close
  • La chevron_right

    Le Moringa : l’arbre qui pourrait nourrir les zones en malnutrition

    earth.movim.eu / LaReleveEtLaPeste – 17:14

Au-delà de ses vertus nutritionnelles, le moringa est très utile du point de vue écologique : il attire les pollinisateurs, lutte contre l’érosion dans des régions particulièrement touchées par les sècheresses, et produit de la biomasse. L’huile tirée de ses graines ne rancit pas et peut donc être utilisée aussi bien en mécanique qu’en denrée alimentaire.

Cet article Le Moringa : l’arbre qui pourrait nourrir les zones en malnutrition est apparu en premier sur La Relève et La Peste .

  • Nu chevron_right

    Grève du 5 décembre : pourquoi Extinction Rebellion a saboté des trottinettes électriques

    news.movim.eu / Numerama – 15:53

Extinction Rebellion a rejoint le mouvement social de ce 5 décembre 2019. L'une de leurs actions a été de mettre hors service des milliers de trottinettes électriques. Quelles sont les raisons environnementales motivant cet acte ? On fait le point sur les sources fournies par XR. [Lire la suite]

Voitures, vélos, scooters... : la mobilité de demain se lit sur Vroom ! https://www.numerama.com/vroom/vroom//

  • Hu chevron_right

    Mike Horn, démuni face à des ours polaires "maigres et affamés" au pôle Nord

    news.movim.eu / HuffingtonPost – 14:03

CLIMAT - Ce qu’il a vu lui a littéralement brisé le coeur. Du moins, c’est ce que raconte Jessica Horn, la fille de l ’explorateur Mike Horn, actuellement coincé sur la banquise de l’Océan Arctique avec le spécialiste polaire Borge Ousland.

Invitée sur le live Instagram du journaliste Hugo Clément ce mercredi 4 décembre, la jeune femme a rapporté les dires de son père, “fatigué et amaigri”, qui s’apprête à rentrer dans quelques jours.

Les gelures, une santé physique affaiblie et un manque de nourriture considérable, ne sont pas ce qui a le plus affecté Mike Horn. Depuis le premier jour de son expédition en septembre dernier, l’explorateur a dû assister avec effroi aux terribles conséquences du dérèglement climatique qui impacte aussi les pôles.

Lorsqu’un internaute demande à la fille de l’aventurier si son père a croisé des animaux lors de l’expédition baptisée “Pole2Pole”, celle-ci répond: ”Étonnamment, ils n’ont même pas croisé d’ours polaire, mais ils ont vu des traces d’un mâle qui était affamé, très maigre et qui avait faim.”

À son tour, Hugo Clément a donné davantage de précision à ce sujet: “Ils ont pu se rendre compte que l’ours croisé était un mâle affamé qui cherchait de la nourriture car l’espace de ses pattes dans la neige était très peu espacé, ce qui signifie qu’il était très maigre”.

Une pause s’impose pour Mike Horn ?

En novembre dernier, Jessica Horn n’avait pas caché sa détresse à l’idée d’imaginer son père coincé dans la banquise avec des températures approchant les -50°c. Cette fois-ci, cette dernière se veut rassurante. Si les nombreuses gelures de Mike Horn le font terriblement souffrir, “il sait exactement comment gérer ça”, dit-elle.

À la question: “Est-ce l’expédition la plus dure relevée par Mike Horn?”, celle-ci peine à répondre mais n’écarte pas une pause dans les aventures de son père: “L’Antarctique était l’expédition la plus difficile jusqu’à présent, mais il était beaucoup moins affecté par tous ces changements. Et puis, il fait nuit 24 heures sur 24, ça touche son mental. Je pense qu’il nous le dira lui-même mais oui c’est certainement la plus difficile de sa vie. Je pense qu’il va faire une petite pause après ça...”

À voir également sur Le HuffPost:

  • Jo chevron_right

    Jouez les Greta Thunberg avec ce simulateur en ligne pour limiter le réchauffement climatique

    news.movim.eu / JournalDuGeek – 14:01

Crédits : @Comfreak via Pixabay

Que faut-il faire pour limiter le réchauffement climatique ? C’est tout l’enjeu de la COP 25 , la conférence internationale annuelle de l’Organisation des Nations qui vise à établir des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Afin de mieux cerner les façons concrètes de limiter le réchauffement climatique, le MIT s’est associé à l’ONG Climate Initiatives pour créer un simulateur en ligne baptisé En-ROADS . Le but de celui-ci ? Vous laisser tester différents leviers pour limiter au maximum le réchauffement climatique d’ici 2100 . Reforestation massive, géo-ingénierie, augmentation des énergies renouvelables, baisse des taux de natalité… Le simulateur permet de se rendre compte très concrètement de l’impact de ces différents facteurs pour limiter le réchauffement climatique, en vous indiquant à quelle hausse de température on doit s’attendre en fonction du scénario ainsi créé. « La simulation est le meilleur moyen pour apprendre quand l’éducation par l’expérience est trop coûteuse ou simplement impossible » a ainsi indiqué John Sterman, l’un des créateurs de En-ROADS, à Fast Company .

