close
  • Ga chevron_right

    Canonical need a little testing hand for a newer Steam package on Ubuntu 20.04

    news.movim.eu / GamingOnLinux · 4 days ago - 14:27

Tags: Steam, Ubuntu, Apps

With Ubuntu 20.04 "Focal Fossa" being released in the next few months, the team over at Canonical are looking for a little help testing their updated Steam package.

To be clear, this is only for the 20.04 release, they're not looking for feedback for earlier versions of Ubuntu.

It's not a drastic change to the Steam package with it pulling in an update from Debian, but this newer build does have updated udev rules for some devices. Canonical also did some of their own tweaks for NVIDIA due to the differences between Ubuntu and Debian.

You will need to use a temporary PPA which will be removed when the test is over, found over here . They need people to try clean installs without any Steam, upgrading from an existing Steam install and purge removals of the steam package. Additionally, testing with a Steam Controller and supported VR devices would help them too.

This is your chance to help ensure the next major version of Ubuntu has a good working Steam package.

You can see their post about it here for the full details.

Article from GamingOnLinux.com
  • Ar chevron_right

    Ubuntu 18.04.4 LTS released Wednesday—here’s what’s new

    news.movim.eu / ArsTechnica · Thursday, 13 February - 01:05

Screenshot of OS in action.

Enlarge / Wherever possible, we recommend most users stick to LTS releases. Today's 18.04.4 update makes that possible for newer hardware, like HP's Dragonfly Elite G1. (credit: Jim Salter)

This Wednesday, the current Ubuntu LTS (Long Term Service) release—Bionic Beaver—launched its fourth maintenance update.

Ubuntu is one of the most predictable operating system distributions in terms of its release cycle—a new version is launched in April and October of each year. Most of these are interim releases, supported for a single year from launch; but the April release of each even-numbered year is an LTS, supported for five years. LTS releases also get maintenance releases as necessary, typically about every three to six months during the support cycle of the LTS.

Today's release, 18.04.4 , is one of those maintenance releases. It's not as shiny and exciting as entirely new versions, of course, but it does pack in some worthwhile security and bugfix upgrades, as well as support for more and newer hardware—such as the bleeding-edge Intel WiFi chipset in HP's Dragonfly Elite G1 laptop, which we reviewed last month.

Read 2 remaining paragraphs | Comments

index?i=QAM25dy2ANg:6uz4O-N_eDQ:V_sGLiPBpWUindex?i=QAM25dy2ANg:6uz4O-N_eDQ:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Ar chevron_right

    Linux on laptops: Ubuntu 19.10 on the HP Dragonfly Elite G1

    news.movim.eu / ArsTechnica · Monday, 27 January - 13:26 · 1 minute

Last month, Ars Associate Reviewer Valentina Palladino treated us to a thorough hands-on review of HP's ultra-sleek, ultra-chic Dragonfly Elite G1. Shortly afterward at CES, HP announced a second-generation Dragonfly Elite, the G2, with Ice Lake CPU, optional LTE modem, and more. We haven't had a chance to get our hands on the G2 yet—but while we wait, we wanted to evaluate the Elite G1 not only with the OEM Windows it ships with, but with a fresh Linux installation.

We can't evaluate a laptop with every possible Linux distribution, but in the case of noteworthy designs like the Dragonfly Elite, we want to at least see if one of the more popular distros installs cleanly, detects all the hardware, and is a good daily driver. Our first try was Ubuntu 18.04.3, "Bionic Badger," the most recent Long Term Support release of Ubuntu. For the most part, the installation went well—the keyboard and touchpad were responsive, the screen looked fine, and so forth—but unfortunately, the Intel Wi-Fi chipset used in the Dragonfly Elite is new enough that 18.04.3 doesn't have an in-kernel driver.

If you're a hardcore Linux type, that might not be enough to stop you—you have many possible options, such as installing a backported newer version of the Linux kernel—but we wanted to see if we could get a "just works" experience rather than a "percussive maintenance required" experience, so we regretfully shelved Ubuntu 18.04.3 and went to the newest interim Ubuntu release—October 2019's 19.10 "Eoan Ermine." Again, the actual installation went fine—but this time, we have Wi-Fi as well without touching a thing. Success!

