close
  • Hu chevron_right

    Pourquoi j'ai réalisé "Au nom de la Terre", un film sur le suicide de mon père

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 16:06 · 1 minute

Un agriculteur se suicide chaque jour, c’est de la non assistance à personne en danger. Mon père était agriculteur et comme de trop nombreux agriculteurs il a mis fin à ses jours.

Depuis 20 ans, depuis le 31 mars 1999, le jour où mon père nous a quitté, j’ai toujours creusé le sillon de l’ agriculture à travers mon métier de journaliste et aussi avec un documentaire, “Les fils de la terre”. Ce documentaire dénonçait déjà la détresse des agriculteurs face au système. Aux dettes vous ajoutez qu’un agriculteur travaille entre le ciel et la terre et est donc vulnérable à la météo , vous ajoutez aussi un héritage familial très lourd avec un père qui met une pression d’enfer et qui peut juger son fils.

Aujourd’hui, j’ai réussi à en faire un film, c’est l’héritage que mon père m’a laissé après avoir ingéré des pesticides . J’ai tout fait pour qu’on le sauve mais malgré ça, à mes 16 ans, je ne souhaitais pas qu’il se relève parce que je ne voulais pas continuer avec un homme qui ne lui ressemblait pas. C’était un homme fort, qui avait des idées et qui aimait son métier. Le système dans lequel on l’a précipité comme de trop nombreux agriculteurs l’a broyé.

Ce sont nos paysans qui nous nourrissent et remplissent les assiettes devant nous. J’espère que les spectateurs qui sont des consommateurs se poseront des questions sur la manière dont on consomme aujourd’hui pour sauver nos paysans et notre planète qui brûle. On a juste besoin de retrouver les agriculteurs qui sont au bout du chemin au lieu d’aller chercher des produits qui sont fabriqués au bout du monde et où on ne sait pas comment ils sont fabriqués.

À voir également sur Le HuffPost: Dans le Cher, ces vignerons à l’épreuve de la crise sanitaire et économique

  • image
  • Hu chevron_right

    Dark: la saison 3 sortira sur Netflix le 27 juin

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 11:36 · 1 minute

SÉRIE - Tic-tac. Il ne faut plus patienter qu’un mois pour connaître la suite et la fin de la série “ Dark ” sur Netflix . La date de sortie de la troisième et dernière saison vient d’être dévoilée par une première bande-annonce. Elle est fixée au 27 juin.

Comme pour les deux précédentes saisons, cette date n’a pas été choisie au hasard puisque le 27 juin 2020 correspond au début du “dernier cycle” dans la série créée par Baran bo Odar, soit l’apocalypse qui menace les habitants de la ville de Winden.

Dans la bande-annonce on peut d’ailleurs entendre une inquiétante voix-off annoncer: “Ce sera le dernier cycle. Le seul moyen de défaire ce nœud, c’est de le détruire”. On peut également remarquer que trois nouveaux personnages font leur apparition: un enfant, un adulte et un senior.

Des éléments de réponse aux premières saisons

Si “Dark” a pu, lors des saisons précédentes faire perdre le fil à ses spectateurs, le co-créatrice de la série Jantje Friese a “promis que les nouveaux épisodes viendront compléter les éléments non expliqués par les saisons 1 et 2″, relate Melty .

Et pour cause: à travers diverses failles temporelles, les personnages passent du passé, au présent et au futur par période de 33 années. On y suit les aventures de la famille Kahnwald, dont fait partie Jonas (Louis Hoffman), les Nielsen avec Martha et Ulrich (Lisa Vicari et Oliver Masucci), mais aussi les familles Tiedemann et Doppler. Et si l’on ne sait jamais vraiment quand les événements débutent ou se terminent, tous les éléments de réponses devraient être donnés le 27 juin.

