close
  • Hu chevron_right

    Canicule: la France, l'Angleterre et l'Espagne font face à la chaleur en plein covid

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 17:17 · 4 minutes

CANICULE - Alerte rouge ou orange pour la majeure partie de la France. Des pics de chaleurs sont prévus sur une grande partie du territoire ce week-end et une partie de la semaine prochaine. Paris et la vallée de la Seine ne sont pas épargnées.

En alerte rouge, la capitale offre également aux Parisiens de nombreuses activités pour leur permettre de se rafraîchir. Au canal de l’Ourcq ou au bassin de la Villette, les Franciliens doivent faire face à ces pics de chaleur et au Covid-19, dont les indicateurs se dégradent , comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article .

“On craint beaucoup la chaleur”

Avec Paris, 15 départements sont désormais placés en vigilance rouge canicule , “du fait du risque de sur-mortalité dans le contexte sanitaire actuel lié à la pollution à l’ozone et au Covid, ainsi qu’en lien avec la sensibilité dans les zones fortement urbanisées”, prévient Météo-France.

“Qui aurait pu imaginer il y a encore deux ans, qu’une partie de la Normandie puisse passer en vigilance Rouge canicule deux étés de suite !?”, a lancé sur Twitter le prévisionniste de Météo-France François Jobard.

“On sort tôt le matin et à partir de midi, on ne bouge plus de l’appartement. La chaleur assomme un peu les enfants”, raconte à l’AFP Ornella, venue, avec ses deux fils de 4 et 6 ans, chercher un peu d’air au Bois de Boulogne.

Même programme pour Roland et Hélène, retraités résidant à Boulogne Billancourt (Hauts-de-Seine). “On craint beaucoup la chaleur”, explique la sexagénaire. Ils sortent tôt le matin “pour s’aérer”, pour “l’hygiène de vie” mais ensuite retournent se calfeutrer dans leur appartement.

Plus de 2000 nouveaux cas

“Hydratez-vous et prenez soin des personnes vulnérables”, rappelle le ministère de l’Intérieur.

Cette canicule “durable” s’est installée depuis jeudi alors que les indicateurs clés de suivi de l’épidémie de Covid-19 continuent de se dégrader dans le pays, où 2.288 personnes ont été diagnostiquées positives au nouveau coronavirus en 24 heures, d’après un bilan publié vendredi par la Direction générale de la Santé (DGS) qui appelle à “renforcer la vigilance”.

Car la chaleur ne dispense pas des gestes barrières et du port du masque, martèlent les autorités sanitaires. Les masques, notamment chirurgicaux, peuvent être portés plusieurs heures sans altérer nos capacités respiratoires, rappelait vendredi l’Inserm.

Ils deviennent d’ailleurs obligatoires en extérieur dans les lieux très fréquentés de plus en plus de villes, et autres sites touristiques, comme à Marseille, Ajaccio, Carcassonne ou encore Bordeaux, et Rennes qui ont emboîté le pas de la métropole de Lille.

Piscines en location

De fortes chaleurs touchent également l’Angleterre et l’Espagne où les riverains sont également contraints de respecter les gestes barrières. À Londres, où les cas de contaminations au coronavirus restent faibles:  950 nouveaux cas ont été recensés au Royaume-Uni le 7 août, les britanniques profitent des terrasses et des nombreux parcs de la capitale en gardant leurs distances et en portant un masque.

En Espagne, où le coronavirus peine à être maîtrisé, le nord du pays et la régiond’Arago sont en proie à une recrudescence importante, certains Espagnols préfèrent traverser la vague de chaleur dans des piscines privées.

Les Madrilènes louent des espaces avec piscines, mis à disposition par des particuliers pour s’y rendre en famille. Comme en France, l’Espagne atteindra ce week-end des températures records.

Effet de serre

Selon les chercheurs, ces vagues de chaleurs qui rappellent les épisodes de 2018 et 2019 sont un symptôme du dérèglement climatique. Et si rien n’est fait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, un tel événement a sept fois plus de chances de se reproduire dans la deuxième partie du XXIe siècle.

Le phénomène devrait prendre fin “par l’ouest à partir de mercredi” seulement, avec une dégradation orageuse marquée, précise Météo-France.

En attendant, “la chaleur s’accentuera samedi sur le Nord et le Nord-Est. Il y fera entre 35 et 39°C localement 40°C”. “Mais les températures seront un peu moins élevées qu’hier dans l’Ouest et le Sud-Ouest”, prévoit Météo-France.

Vendredi avait ouvert le bal des records avec plusieurs sommets pour un mois d’août (40,8°C à Brive, 39,8°C à Cognac, 39,6°C à Nantes ...), et “quelques records absolus sur des stations du réseau secondaire, notamment en Charente (devant août 2003 et juillet 2019 !)”, selon le prévisionniste Etienne Kapikian.