Read 11 remaining paragraphs | Comments

index?i=t4TGnnS4uow:OtEyVLynmnw:V_sGLiPBpWUindex?i=t4TGnnS4uow:OtEyVLynmnw:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Ga chevron_right

    Stadia also appears to work fine on plain Ubuntu 19.10

    news.movim.eu / GamingOnLinux · Monday, 25 November - 14:50 · 1 minute

Tags: Game Streaming, Stadia, Ubuntu

After recently giving some first impressions of Stadia , mostly played on a desktop with Manjaro Linux I've done some additional testing with plain Ubuntu and the experience is just as good.

While in the previous article I did note about testing on Kubuntu as well, that was quite an older install. Today, the testing unit, a Dell Inspiron 5558, was wiped with Ubuntu 19.10 installed and all updates run. From there, plain Google Chrome was installed and it runs without issues.

However, if you're after Chromium on Ubuntu it's now using a Snap package (even when installed via apt— more on that here ). This didn't have USB input hooked up for the Stadia Controller, so I personally spoke to Canonical today and after a little testing the Chromium Snap has been updated to allow it making it even easier to use. If you prefer Chromium over Google Chrome, once installed on Ubuntu you can just run this in terminal to hook it up too:

snap connect chromium:joystick

You should now be good to go and everything works as you would expect even on a very fresh install of Ubuntu 19.10. You can see a really rough video of it in action over Wi-Fi on our YouTube * .

9733136411574693362gol1.png

We're certainly not alone ( #1 , #2 , #3 , #4 , #5 and so on) in having a good experience on Linux with Stadia, but as always with something so new that also depends on a good internet connection the experience can heavily vary. There are people not having such a good experience too of course.

*We've ordered a capture card, to make doing external captures like this possible in higher quality. A decent camera is also now high up on the list.

Article from GamingOnLinux.com
  • Ar chevron_right

    A detailed look at Ubuntu’s new experimental ZFS installer

    news.movim.eu / ArsTechnica · Thursday, 10 October - 15:43 · 1 minute

Yesterday brought exciting news on the ZFS and Ubuntu fronts—experimental ZFS root support in the installer for Ubuntu's upcoming interim release, Eoan Ermine. The feature appeared in the 2019-10-09 daily build of Eoan—it's not in the regular beta release and, in fact, wasn't even in the "current daily" when we first went to download it. It's that new! (Readers wanting to play with the new functionality can find it in today's daily build, available here .)

For the ZFS newbies

If you're new to the ZFS hype train, you might wonder why a new filesystem option in an OS installer is a big deal. So here's a quick explanation: ZFS is a copy-on-write filesystem, which can take atomic snapshots of entire filesystems. This looks like sheer magic if you're not used to it—a snapshot of a 10TB filesystem can be taken instantly without interrupting any system process in the slightest. Once the snapshot is taken, it's an immutable record of the exact, block-for-block condition of the filesystem at the moment in time the snapshot was taken.

When a snapshot is first taken, it consumes no additional disk space. As time goes by and changes are made to the filesystem, the space required to keep the snapshot grows by the amount of data that has been deleted or altered. So let's say you snapshot a 10TB filesystem: the snapshot completes instantly, requiring no additional room. Then you delete a 5MB JPEG file—now the snapshot consumes 5MB of disk space, because it still has the JPEG you deleted. Then you change 5MB of data in a database, and the snapshot takes 10MB—5MB for the JPEG you deleted and another 5MB for the data that you altered in the database.

Read 17 remaining paragraphs | Comments

index?i=ebDLWbaC-Vw:AKAknnZl5IQ:V_sGLiPBpWUindex?i=ebDLWbaC-Vw:AKAknnZl5IQ:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Mo chevron_right

    Contact publication

    Timothée Jaussoin · pubsub.movim.eu / Movim · Monday, 6 May, 2019 - 11:44 edit

Venez nous voir à l'Ubuntu Party de #Paris pour une petite conférence sur la plateforme #Movim et ses récentes évolutions. La conférence aura lieu Samedi 18 mai à 15:00 - 16:00 à la Cité des sciences et de l’industrie. #conference #UbuntuParty #Ubuntu
  • La chevron_right