À voir également sur Le HuffPost: “Little Fires Everywhere” avec Reese Witherspoon et Kerry Washington a sa bande-annonce

  • Hu chevron_right

    Jean-Marie Bigard s'inspire du confinement pour son nouveau spectacle

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Yesterday - 11:03 · 1 minute

“Il m’a appelé pour me dire: vous avez raison. Je trouve ça génial. Nous allons faire un putain d’échéancier, comme je l’avais demandé”, a assuré sur Sud Radio Jean-Marie Bigard,

SPECTACLE - Jean-Marie Bigard se produira le 20 juin en direct sur Internet depuis un théâtre parisien avec un spectacle inédit sur le confinement , annonce l’humoriste sur sa page Facebook.

“Ce confinement m’a beaucoup inspiré et j’ai décidé d’écrire un spectacle unique et inédit avec des blagues, des sketches et des confidences sur tout ce qui s’est passé. Croyez-moi... des têtes vont tomber! Je vais répondre honnêtement à toutes mes questions”, assure-t-il dans une vidéo mise en ligne lundi 25 mai dans la soirée.

Seul sur la scène de l’Apollo Théâtre et sans public, l’humoriste a prévu un téléphone rouge “au cas où Emmanuel Macron l’appellerait”. “Il n’est pas exclu qu’il m’appelle...”, ajoute Jean-Marie Bigard.

La semaine dernière, dans une vidéo visionnée plus de quatre millions de fois, l’humoriste avait interpellé le chef de l’État sur la réouverture des bars et restaurants. “Il m’a appelé pour me dire: ‘vous avez raison. Je trouve ça génial. Nous allons faire un putain d’échéancier, comme je l’avais demandé”, a assuré sur Sud Radio Jean-Marie Bigard, qui a eu “l’impression d’être aussi important qu’Angela Merkel”.

Le 20 juin, à partir de 19H30, l’humoriste a prévu aussi de dialoguer en direct sur Facebook avec des anonymes pendant ce spectacle accessible pour 10 euros “pour la technique et la diffusion”, dont un euro reversé aux hôpitaux de France.

À voir également sur Le HuffPost: Christiane Taubira danse en duplex sur France 2 sans se savoir filmée

  • image

Its-Geek-Pride-Day

Le 25 mai est une date qui a une signification spéciale puisqu’elle regroupe trois événements :

  • la première projection de Star Wars en 1977 (Star Wars : a New Hope)
  • la Journée de la Serviette (Towel Day) célébrant l’œuvre de Douglas Adams « Le Guide du voyageur galactique »
  • le Glorieux 25 mai (Glorious 25th of May) tiré des Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett

Mais depuis 2006 grâce aux Espagnols donc, c’est également la journée de fierté des geeks et nerds en tous genres ! Longtemps cantonné à l’Espagne, le Geek Pride Day s’est étendu dans le reste du monde notamment aux US, au Canada et petit à petit peu en France. Un manifeste a même vu le jour en 2006 et détaille les droits et les devoirs des geeks :

Droits

  • Le droit d’être encore plus geek
  • Le droit de rester chez soi
  • Le droit de ne pas aimer le football, et le sport en général
  • Le droit de voir d’autres geek
  • Le droit d’avoir peu d’amis (voire pas du tout)
  • Le droit d’avoir autant d’amis geek que l’on veut
  • Le droit de ne pas être à la mode
  • Le droit d’être en surpoids et d’être myope
  • Le droit de montrer ses tendances geek
  • Le droit de conquérir le monde

Devoirs

  • Etre un geek, quoi qu’il arrive
  • Essayer d’être plus geek que les autres
  • Toujours donner son opinion quand on participe à une discussion geek
  • Protéger et sauvegarder tout matériel de geek
  • Faire tout son possible pour mettre en valeur ses objets geek, tel un « musée geek »
  • Ne pas être geek de toute chose, mais se spécialiser
  • Aller voir les films geek toujours le jour de leur sortie, et acheter tous les livres geek avant tout le monde
  • Faire la queue à chaque première geek, idéalement déguisé ou avec un tee-shirt geek
  • Ne jamais rien jeter en rapport avec le monde geek
  • Essayer de dominer le monde
H2G2 : Le guide du voyageur...
H2G2 : Le guide du voyageur...
  • Audience Rating: Tous publics
  • Jo chevron_right

    Des chercheurs mettent au point une “machine à choix moraux” sous la forme d’une IA

    news.movim.eu / JournalDuGeek · 2 days ago - 12:29 · 3 minutes

Le super-calculateur qui donne la réponse à la grande question sur la vie, l’univers et tout le reste dans le film “Le guide du voyageur galactique” (Crédits : Buena Vista Pictures).

