close
  • Co chevron_right

    Nicolas Hulot ou la nature du vide

    ancapism.marevalo.net / Contrepoints · Sunday, 10 May - 02:35 · 11 minutes

Par Gérard-Michel Thermeau.

La nature a horreur du vide et pourtant Nicolas Hulot prouve le contraire. Et même brillamment en alignant 100 principes que plein de monde a signé à quatre mains mais que personne n’a lu. Enfin, si, moi. Je n’avais jamais lu du Nicolas Hulot.

Mais, réflexion faite, je n’ai pas signé. Ce texte mérite pourtant de figurer aux côtés des adages immortels du président Mao. Je suggère un petit livre vert à destination de la jeunesse format Kindle. Ainsi tous pourraient brandir leur téléphone « durable » pour opérer la « révolution culturelle » si nécessaire aux yeux de notre futur Guide suprême.

Pour Nicolas Hulot, le temps est venu. Et il était temps, croyez-le.

Le temps est donc venu mais pourquoi ?

Hé bien pour poser les premières pierres. Depuis des millénaires, nul n’y avait songé. Il faut bien commencer par poser les premières pierres. Voilà un bon début.

Bon, ensuite ? « transcender la peur en espoir ». Voilà, vous aviez peur mais rassurez-vous papa Nicolas est là pour vous montrer la voie.

Vous vous doutez de la troisième étape : une « nouvelle façon de penser » . Cela tombe bien, nul n’y avait encore pensé. C’est vrai, jusqu’à présent, l’histoire n’avait connu que d’anciennes façons de penser. Rien que cela, vouloir une « nouvelle façon de penser » c’est phénoménal quand on y songe.

Et pour « penser nouveau » , il faut quoi, ben, de la « lucidité » voyons. Dans ce monde d’aveugles, un voyant est nécessaire.

Que nous donne la lucidité ? Un « horizon commun » . Cela aussi, c’est magnifique. Un horizon pour tous et, bien sûr, le même pour tous .

Le temps est venu d’aligner des phrases creuses

On va cesser de sacrifier le futur au présent. Le présent d’abord à quoi sert-il ? D’ailleurs le temps de l’écrire, il est déjà passé. Seul le futur compte.

Pour un peu, j’allais céder à la fatalité. Mais non, « résistons à la fatalité » . La mort n’est pas fatale, la connerie non plus.

Le temps est surtout venu « de ne plus se mentir » . Voilà prévenus ceux qui ont signé pour le cas improbable où leur mode de vie serait en légère contradiction avec leurs convictions publiques.

Le temps est venu de « réanimer » notre humanité. C’est vrai quoi, on n’est pas des machines !

D’où la « résilience » : mais là c’est un mot trop compliqué, donc je laisse de côté.

Le temps est venu de créer du lien pour tous nous lier

Il faut prendre soin de notre pauvre petite planète. Pensez-donc si fragile, incapable de supporter un petit coup de chaud. Elle se sent tellement mieux pendant les âges glaciaires.

Il faut « traiter les racines des crises » . Et de préférence sans pesticides.

Car tout est là, la crise est la « crise de l’excès » : excès de suffisance, excès d’incompétence, excès d’hypocrisie, bon je n’insiste pas mais, comme vous le savez, notre ami Nicolas Hulot est expert dans tous ces domaines.

Il faut « créer du lien » . C’est vrai, zut, on n’y avait pas pensé. On croyait qu’on avait des parents, des amis, des réseaux et tout ça, quoi. Mais non, pas du tout, ce n’était pas du lien, en tout cas pas assez solide pour nous ligoter.

Le temps est venu d’applaudir

Il faut miser sur « l’entraide » . Tiens, j’attendais plutôt solidarité, cela fait entendre plus clairement les douces sonorités de la taxation généralisée.

Il faut « applaudir la vie » . J’imagine la scène comme dans un rêve : tous les soirs, à 20 heures, applaudissement obligatoire sur son balcon (pour ceux qui ont un balcon).