    Aide-mémoire Terminal : DPKG (Debian Package)

    news.movim.eu / LaVacheLibre · Saturday, 30 March, 2019 - 21:09 · 3 minutes

dpkg (Debian package) est un outil bas niveau utilisable en ligne de commande, conçu pour la gestion des paquets .deb sous Debian et dérivés. Il permet en autres l’installation, la suppression et la gestion des paquets Debian (.deb), mais aussi la gestion de paquets provenants de sources extérieures aux dépôts apt. dpkg peut également s’avérer utile (voir indispensable) pour intervenir sur un conflit, un blocage d’apt, ou sur la gestion d’un paquet possédant beaucoup de dépendances. Ne gérant pas ces dernières il permet en effet d’intervenir sur un paquet sans bouleverser ses dépendances. Il est d’ailleurs assez souvent utilisé par Synaptic et d’autres gestionnaires d’applications. Enfin dpkg permet d’obtenir pas mal d’informations sur les paquets installés, voir même au besoin d’en recréer un depuis une application déjà installée. Je pose ici quelques commandes que j’utilise régulièrement et comme d’habitude n’hésitez pas à intervenir dans les commentaires pour une éventuelle correction ou pour un complément d’info. Je sais comment et quand je dois les utiliser, mais j’avoue que parfois l’idée que je m’en fais (le descriptif) ne correspond pas toujours à la façon dont elle agissent réellement. Donc n’hésitez pas.

Installation de paquets :

  • Installer un paquet au format .deb :
~$ sudo dpkg -i [paquet.deb]
  • L’option -R (recursive) installera l’ensemble des paquets présents dans un répertoire et ses sous-répertoires) :
~$ sudo dpkg -i -R *.deb

NB : Les deux commandes suivantes m’ont souvent aidé quand une installation c’était mal passée et que quelque chose était manquant ou flingué.

  • Compléter l’installation d’un paquet qui nécessite des dépendances non satisfaites :
~$ sudo apt install -f
  • Reconfiguration de dpkg et pour faire simple, des paquets cassés. Peut être associé (et ou complété) par apt install -f :
~$ sudo dpkg --configure -a

NB : Si un paquet refuse de s’installer il est possible de forcer la chose à l’aide de certaines options, mais je ne vais pas les lister ici. Cela présente des risques qui bien souvent n’en valent pas la peine. Si vous voulez en savoir plus sur le sujet vous pouvez jeter un œil sur cet article .

Suppression de paquets :

  • Supprimer un paquet mais pas les fichiers de configuration associés :
~$ sudo dpkg -r [paquet.deb]
  • Supprimer un paquet et les fichiers de configuration associés :
~$ sudo dpkg -P [paquet.deb]

!!! La commande suivante peut être dangereuse et ne doit être utilisée que dans des contextes bien particuliers. Je la liste quand même car elle m’a déjà sorti de la panade, mais soyez prudents et renseignez-vous avant de l’utiliser !!!

  • Forcer la suppression d’un paquet et de ses fichiers de configuration quand apt se trouve bloqué par exemple :
~$ sudo dpkg --force-all --purge [paquet.deb]

Lister et rechercher ses paquets :

  • Afficher la liste complète des paquets installés sur le système (peut être redirigé dans un fichier texte via >> list.txt ) :
~$ dpkg -l
  • Vérifier la présence et l’état d’un paquet :
~$ dpkg -l [paquet]
  • Lister l’ensemble des paquets liés à une application :
~$ dpkg -l *nom_du_paquet*
  • Afficher la liste paquets contenant le fichier relatif au terme de recherche) (je ne sais pas comment la décrire de manière moins bancale :)) :
~$ dpkg -S [paquet]

Aide :

~$ man dpkg (manuel de dpkg)
~$ dpkg --help (aide de dpkg)

Voilou. La liste est courte mais pour le moment je n’ai jamais eu besoin de plus.

source : doc.ubuntu-fr.org

Dernière modification le 30/03/2019 22h00

  • La chevron_right

    zRam – Un kernel module qui peut être utile

    news.movim.eu / LaVacheLibre · Wednesday, 20 March, 2019 - 18:10 · 4 minutes

Si vous possédez une machine récente embarquant beaucoup de mémoire vive, zRam (ex Compcache) est un module présent dans le noyau Linux dont vous n’aurez sans doute pas à vous préoccuper. En revanche si vous tournez sur un vieux clou et que vous sentez qu’il rame un peu (oui je sais elle est facile celle-là), vous pouvez tenter le coup et essayer d’optimiser un peu votre mémoire vive.