Contrairement au super-calculateur dans Le guide du voyageur galactique , cette intelligence artificielle ne nous donnera pas à la réponse à la vie (quoiqu’on la connaisse déjà). Elle est néanmoins capable de répondre à des questions morales existentielles. Des chercheurs et ingénieurs en “machine-learning” de l’université technologique de Darmstadt, en Allemagne, l’ont appelé la “machine à choix moraux” (MCM) et lui ont consacré une récente étude publiée dans la revue Frontiers in Artificial Intelligence . La MCM est capable d’ingurgiter des myriades de textes provenant de la presse, d’écrits littéraires ou religieux – de 1510 à 2009 – et de formuler une réponse à des interrogations telles que “Doit-on tuer des gens ?”. Fort de son savoir, l’IA répond par l’affirmative ou la négative. Elle est ainsi capable de répondre négativement à cette première question mais positivement à “Peut-on tuer le temps ?” qui comprend pourtant le même verbe “tuer”. Autrement dit, cette IA est l’une des rares à considérer un même terme de diverses manières en fonction du contexte plus global de la phrase . Elle est capable de comprendre certaines métaphores !

Cartographie du Bien et du Mal

Pour cela, l’IA se base sur deux atouts. D’une part, elle est capable d’apprendre un texte sans uniquement le recracher ensuite mais en analysant et extrayant les relations entre les mots qu’elle y rencontre. La MCM va, d’autre part, établir une carte virtuelle des termes rencontrés et les positionner selon la valeur morale qu’il leur est associée . “L’idée est de rapprocher deux mots sur la carte s’ils sont souvent utilisés ensemble , explique la chercheuse Cigdem Turan dans un communiqué. ‘Tuer’ et ‘meurtre’ seraient des cités jumelles tandis que ‘aimer’ serait une cité très très lointaine.” Pour répondre à une question morale, la MCM va alors estimer à quelle distance l’association de termes invoqués se trouve du “continent du Mal” et du “continent du Bien” sur sa carte interne. Ce score de distance moral lui permet enfin de répondre positivement ou non à la question.

Révélatrice de l’évolution des valeurs morales ?

Ce système assez manichéen a, bien évidemment, des défauts . Premièrement, elle est surtout dépendante de la valeur morale des mots : plus une question morale comportera des termes mélioratifs, plus la MCM aura tendance à répondre positivement. Par exemple, elle risque de trouver acceptable le fait de blesser des “personnes généreuses, gentilles, amicales, aimantes et douces” mais inacceptable de “blesser des personnes” tout court. Par ailleurs, la boussole morale que se constitue l’intelligence artificielle se base sur les corpus de texte qu’elle traite. La limiter à un certain courant idéologique, à une certaine période ou à une certaine religion modifie nécessairement la teneur éthique et morale de ses réponses. Ce biais pourrait néanmoins en faire sa force, selon ses inventeurs. “En l’entraînant à analyser différentes ressources culturelles comme la Bible et des textes de Constitution de différents pays, elle est capable de révéler les dynamiques et les évolutions des valeurs morales dans la culture globale , soulignent les chercheurs. La MCM montre que les biais moraux d’une société ou d’une culture peuvent être extraits, quantifiés, traqués et comparés au fil du temps.” Pour l’illustrer, ces derniers ont montré que la seule analyse d’articles de presse publiés de 1987 à 1997 tendait à favoriser des réponses positives concernant le mariage et la parentalité, avant tout. En comparaison, l’analyse d’actualités de 2007-2008 aurait réduit les chances d’obtenir ce même genre de réponses. Preuve que lorsque les temps changent, la morale aussi.