Il faut « honorer la beauté du monde » : en hélicoptère de préférence c’est plus beau vu du ciel.

Voilà qui nous rappelle que « la vie ne tient qu’à un fil » . Moi, je l’aurais mis juste après « créer du lien » , histoire de rappeler que les deux seules certitudes de l’existence sont la mort et les impôts.

Le temps est venu de nous réconcilier avec les punaises de lit

Il faut « nous réconcilier avec la nature » : c’est vrai quoi, si on l’embêtait pas tout le temps, elle nous refilerait pas tous ses microbes.

Et bien sûr, il est temps de « respecter la diversité et l’intégrité du vivant » : là, j’ai une pensée spéciale pour les punaises de lit, si vous m’entendez les poulettes, prochain objectif : la maison du P’tit Nicolas.

Il faut laisser « de l’espace au monde sauvage » : tiens, c’est une idée cela, si on créait des réserves naturelles ?

Il faut traiter les animaux « en respectant leurs intérêts » : vous avez entendu, les punaises ?

Le temps est venu mais il passe très lentement

Il faut reconnaître « l’humanité plurielle » c’est beau mais c’est singulier, non ?

D’où la nécessité d’ « écouter les peuples premiers » : il n’y a pas de raison qu’ils soient les derniers à dire des conneries.

Car et je vous le donne en mille, « le temps est venu de cultiver la différence. » Avis à Hollywood, car c’est vrai que cela manque beaucoup dans le cinéma d’aujourd’hui.

Alors là, je me dis que je n’en suis qu’à la 27 e marche de l’escalier qui en compte cent. Fouilla, comme on dit à Saint-Étienne, on n’est pas rendu à lire ce tissu de…

Le temps est venu de passer la marche arrière

Voyons que reste-t-il ? Vulnérabilité, apprendre de nos erreurs, nos faiblesses et nos vertus…on se croirait à un cours de morale de la IIIe république.

Ah…plus sérieux : changer de paradigme, opérer la mue d’un système périmé, redéfinir fins et moyens et bien sur « redonner du sens au progrès ».

Cela au moins c’est clair. Il faut changer le sens du progrès : il allait de l’avant, maintenant ce sera marche arrière.

« Le temps est venu de s’émanciper des dogmes » : sauf évidemment ceux de l’Église écologique, apocalyptique et hulotienne.

« Le temps est venu de l’intelligence collective » : tiens donc, je le croyais ennemi du marché, comme quoi.

Le temps est venu de séparer les bons des méchants

Il rejette la méchante mondialisation, dérégulée et fondée sur le profit. Il annonce une nouvelle mondialisation qui partage, qui coopère et qui donne aux plus faibles. Je sens mon vieux Karl qui murmure : « à chacun selon… » ; non, non rendors-toi vieille barbe.

Bien sûr, il faut préférer le « juste échange » au « libre échange » : tiens, il faudra que j’en parle à mon boulanger. À mon avis, nous ne donnerons pas le même sens au juste échange.

C’est très simple, il faut « globaliser ce qui est vertueux » et « déglobaliser ce qui est néfaste » . Il fallait y penser. Colomb peut toujours la ramener avec son œuf.

Et qu’est-ce qui plane au-dessus de tout cela ? La « solidarité universelle » : les Chinois, désormais, on ne vous achète plus rien car c’est néfaste, c’est-t-y pas beau la solidarité ?

Vous l’aurez compris, l’économie selon Nicolas Hulot se résume à « redistribuer à chacun » ; non Karl, rendors-toi je t’en prie.

« Le temps est venu de s’inspirer des citoyens » : cela tombe bien, M’sieur Hulot, je pense pas comme vous. Ah bon, je dois fermer ma gueule ?

Le temps est venu de combler les inégalités

« Le temps est venu d’appliquer le principe de précaution » : si je l’avais appliqué, je ne serais pas là à me casser les pieds à lire ce texte jusqu’au bout.