Pour ceux qui ne le savent pas encore les fameuses barrettes de RAM (Random Acces Memory) présentes dans vos ordinateurs, permettent le stockage temporaire de certaines informations afin que votre système puisse y accéder plus rapidement. Quand vous lancez un programme par exemple, celui-ci se charge dans la mémoire vive et pourra au besoin être rappelé et relancé plus vite. C’est très intéressant dans la mesure où l’accès à la mémoire vive est plus rapide que sur un disque dur traditionnel, car contrairement à vos barrettes de RAM celui-ci fonctionne à l’aide d’éléments mécaniques. Le petit bras que vous entendez grattouiller quand vous bossez. En revanche quand une certaine quantité de mémoire vive est occupée son contenu va être déplacé sur le disque dur, qui va alors commencer à swapper. Une zone de celui-ci, le swap, est entièrement dédiée à cette tâche.

Si vous avez bien suivi vous comprenez qu’à se stade vous allez perdre un peu en performances et qu’il peut être intéressant d’optimiser votre RAM afin que celle-ci dump le plus tard possible vers le swap. Pour cela vous avez *deux solutions. Si c’est possible matériellement vous en ajoutez et si ça ne l’est pas vous compressez. C’est la que zRam entre en jeu. Il s’agit d’un module présent nativement dans le noyau Linux, qui permet une fois configuré de compresser les instructions déjà présentes en RAM afin de disposer de plus d’espace pour les suivantes. En un sens cela permet d’augmenter virtuellement la quantité d’espace mémoire disponible. Bien entendu et je le précise car je sais que vous êtes rusés, la mémoire compressée va être de ce fait un peu plus lente. Cela va demander aussi un tout petit peu plus de boulot au CPU, qui devra compresser et décompresser les instructions avant de les traiter. Malgré tout le gain est réel et le ratio restera positif si on compare à un disque dur traditionnel.

La deuxième question que vous pourriez vous poser c’est de savoir si zRam peut-être utile avec un SSD, qui lui ne fonctionne pas avec des éléments mécaniques. Je dirais oui et non. Tout dépend de votre configuration et de votre utilisation. Si vous avez assez de RAM pour que votre SSD n’ait pas à swaper je dirais que vous n’en avez pas besoin. Dans le cas contraire vous pourriez commencer à y réfléchir, car même si les SSD d’aujourd’hui sont moins fragiles que ceux de première génération, swaper dessus activement ne doit pas être très bon à moyen terme. Ça multiplie les cycles d’écriture et je pense, mais c’est un avis personnel, qu’il peut claquer plus vite.

Donc en résumé si vous n’avez pas assez de RAM ou si vous ne voulez pas swaper sur votre SDD, activer zRam peut s’avérer utile d’autant plus qu’il n’y a pas grand chose à faire. Il suffit d’entrer ceci dans votre terminal :

sudo apt install zram-config

Normalement vous n’avez rien d’autre à faire, mais assurez quand même que les modifications aient été prises en compte à l’aide de la commande suivante :

cat /proc/swaps

ou :

swapon -s

Chez moi par exemple, si zRam n’est pas activé j’ai le retour suivant :

Comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessus le retour m’indique que le swap est en un bloc, donc zRam n’est pas actif. Si vous êtes dans ce cas là entrez ceci dans votre terminal :

sudo service zram-config start

Comme vous pouvez le constater ce n’est plus la même chose. les différents espaces sont compressés (ils correspondent aux nombres de cœurs processeurs) et que tout est en place.

On peut le voir également dans l’analyseur de disque.

Si pour une raison spécifique vous souhaitez revenir en arrière et désactiver zRam, il suffit d’entrer ceci dans votre terminal :

sudo swapoff /dev/zram1
sudo zramctl --reset /dev/zram1

Voilà. Ça ne casse pas trois pattes à un canard mais ça peut servir.

*Si vous tournez sur un SSD avant de compresser il peut être intéressant de vous intéresser aux paramètres swapiness. Sur Ubuntu par exemple, le système est prévu pour dumper et commencer à swapper lorsque la RAM affiche un taux d’occupation de 40%. Si sur un serveur cela peut s’avérer utile, c’est un peu moins cohérent sur un PC de bureau. Laisser 60% de RAM inutilisée n’a pas de sens. Si vous voulez en savoir plus à ce sujet vous pouvez jeter un œil là-dessus .

Amusez-vous bien!