H2G2: L
H2G2: L'intégrale de la...
  • 1120 Pages - 03/11/2010 (Publication Date) - Denoël (Publisher)
  • Hu chevron_right

    Le dernier tatouage de Cardi B lui a pris des mois (et on comprend pourquoi)

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 2 days ago - 10:26 · 1 minute

BEAUTÉ - De l’audace, Cardi B n’en manque pas. Ce samedi 23 mai, la rappeuse américaine a partagé une série de photos et de vidéos sur son compte Instagram pour dévoiler à ses 65 millions d’abonnés le résultat final de son dernier tatouage .

“Ok les gars, écrit l’interprète de ‘Bodak Yellow’ en légende de la séquence ci-dessous. Voilà. Ça m’a pris plusieurs mois, mais j’ai enfin fini. C’est mon tatouage dorsal. Il va du haut de mon dos jusqu’au milieu de ma cuisse.”

Le travail a été réalisé par le tatoueur californien Jamie Schene. Il lui a fallu une soixantaine d’heures pour parvenir à cette gigantesque fresque de fleurs et de papillons en couleur.

“Le maillot de bain vient de chez Fashion Nova, dépêchez-vous de vous le procurer avant qu’il ne soit en rupture de stock”, ironise l’artiste dans la photo ci-dessous.

Comme le souligne cet article de Refinery29 , le dessin sur la peau de Cardi B illustre le retour d’une tendance en matière de tatouages longtemps décriée, celle aux papillons. Plusieurs célébrités comme la chanteuse Ariana Grande ou Shawn Mendes l’ont fait avant elle.

À voir également sur Le HuffPost : Cardi B dénonce toutes les célébrités testées au coronavirus

  • Hu chevron_right

    Jean-Loup Dabadie a écrit ces 5 tubes, le saviez-vous?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 3 days ago - 16:12

MUSIQUE - Plume prolifique, Jean-Loup Dabadie s’est éteint ce dimanche 24 mai à l’âge de 81 ans, a annoncé son agent. L’académicien a eu une carrière peu conventionnelle, jonglant entre le journalisme, la littérature, le cinéma et la musique .

Entre les années 70 et début 2000, il a écrit de nombreuses chansons , notamment pour Julien Clerc, Mireille Matthieu, Michel Sardou, Serge Reggiani ou encore Régine. Il a surtout beaucoup collaboré avec Michel Polnareff et a travaillé sur ses plus grands succès comme “On ira tous au paradis”, “Lettre à France”, “Dans la maison vide” et “Holidays”.

C’est sous sa plume que de nombreux airs que vous connaissez bien ont vu le jour. Nous en avons sélectionné cinq, que vous pouvez retrouver dans la vidéo en tête de cet article.

À voir également sur Le HuffPost: Mort de Michel Piccoli: voici ses 5 scènes cultes

  • Hu chevron_right

    Les difficultés d'un patron de cinéma pendant la crise du Covid-19

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 3 days ago - 02:52 · 5 minutes

DÉCONFINEMENT - Cinémas, théâtres, concerts... En temps normal, les Grands Boulevards sont le cœur du Paris culturel. Mais pendant la crise du coronavirus, ils semblent avoir perdu leur âme, alors que les rideaux de ces lieux vivants restent toujours baissés.

À quelques pas de là, le cinéma “L’Archipel” ne fait pas exception. Fabrice Roux, son propriétaire, a dû éteindre ses projecteurs le 14 mars après l’annonce de la fermeture des lieux “non indispensables à la vie du pays” par Édouard Philippe. Et à l’instar des restaurateurs, lui aussi n’est toujours pas sorti du confinement. Si le ministre de la Culture, Franck Riester, a annoncé travailler à une réouverture des salles obscures pour début juillet , rien n’est encore acté pour le moment.