Il faut « graver dans le droit (le marbre c’est pas assez écolo) les principes d’une politique écologique, sociale et civilisationnelle » : tiens, je croyais que l’on devait s’émanciper des dogmes. Mais j’aime beaucoup « civilisationnelle ». C ela ne veut rien dire mais c’est joli. C’est vrai que « barbarationnelle » eut été fâcheux.

Faisons mentir le « déterminisme social » : parfaitement d’accord. J’en ai ma claque de lire les propositions débiles des descendants de créateurs de jardins, d’industriels et d’architectes. Place aux enfants d’ouvriers, et cela tombe bien : c’est mon cas. Quitte à écrire des bêtises….

Comblons « les inégalités du destin » : j’en reste bouche bée. Vous soufriez d’être de petite taille, victime du destin. À l’avenir, plus de grands, plus de petits. Tous à la même taille.

D’un autre côté, ce sera plus pratique pour la confection.

« Le temps est venu de l’égalité absolue entre les femmes et les hommes » : alors là, je proteste. Et les personnes qui refusent de choisir, ne voulant être ni homme ni femme ? Elles ne sont peut-être pas égales ? Et ce Nicolas prétend faire de l’inclusion.

Le temps est venu d’en finir avec les Pompes funèbres

« Le temps est venu de tendre la main aux humbles et aux invisibles » : c’est bien, Nicolas, d’avoir découvert leur existence.

« Le temps est venu d’exprimer plus qu’une juste gratitude à celles et ceux, souvent étrangers, qui dans nos pays… exécutent des tâches ingrates » : c’est pas inutile à rappeler à tous les braves people , qui signent les pétitions, quand ils croiseront, par hasard, leur personnel de service.

Mais suis-je bête, les gens qui signent ne lisent jamais les textes qu’ils approuvent.

Le temps est venu de valoriser les métiers qui permettent la vie : les Pompes funèbres, tant pis pour vous.

Le temps est venu de jeter l’argent par les fenêtres

Le travail qui épanouit, l’avènement de l’économie sociale « et solidaire » : « À chacun… » Non, Karl, ça suffit, j’ai dit.

Et surtout il faut « exonérer les services publics de la loi du rendement » : n’aie pas trop d’inquiétude Nicolas, c’est déjà le cas. S’il fallait économiser l’argent du contribuable où irions-nous, je te le demande ?

On va relocaliser des pans entiers de notre économie. Pile comme au bon vieux temps. On vivait si bien au bon vieux temps. Bon ça va être dur avec les objectifs écolo et tout car on a délocalisé notamment ce qui pollue. C’est ballot, hein ?

Il faut investir « vers l’utile et non le nuisible » : les vendeurs d’arsenic sont donc prévenus.

Le temps est venu d’éduquer nos enfants « à l’être, au civisme et au vivre ensemble et de leur apprendre à habiter la Terre » . C’est vrai que, jusque là, l’école les éduquait au non-être, à l’incivisme, à la haine collective et leur apprenait à habiter la Lune.

Le temps est venu d’expier nos péchés

Le reste ? Le reste est in-ter-mi-na-ble.

Ce qui blesse c’est pas bien, ce qui soigne c’est bien. Bravo, Nicolas, tu auras un bon point.

La sobriété c’est top. Il faut vivre plus simplement, n’avoir que des désirs simples (en voilà un qui ne sait pas ce qu’est le désir), se limiter à l’essentiel et surtout, surtout, pas de superflu. Qu’est-ce que le superflu, Nicolas ? Avoir trois maisons ? Excuse-moi de faire mon Ponce Pilate mais là, vraiment…

Plus d’addiction consumériste, il faut ralentir (au vu des limitations de vitesse, on va finir par étouffer le moteur) et voyagez près de chez nous (de préférence dans un rayon de 100 km). Nous voilà prévenus : la vie ascétique nous attend, le confinement nous ayant finement préparé à une existence monacale.

Grosso modo, il faut « renoncer à ce qui compromet l’avenir » .

