sembler louable n’est pas exempt de problèmes cruciaux qui mettent en jeu la liberté d’expression : qui peut définir ce qu’est une infox ? Quand les membres de La République en Marche discréditent des informations au motif qu’elles seraient fausses, cela pose un problème démocratique crucial sans régler le souci des faux contenus et des théories qui foisonnent. En traitant les commentaires des internautes, en les classant selon deux catégories, le gouvernement fait fausse route et ne fait qu’illustrer une fois de plus par ses lois un régime qui se roidit.

Les réseaux sociaux ont cela d’intéressant qu’ils mettent en lumière le désir d’une information et d’une communication rapide tout en créant les conditions d’un dévoiement des aspects bénéfiques, démocratiques de la viralité.

Des fausses informations et théories qui touchent une sphère pourtant terrain des « spécialistes »

Le problème général de la confiance accordée à la parole officielle n’est pas nouveau, et puise ses racines dans l’existence de mensonges avérés et parfois mortels, répandus par certains responsables politiques et institutionnels tels la déclaration de Colin Powell sur les armes chimiques justifiant l’invasion américaine de l’Irak. Depuis la chute du mur de Berlin et la guerre du Golfe, les manifestations n’en sont que de plus en plus nombreuses et l’accès aux réseaux sociaux ne fait que fluidifier la circulation de ces informations. Les scandales médicaux à répétition n’ont fait qu’étendre la sphère du discrédit au monde médical : l’affaire du sang contaminé, l’affaire du Mediator, la pilule Diane 35 ou encore celle de l’hormone de croissance comptent parmi les plus grandes affaires de ces dernières décennies. Ces affaires ont cela d’intéressant qu’elles peuvent être liées à des intérêts privés, qui font de la santé un nouveau terreau d’épanouissement pour la quête du profit. Les citoyens constatent ainsi régulièrement les agissements criminels de responsables pourtant garants de l’intérêt général, au bénéfice d’une minorité fortunée. La défiance s’installe ici sur des bases légitimes, qui doivent être considérées comme sérieuses, afin de couper l’herbe sous le pied aux complotistes de tout bord, avides de notoriété, agents d’influence étrangère, ou escrocs des écosystèmes numériques.

Les scandales sanitaires à répétition et cette confiscation de la décision publique par le privé ont fait progressivement passer les acteurs de la santé du statut de personnes légitimes, prescriptrices de comportements à des personnes discréditées et soupçonnées de corruption. Cette compromission d’un secteur qui devrait cependant répondre à des logiques scientifiques ont ouvert la porte à des personnes qui cherchent à recréer une cohérence et à diffuser de l’information dans un monde pensé comme volontairement opaque.

Sans excuser celles et ceux qui diffusent sciemment des fausses informations, la porosité et l’intérêt des personnes qui y sont réceptives est également le fait des personnes qui, des décennies durant, ont œuvré au rapprochement des intérêts publics et privés. Le discrédit de la sphère médicale et plus encore, de la scientificité sur laquelle elle repose – il ne s’agit pas ici du personnel médical mais des experts ou de personnes qui sont audibles dans la sphère publique – est similaire à la défiance vis-à-vis du politique.

Aussi, la meilleure solution pour lutter contre les fausses informations et théories du complot est de traiter ses causes. Cela passe très concrètement par la nécessité d’extraire la santé des logiques de profit et de la réintégrer au commun. C’est en décorrélant les objectifs de santé publique de la rentabilité, en redonnant davantage de place à l’État, tant dans la recherche que dans la production, que la confiance des citoyens dans la sphère publique sera restaurée.

Pour aller plus loin :

Huberman, B.A. The laws of the web, patterns in the ecology of information , Boston, MIT Press, 2003, 115 p.

Eric Boutin, Stéphane Amato, Elisabeta Gadioi. Résilience et écosysteme internet. The Second World Congress on Resilience : From Person to Society , Serban Ionescu, May 2014, Timisoara, Roumanie.

L’article Coronavirus et « fake news » : la faute de l’industrie pharmaceutique ? est apparu en premier sur Le Vent Se Lève .