À voir également sur Le HuffPost: La canicule accélère la fonte des glaciers alpestres, l’un d’entre eux menace de s’effondrer

  • Pictures

  • visibility
  • Hu chevron_right

    Canicule: des pics de chaleur à 35°C-40°C de plus en plus fréquents en France

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 08:02 · 5 minutes

Les épisodes de canicule et les températures dépassant les 40°C à l

MÉTÉO - Plus de 40°C à l’ombre. Selon les données rassemblées par les météorologues, ce seuil n’avait été dépassé en France qu’une seule fois dans les années 1960 et une autre dans les années 1970. Dans les deux décennies suivantes, cette température (encore rare) est devenue plus fréquente sur le territoire métropolitain, avant d’être atteinte désormais quasiment chaque été , comme ce weekend du 8-9 août 2020, où 62 départements sont placés en vigilance canicule par Météo France, dont 9 en alerte “rouge”.

Depuis 2008, au moins une station de mesure dépasse les 40°C chaque année (à l’exception de 2014). Et les étés 2019 et 2020 ont vu un véritable festival de 40°C, avec une extension de ces maximales vers le nord du pays.

“Le hasard devient plus probable”

Les scientifiques prévoyaient bien une hausse des extrêmes largement plus rapide que l’augmentation moyenne de la température. Mais ces épisodes aussi intenses deux années de suite sont-ils le signe d’une accélération spectaculaire du réchauffement climatique en France?

A priori non, répondent les experts, qui notent que deux années ne sont pas suffisamment représentatives. Les modélisations prévoient bien un dépassement du seuil quasiment tous les ans mais seulement “vers le milieu du siècle et plutôt dans le Midi”, indique à l’AFP Robert Vautard, directeur de l’Institut Pierre et Simon Laplace de recherche en sciences de l’environnement.

Alors 40°C dépassés comme ça sur deux années de suite, ”ça peut paraître un peu étonnant, mais c’est probablement un hasard”, poursuit-il. Un “hasard” aussi pour son confrère Christophe Cassou. “Mais il faut le voir comme une tendance: le hasard devient plus probable”, poursuit le climatologue du centre de recherche Cerfacs à Toulouse.

Les 35°C, un indicateur plus éclairant

Ces pics s’insèrent en outre dans un ensemble qui montre sans conteste l’impact du réchauffement de la planète sur la météo estivale de l’Hexagone. En témoigne le seuil des 35°C. “Selon les données de Météo-France sur ses 30 stations de référence, depuis 2015, le nombre de fois où 35°C a été franchi chaque été est supérieur à 100, alors que ça n’arrivait qu’en moyenne 13 fois par été dans les années 1960”, insiste Christophe Cassou.

C’est un indicateur “plus éclairant que 40°C parce qu’il y a plus de recul statistique” et il “montre que les étés chauds sont récurrents depuis 5 ans”, insiste le scientifique qui participe à l’élaboration du prochain rapport des experts climat de l’ONU (Giec).

Même sans atteindre des pics record, une canicule, avec des températures élevées la nuit qui ne permettent pas aux organismes de récupérer, peut avoir un impact dévastateur sur les personnes fragiles. D’où la “vigilance canicule” créée après l’épisode meurtrier de 2003 qui avait fait 15.000 morts en France, alerte destinée à mettre en garde la population et à protéger les plus vulnérables, comme les personnes âgées.

Au dessus ou non de 40°C, les vagues de chaleur sont aussi “une menace pour certains écosystèmes, et pour l’agriculture, les canicules étant généralement couplées avec des événements de sécheresse”, explique Christophe Cassou. Sans oublier les risques accrus d’incendies.

“Quand il fait plus chaud, le risque d’éclosion (d’un incendie) est plus fort, parce qu’il faut moins d’énergie pour mettre le feu”, explique à l’AFP Jean-Baptiste Filippi, chercheur à l’université de Corse. L’humidité de l’air et la force du vent sont aussi capitales pour évaluer le risque incendie. Mais côté chaleur, au-delà des pics, “c’est la durée qui est dangereuse”, insiste le coordinateur du programme FireCaster de prévision des incendies. “Les services de secours, très efficaces, sont en alerte pour agir sur tous les départs de feu, mais c’est beaucoup plus difficile d’être aussi efficace pendant 10 jours”.

Des simulations jusqu’à 55°C à l’ombre dans le futur

Etant donné les projections des modèles climatiques, la répétition des 40°C que l’on observe encore cet été risque de n’être qu’un avant-goût des décennies à venir. “Dans les scénarios les plus intensifs en terme de réchauffement, vers la fin du siècle en France, on pourra aisément dépasser 45°C ou 50°C. Et certaines simulations vont jusqu’à 55°C”, indique Robert Vautard.