“J’ai dû mal à concevoir qu’on puisse prendre un risque dans un cinéma comme le mien et que par contre on ne prend pas de risques en prenant le métro ”, déclare-t-il, perplexe. “Si on m’impose de ne mettre qu’une personne sur quatre dans mes salles, quels risques prendront les spectateurs par rapport à ceux qui rentrent dans un wagon de RER et sont tous les uns sur les autres dans un espace confiné?”. Un argument repris d’ailleurs sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

70.000€ de pertes en deux mois de confinement

À l’issue de ces deux premiers mois de confinement, ce patron de cinéma indépendant a déjà fait les comptes: environ 70.000€ de pertes de chiffre d’affaires, ses huit employés mis au chômage partiel et des charges qui continuent de s’accumuler (système de billetterie et loyers entre autres).

Un bilan qui ferait forcément paniquer n’importe quel chef d’entreprise. D’autant plus que “L’Archipel” a été placé en redressement judiciaire en fin d’année 2019.

“Au début de la crise du Covid, je me suis posé la question: ‘est-ce que je ne vais pas être obligé de déposer le bilan?’ Mais le coronavirus, c’est une crise parmi tant d’autres. En 2015, nous avons eu les attentats et donc une grande chute d’affluence. Ensuite, nous avons eu une période très agitée avec les gilets jaunes , puis derrière les grèves contre la réforme des retraites... C’est l’accumulation! Si nous étions en situation normale, nous n’aurions pas de problème de trésorerie et nous pourrions traverser cette période de manière moins douloureuse.”

Le monde de la culture sous perfusion

Fabrice Roux est bien conscient de “l’exception culturelle française”. Le patron de cinéma sait bien que sans le soutien des pouvoirs publics ses deux salles ne projetteraient sans doute plus depuis longtemps. “On ne peut pas toujours dire qu’il n’y a pas assez”, confie-t-il. “Nous avons la chance d’être dans un milieu qui est énormément soutenu. Quand je regarde les autres secteurs d’activités, je me dis quand même que nous ne sommes pas les enfants pauvres.”

Un soutien qui s’avère décisif, encore pendant cette crise du Covid-19. En plus de l’aide du CNC (Centre national du cinéma) au travers de sa subvention “Art et Essai”, le cinéma “L’Archipel” a pu bénéficier de la suspension du recouvrement de la TSA (taxe spéciale additionnelle), impôt directement ponctionné sur chaque ticket de cinéma pour le mois de mars.

Des aides au niveau local ont également été votées. La ville de Paris a débloqué un plan de soutien aux acteurs culturels d’un montant de 15 millions d’euros et promet des aides spécifiques allouées aux salles indépendantes. De son côté, la région Île-de-France a également mis en place un fond d’urgence de 10 millions d’euros pour les professionnels de la culture.

“Notre plus grande charge aujourd’hui ce sont les loyers. Placés ou nous sommes, à côté des Grands Boulevards, ce sont des loyers très chers (environ 20.000€ par trimestre). Si nous arrivons à obtenir de l’État la prise en charge de nos loyers pendant la crise, ça va baisser considérablement nos pertes et nous pourrons tenir au moins jusqu’à la fin de l’année.”

“On ne peut pas tout demander à l’État”

Au-delà de ces aides financières, Fabrice Roux réfléchit à des manières d’agir. Plus que jamais, il est prêt à “enfourcher le tigre” comme l’a évoqué Emmanuel Macron le 6 mai dernier. D’ici la réouverture des salles, il propose de participer au déconfinement des écoles en mettant à disposition ses deux salles pour y faire cours, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

“Est-ce qu’on doit attendre planqués sous la protection de l’État que nous n’ayons plus du tout de Covid-19 pour rouvrir? Je pense qu’il faut que nous aussi nous apportions notre pierre à l’édifice et participions à l’effort national. Il faudrait rouvrir les salles et l’état s’engagerait à compenser le manque qu’il y aurait entre ce que vous faites et ce qu’il faudrait faire pour payer ses charges. Je préfère cette solution ou nous remettons tout le monde au travail et essayons de retrouver une dynamique plutôt que celle qui est d’attendre et d’organiser le chômage de masse. Tant qu’on est dans cette situation, les distributeurs ne sortent pas leurs films, les producteurs ne tournent pas... Tout le monde est à l’arrêt!”

À voir également sur Le HuffPost: 5 choses auxquelles penser quand on va au ciné drive-in