Malgré le côté réaliste de En-ROADS, les choses sont un peu plus complexes dans la vraie vie. La question du coût n’est par exemple pas abordée par le simulateur, ni celle, tout aussi délicate, des rapports de force géo-politiques. Cela reste cependant un outil ludique qui montre bien à quel point la lutte contre le réchauffement climatique est un exercice complexe qui nécessite de jouer sur plusieurs plans à la fois. Un exercice auquel la COP 25, qui s’est ouverte cette semaine, devra apporter des solutions concrètes.

Le changement climatique...
Le changement climatique...
  • Jean-marc Jancovici
  • Éditeur: Le Seuil
  • Édition no. 0 (05/04/2017)
  • Poche: 112 pages
  • Nu chevron_right

    Ces poissons créent constamment de nouvelles espèces en s’accouplant par erreur

    news.movim.eu / Numerama – 10:59

Les cichlidés est l'une des familles de poissons les plus diversifiées sur Terre. Une étude éclaire les raisons de cette variété : des accouplements constants entre espèces différentes au sein de la même famille. [Lire la suite]

Voitures, vélos, scooters... : la mobilité de demain se lit sur Vroom ! https://www.numerama.com/vroom/vroom//

  • Hu chevron_right

    Pour protéger les récifs coralliens, ces scientifiques utilisent le son

    news.movim.eu / HuffingtonPost – 10:52

ENVIRONNEMENT - Les coraux abîmés pourraient bien être sauvés grâce… aux sons. Des scientifiques de l’Université d’Exeter ont mené une étude de ce type pendant 40 jours près de la Grande Barrière de Corail en Australie.

33 récifs coralliens ont été construits à partir de corail mort à 20m de cet écosystème. À l’intérieur de certaines parcelles, ils ont placé des haut-parleurs sous-marins. Ces derniers ont émis les mêmes sons que peuvent le faire les récifs en bonne santé.

L’objectif était d’attirer des poissons à la recherche d’un endroit où vivre. “ Les poissons écoutent tous les bruits , les grognements ou encore les sifflements que l’on peut entendre provenant de tous les animaux sur un récif corallien sain et ils nagent vers ces sons”, explique à Reuters Tom Gordon, l’un des scientifiques ayant participé à cette étude. Pourquoi vouloir attirer des poissons? Pour qu’ils se nourrissent des déchets organiques et qu’ils maintiennent l’écosystème en bonne santé.

Et les résultats ont été encourageants, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus . Après la mise en place de ce dispositif, les poissons ont été nombreux à venir et sont restés plus longtemps sur les récifs où aucun son n’était retransmis. Les co-auteurs de l’étude ont aussi noté une grande diversité des espèces présentes sur les parcelles.

Si l’étude s’est montrée concluante, les haut-parleurs ne fonctionnent qu’à échelle locale. D’autres problèmes doivent être pris en compte pour maintenir les récifs coralliens en bonne santé comme le réchauffement climatique ou encore la surpêche.

À voir également sur Le HuffPost :

  • Hu chevron_right

    La WWF détourne des peintures classiques pour alerter sur le climat

    news.movim.eu / HuffingtonPost – 10:10

CLIMAT - À Madrid, les représentants des pays signataires de l’Accord de Paris sont réunis jusqu’au 13 décembre pour discuter des enjeux climatiques . Mais la COP25 ne se joue pas qu’entre dirigeants politiques. Le Musée du Prado, le plus célèbre des musées madrilènes, s’est associé avec la WWF pour une action de sensibilisation à travers ses œuvres d’art.

Quatre des chefs d’œuvre de la collection du Prado ont été retouchés pour montrer les conséquences du changement climatique comme la montée des eaux, l’assèchement des rivières, l’extinction des espèces animales ou encore le drame des réfugiés climatiques.

“Philippe IV à cheval” de Diego Velázquez

“Traversée du monde souterrain” de Joachim Patinir

“Le parasol” de Francisco de Goya

“Le parasol” de Francisco de Goya dans un camp de réfugiés“Le parasol” de Francisco de Goya (original)

“Enfants à la plage” de Joaquín Sorolla

“Enfants à la plage” de Joaquín Sorolla et l“Enfants à la plage” de Joaquín Sorolla (original)

“On espère que cette campagne atteindra chaque coin de la planète”, commente l’ONG vouée à la protection de l’environnement et au développement durable.

“Cette action fait partie d’une série d’activités et d’initiatives prévues par la WWF qui se tiendront pendant le Sommet pour le climat afin de demander aux gouvernements une meilleure ambition pour s’assurer que le réchauffement de la température n’excède pas une augmentation de 1.5°C.”

À voir également sur Le HuffPost :

Greta Thunberg est “le miracle” que Yann Arthus-Bertrand attendait

  • La chevron_right

    Graines de rebelles : un collectif se bat contre Monsanto pour préserver nos semences

    earth.movim.eu / LaReleveEtLaPeste – 2 days ago - 19:10

90 % des graines semées en Europe appartiennent à 5 entreprises, qui contrôlent donc à elles seules l’alimentation de tous et coupent, un peu plus encore, les producteurs d’autonomie. Face à ce constat, des projets se mettent en place pour sauver ces variétés naturelles boudées par l’agriculture conventionnelle.

Cet article Graines de rebelles : un collectif se bat contre Monsanto pour préserver nos semences est apparu en premier sur La Relève et La Peste .