“Le seuil de 50°C paraissait incongru jusqu’à l’année dernière”, note le climatologue. “Mais finalement on est déjà à 46°C!”, nouveau record français établi en 2019. “Il faut moduler le message, tout ça n’est pas écrit”, tempère Christophe Cassou. ”Ça deviendra la norme si on ne réduit pas immédiatement et de manière tenace les gaz à effet de serre”, prévient-il. “Et si on oublie le ‘si’, c’est de l’alarmisme, et ça conduit au fatalisme et à l’immobilisme”.

A voir également sur Le HuffPost: Pendant la canicule, testez ces 5 recettes de glace maison

  • Nu chevron_right

    Écologie : Cédric O se demande « si on a besoin de regarder autant de vidéos »

    news.movim.eu / Numerama · Friday, 31 July - 12:43

Cédric O souhaite que les Français adoptent une sobriété dans le numérique. A-t-on besoin de regarder autant de vidéos, d'envoyer autant d'e-mails, s'est-il demandé. Une stratégie en la matière doit être présentée à la rentrée. [Lire la suite]

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo !

L'article Écologie : Cédric O se demande « si on a besoin de regarder autant de vidéos » est apparu en premier sur Numerama .

  • Nu chevron_right

    Eau, jus de fruits, thé, café : que vaut-il mieux boire pendant une canicule ?

    news.movim.eu / Numerama · Friday, 31 July - 08:05

Pendant les vagues de chaleur, le corps est soumis à rude épreuve. Pour l'aider à réguler sa température, vous buvez davantage. Eau, jus de fruits, thé, café... toutes ces boissons se valent-elles pour hydrater votre organisme ? [Lire la suite]

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo !

L'article Eau, jus de fruits, thé, café : que vaut-il mieux boire pendant une canicule ? est apparu en premier sur Numerama .

  • Hu chevron_right

    Canicule: le pic de chaleur en France passera-t-il par chez vous?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 30 July - 14:33 · 2 minutes

METEO - Ça va chauffer, une fois de plus. Vendredi 31 juillet, la France pourrait flirter avec les records de chaleur enregistrés à la même période lors de la canicule de 2019 , selon les prévisions de Météo France.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article , une masse d’air chaud venue du Sahara et transitant par l’Espagne apporte déjà ce jeudi des température particulièrement élevées dans le sud-ouest, jusqu’à 41 °C localement.

Vendredi, “deux phénomènes vont se cumuler”, alors que “l’influence du flux de sud sera plus marquée et que ce qu’on assimile à un anticyclone d’altitude va se renforcer”, explique le prévisionniste Stéven Testelin à Ouest-France . L’air chaud progressera vers le Nord et l’Est et le thermomètre avoisinera alors les 40°C dans plusieurs villes du pays, comme Paris et Lyon.

Selon Météo France, un “pic de chaleur” caractérise “un épisode bref, généralement de 24 à 48 heures, durant lequel les températures sont très au-dessus des normales de saison. Il peut se produire localement sur une station météorologique mais aussi sur un territoire étendu”. “On est tout à fait dans ce cas pour l’épisode actuel”, ajoute le service public de la météorologie.

Six départements, où cet épisode devrait durer, étaient en vigilance orange pour canicule, Ardèche, Drôme, Isère, Rhône, Savoie et Haute-Savoie. Sept autres, La Haute-Marne, le Doubs, le Jura, la Saône-et-Loire, l’Ain, la Haute-Loire et la Loire les ont rejoints.

Lien “indéniable” avec le réchauffement climatique

Les épisodes de chaleur se multiplient depuis le début de l’année en France. Le premier semestre de l’année 2020 a été le plus chaud jamais enregistré dans l’Hexagone, avec une température moyenne nationale de 12,5°C, indiquait Météo France fin juin .

Le mois de juillet s’annonce aussi comme le plus sec depuis 70 ans, causant d’importantes sécheresses et restrictions d’eau dans certains départements , comme la Meuse et les Vosges.

“Quand les phénomènes comme celui-ci se multiplient et qu’ils se conjuguent à six mois au-dessus des moyennes de saison depuis le début de l’année, le lien avec le réchauffement climatique est indéniable”, avance Jean-Yves Choplin, prévisionniste à Météo France, au près de FranceInfo .