Mais nous autres, pauvres andouilles, nous sommes victimes de « nos conditionnements mentaux et collectifs ».

Il faut « lier notre je au nous » : et malheur à ceux dont le je ne plairait pas aux nous . Car le temps est venu de « l’unité ».

Le temps est venu d’en finir avec cette litanie interminable

Dévalons rapidement les dernières marches.

Il faut « croire en l’autre » : mais uniquement si l’autre parle comme Nicolas Hulot.

« Le temps est venu de l’humilité » : toute sa déclaration en témoigne, vous en conviendrez.

Suivent les habituels blablas sur la « bienveillance » , la « dignité pour tous » , et contre le « racisme » (tiens, je croyais l’humanité plurielle ?).

Le brave Nicolas Hulot veut combler le vide entre nos mots et nos actes. Nos mots et nos actes. Que les choses soient claires : pas entre ses mots et ses actes.

Le temps est donc venu de l’engagement et bien sûr, « un autre monde est possible » , on l’attendait celle-là mais peut-être pas dans un « élan effréné » : cela va être difficilement compatible avec le n° 72 : « le temps est venu de ralentir » .

Voilà, voilà, vous saurez tout sur le « lobby des consciences ».

Sachez-le.

Le temps est venu.

Et Nicolas Hulot est son prophète.

Amen.

  • Hu chevron_right

    "Je crains que les collapsologues deviennent les idiots utiles du nationalisme", redoute cet expert

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 30 April - 02:34 · 2 minutes

OPINION - La crise que nous traversons crée de nombreuses angoisses et incertitudes quant à l’avenir. Dans le domaine politique et environnemental , “la plus grande inquiétude” de François Gemenne mérite notre attention. Elle mêle montée des nationalismes et écologie.

Spécialiste en géopolitique de l’environnement et chercheur en science politique, François Gemenne est l’un des auteurs principaux pour le GIEC. Ses recherches sont essentiellement consacrées à la gouvernance internationale des migrations et du changement climatique.

Ce mercredi 29 avril, il était l’invité de notre conférence “Les collapsologues ont-ils gagné?” en partenariat avec Boma France. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article , ce géopolitologue s’inquiète de voir émerger ce qu’il appelle l’”écologie de l’avocat” : une écologie “verte à l’extérieur, mais avec un noyau brun”.

“Je crains fort que la coopération internationale sorte en lambeaux de cette crise”, explique l’expert constatant la fermeture des frontières, les gestions nationales de la crise sanitaire, la perte de confiance dans l’Europe et les institutions internationales.

Face à ce constat, François Gemenne redoute que “rester claquemuré chez soi” pour lutter contre la propagation du virus puisse, à terme, mener à un projet politique de repli sur la nation, une montée du chauvinisme et de la xénophobie.

Au sujet de ceux qui théorisent l’effondrement de notre société, les collapsologues, et notamment ceux qui appellent à “la fin de la mondialisation”, l’auteur de l’ Atlas de l’Anthropocène redoute que ces derniers “se retrouvent finalement à être les idiots utiles de la montée du nationalisme”.

“On assiste au retour de la frontière comme élément protecteur, et aujourd’hui nombreux sont ceux qui appellent à la fin de la mondialisation, à laisser les avions cloués au sol. Je pense qu’on a besoin exactement du contraire pour lutter contre le changement climatique, estime-t-il. Nous aurons besoin de davantage de coopération et d’échanges internationaux (...). L’idée qu’on doive rester claquemuré chez soi et arrêter les échanges internationaux comme réponse à la crise me paraît extraordinairement dangereux d’un point de vue politique, car ça scelle en quelque sorte l’alliance des nationalistes et des survivalistes.”

Retrouvez la conférence “Les collapsologues ont-ils gagné?” en intégralité ci-dessous.