À voir également sur Le HuffPost : On a suivi Nicolas, 18 ans et citoyen de la Convention climat, lors des annonces de Macron

  • Nu chevron_right

    La pollution plastique va tripler d’ici 2040 : comment éviter cette catastrophe ?

    news.movim.eu / Numerama · Friday, 24 July - 10:10

En vingt ans, nous allons passer de 10 millions de tonnes de plastique déversées dans la nature chaque année à 30 millions de tonnes. [Lire la suite]

Voitures, vélos, scooters... : la mobilité de demain se lit sur Vroom ! https://www.numerama.com/vroom/vroom//

L'article La pollution plastique va tripler d’ici 2040 : comment éviter cette catastrophe ? est apparu en premier sur Numerama .

  • Nu chevron_right

    Microsoft détaille son plan de bataille pour une empreinte carbone négative d’ici 10 ans

    news.movim.eu / Numerama · Wednesday, 22 July - 14:48

centre de données data center microsoft

Microsoft a annoncé en début d'année son intention de générer une empreinte carbone négative en 2030 et de « rembourser » le dioxyde de carbone émis depuis sa création, en 1975. Cet été, l'entreprise a expliqué un peu plus comment elle compte y parvenir. [Lire la suite]

Voitures, vélos, scooters... : la mobilité de demain se lit sur Vroom ! https://www.numerama.com/vroom/vroom//

L'article Microsoft détaille son plan de bataille pour une empreinte carbone négative d’ici 10 ans est apparu en premier sur Numerama .

  • Jo chevron_right

    Les ours polaires pourraient disparaître d’ici 2100

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Tuesday, 21 July - 16:30 · 2 minutes

Crédits : Papafox / Pixabay.

Non, l’horizon 2100 n’a définitivement rien de reluisant. Parmi les mauvaises nouvelles qui attendent l’humanité d’ici à cette date, des chercheurs américains et canadiens ont planché sur la disparition d’une espèce emblématique de notre planète. Selon leur étude publiée dans Nature Climate Change , la quasi-totalité de toutes les sous-populations d’ ours blancs, ou ours polaires (alias Ursus maritimus ), aura été décimée par les effets secondaires du réchauffement climatique. Si rien n’est fait pour abaisser le mercure planétaire et qu’il finissait par atteindre 3,3°C au-dessus de la moyenne à la fin du siècle, les plus grands prédateurs du pôle nord seront en proie à l’absence radicale de nourriture . En effet, avec la fonte des glaces, l’habitat des ours polaires – la banquise – sera amené à disparaître en premier. Cet événement ne laissera d’autre choix aux phoques, proies prioritaires des ours blancs, que de trouver refuge ailleurs ou de disparaître eux-mêmes. Les ours polaires finiront ainsi par mourir de faim ou à être abattus avant. En effet, depuis quelques années, certains vont jusqu’à s’exporter dans des zones habitées pour trouver à manger, mettant potentiellement en danger les humains qui y vivent. “Il faudra peut-être envisager d’abattre les derniers ours polaires, plutôt que de les laisser mourir de faim” , avoue l’un des chercheurs, Steven Amstrup, résigné, à l’AFP (reprise par Le Point ).

Un habitat en voie de disparition

La mise en garde du directeur scientifique de l’ONG Polar Bears International et ses collègues provient de leurs évaluations des capacités de survie moyenne actuelle de diverses sous-populations d’ours polaires. Les chercheurs ont en effet comparé le nombre de jours consécutifs de fonte des glaces en Arctique, chaque été, au nombre de jours de jeûne dont un ours polaire peut supporter selon les dimensions des individus recensés. Ces animaux, notamment les femelles avec progéniture, sont en effet capables de jeûner très longtemps pour survivre à l’été. Les scientifiques se sont intéressés à des animaux provenant de tout le pôle nord : Groenland, les Îles de la Reine Elisabeth au Canada, l’Alaska, la Sibérie, et même l’archipel du Svalbard. Ils se sont, par exemple, aperçus qu’un ours mâle de la baie de Hudson, 20% en dessous du poids moyen, pouvait survire à 125 jours de jeûne mais l’amplitude actuelle de la fonte des glaces le forcerait à en effectuer 200. De ce fait, les chercheurs sont malheureusement en capacité d’affirmer que “la chute de la reproduction et de la survie va mettre en danger la persistance de presque toutes les sous-populations d’ici 2100.” Pour le moment, l’ours blanc n’est pas classé sur la liste rouge parmi les espèces en danger d’extinction par l’Union internationale de protection de la nature (IUCN). En octobre dernier, la WWF estimait la population mondiale entre 22 000 et 31 000 individus. Si les scientifiques ont vu juste, son statut “vulnérable” pourrait bientôt changer .

Nanuk: Le grand livre de...
16 Commentaires
Nanuk: Le grand livre de...
  • 240 Pages - 10/09/2019 (Publication Date) - Albin Michel (Publisher)