  • Hu chevron_right

    Coronavirus : les collapsologues ont-ils gagné ?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Wednesday, 29 April - 02:19 · 3 minutes

La crise du coronavirus et ses conséquences donnent-elles raison aux adeptes et théoriciens de l’effondrement ? C’est le débat de notre conférence en partenariat avec Boma France ce mercredi 29 avril. 

CONFÉRENCE -  Pour annoncer son plan pour le déconfinement ce mardi 28 avril, Édouard Philippe n’a pas hésité à mettre en garde contre “l’écroulement” de notre économie . Un synonyme à peine masqué de l’“effondrement”, la matière première de ceux qui théorisent la fin du monde, ou du moins, la fin de notre société.

Ces dernières années, la crise environnementale et l’incapacité de notre civilisation mondialisée à y répondre ont fait craindre à de plus en plus de personnes un effondrement plus ou moins imminent de la société. Le mouvement a pris une telle ampleur qu’il porte un nom : la collapsologie.

En décembre, Le HuffPost consacrait un dossier spécial à ce sujet . Dans un sondage exclusif , nous révélions que 6 Français sur 10 redoutaient alors un effondrement de notre société. Les causes possibles? Les Français craignaient en premier lieu le réchauffement climatique, en tête (36%) devant la surpopulation (17%) et la montée des inégalités (14%).

Cinq mois plus tard, la crise du coronavirus et ses conséquences donnent-elles raison aux adeptes et théoriciens de l’effondrement ? C’est le débat de notre conférence en partenariat avec Boma France ce mercredi 29 avril.

Les collapsologues ont-ils gagné? À 13h30, en direct sur notre page Facebook et celle de Boma France , notre panel d’experts tentera de répondre à cette question.

Parmi eux, Agnes Sinaï, journaliste environnement. Après avoir été membre de la rédaction de la revue décroissante Entropia , elle a dirigé les publications de l’Institut Momentum, laboratoire d’idées dont elle est la fondatrice. Elle est l’auteure de divers ouvrages dont Sauver la Terre , co-écrit avec Yves Cochet, Labo-Planète , avec Catherine Bourgain et Jacques Testart ou encore Petit Traité de Résilience Locale avec Raphaël Stevens, Hugo Corton et Pablo Servigne.

Elle débattra avec Nicolas Bouzou , essayiste spécialisé dans l’économie. Ses travaux portent sur la croissance, la politique économique, l’organisation territoriale et la santé. Il est directeur d’études et enseignant en MBA au sein de l’École de Droit et de Management à l’Université Paris II Assas. En 2015, il a cofondé le Cercle de Belém, un groupe de réflexion libéral et progressiste. Il est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages dont dont le très remarqué Le travail est l’avenir de l’homme et La comédie (in)humaine , co-écrit avec Julia de Funès, qui détaille toutes les dérives du monde de l’entreprise contemporaine. Il vient de publier Inventons la mondialisation de demain .

Le troisième invité de la conférence de ce mercredi est François Gemenne ,spécialiste en géopolitique de l’environnement et chercheur en science politique. En tant qu’auteur principal pour le GIEC, ses recherches sont essentiellement consacrées à la gouvernance internationale des migrations et du changement climatique. Il a publié ses travaux dans plusieurs revues, dont Science et Global Environmental Change , et est l’auteur de plusieurs ouvrages dont l’ Atlas de l’Anthropocène .

Avant ce débat, vous pouvez retrouver les précédentes conférences virtuelles du HuffPost et Boma France ci-dessous. Pour ne pas rater les prochaines, vous pouvez vous inscrire ici .

  • chevron_right

    Conférence P. Servigne / Un avenir sans pétrole?

    Timothée Jaussoin · Friday, 6 September, 2019 - 21:36 edit

Le collapsologue Pablo Servigne (chercheur indépendant, auteur et conférencier) a présenté le le fruit de ses recherches gravitant autour du questionnement de notre mode de vie basé sur l’utilisation des énergies fossiles.

Une superbe #conference sur l'avenir post-pétrole. #collapsologie #agriculture #futur #petrole