close
  • Ar chevron_right

    Proposed bill would ban microtargeting of political advertisements

    news.movim.eu / ArsTechnica · Yesterday - 19:19

A serious woman in a suit raises a gavel.

Enlarge / Rep. Anna Eshoo (D-Calif.) chairing a House committee hearing pandemic-style on Thursday, May 14 2020. (credit: Greg Nash—Pool | Getty Images )

Internet-based advertising has been a boon for both political campaigns and disinformation campaigns , which love to take advantage of the ability to slice and dice the electorate into incredibly tiny and carefully targeted segments for their messaging. These ads—which may or may not be truthful and are designed to play very specifically on tiny groups—are incredibly difficult for regulators, researchers, and anyone else not in the targeted group to see, identify, analyze, and rebut.

Google prohibits this kind of microtargeting for political ads, while Twitter tries not to allow any political advertising. Facebook, on the other hand, is happy to let politicians lie in their ads and continue microtargeting on its platform. Members of Congress have challenged Facebook and its CEO to explain this stance in the face of rampant disinformation campaigns, but to no avail.

Lawmakers now want to go further and make this kind of microtargeting for political advertising against the law. Rep. Anna Eshoo (D-Calif.) today introduced a bill ( PDF ) that would amend federal election law to do just that.

Read 7 remaining paragraphs | Comments

index?i=XuCy3VubO4M:13fsskkQkns:V_sGLiPBpWUindex?i=XuCy3VubO4M:13fsskkQkns:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Jo chevron_right

    Facebook : la justice oblige une grand-mère à retirer des photos de ses petits-enfants

    news.movim.eu / JournalDuGeek · 2 days ago - 15:45 · 1 minute

Leçon numéro un : ne jamais poster de photos sans l’accord des personnes qui y figurent. Cette grand-mère aurait dû la connaître ou la mettre en application. Aux Pays-Bas, révèle la BBC, une cour de justice a en effet récemment traité une affaire de cette teneur. La femme avait refusé de retirer des photos de ses petits-enfants, publiées sur Facebook , alors que leur mère le lui avait demandé. Elle aurait elle-même refusé de l’autoriser à publier les fameuses photos de ses enfants et aurait porté par la suite ce désaccord devant un juge qui a tranché en sa faveur. Selon la BBC , la grand-mère serait désormais contrainte de supprimer les photos ciblées ou de payer une amende de cinquante euros par jour tant qu’elle ne s’y est pas pliée. Cette amende cumulative pourrait s’élever jusqu’à un maximum de 1000 euros. De plus, si elle recommence à poster des photos des petits-enfants, toujours sans l’accord de leur mère, elle devrait payer 50 euros supplémentaires.

Ce jugement quelque peu insolite s’appuie sur les nouvelles directives du Règlement général sur la protection des données ( RGPD ), entrées définitivement en vigueur en Union Européenne depuis le 25 mai 2018. “Nous ne pouvons écarter la possibilité que les photos publiées sur Facebook puissent être diffusées en dehors et finir entre les mains de tierces personnes” , a statué le juge néerlandais. Autrement dit, ce cas de publications de photos sans consentement, même sur un compte web personnel, ne relève pas de la sphère privée. Car, en réalité, ses photos se retrouvent attachées à un réseau social (et non des moindres) qui possède, qu’on le veuille ou non, une dimension publique.

  • Ar chevron_right

    Facebook workers get remote work option—but it could come with a pay cut

    news.movim.eu / ArsTechnica · 5 days ago - 16:50

Mark Zuckerberg demonstrates an Oculus Rift headset at a 2016 event.

Enlarge / Mark Zuckerberg demonstrates an Oculus Rift headset at a 2016 event. (credit: David Paul Morris/Bloomberg via Getty Images)

Facebook will become far more friendly to remote work, founder and CEO Mark Zuckerberg announced in a Thursday livestream to employees that was shared publicly.

"We're going to be the most forward-leaning company on remote work at our scale," Zuckerberg said. "I think that it's quite possible that over the next five to 10 years, about 50 percent of our people could be working remotely."

Right now, of course, far more than 50 percent of Facebook employees are working from home due to the pandemic. The company has told workers that they'll be free to work remotely through the end of 2020. But even after the COVID-19 threat subsides, Facebook will be more accepting of remote workers than it was before the pandemic.

Read 25 remaining paragraphs | Comments

index?i=gbBKMT6ZqYw:sul3W4T-8iE:V_sGLiPBpWUindex?i=gbBKMT6ZqYw:sul3W4T-8iE:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Jo chevron_right

    Facebook dévoile Workplace Rooms, une variante de sa solution de visioconférence pour les professionnels

    news.movim.eu / JournalDuGeek · 5 days ago - 15:20 · 2 minutes

Crédits : Facebook

Il y a peu, Facebook lançait Messenger Rooms , sa solution de visioconférence capable de gérer jusqu’à 50 personnes simultanément. Dans son viseur : Zoom , l’application de visioconférence qui a connu un succès incroyable à son lancement, notamment en raison des différentes mesures de confinement généralisé qui ont touché le monde ces derniers mois. Fort de Messenger Rooms, la firme fondée par Mark Zuckerberg s’attaque désormais au monde des entreprises, et dévoile pour cela Workplace Rooms . À la manière de l’intégration de Rooms à Messenger, et aux autres messageries gérées par la firme – telles que celles d’Instagram et WhatsApp – Facebook va intégrer Rooms à Workplace, son équivalent maison à Slack. Même si cette solution s’adresse davantage aux entreprises, Workplace Rooms devrait fonctionner à la manière de Messenger Rooms, et disposera des mêmes possibilités. On devrait ainsi toujours pouvoir organiser des visioconférences jusqu’à 50 participants , sans limite de temps, et il sera évidemment possible de verrouiller le salon aux seuls invités. Facebook en profite pour annoncer que sa solution payante pour les professionnels et entreprises à dépassé les cinq millions d’abonnés, soit deux millions d’utilisateurs de plus qu’à l’automne dernier.

Sur Messenger, Facebook vous alertera d’une tentative d’escroquerie

En parallèle de cette annonce, Facebook alerterait dorénavant en temps réel les utilisateurs de Messenger d’une escroquerie . En raison de la montée des tentatives d’escroquerie sur sa messagerie, la firme lance une série d’outils permettant de vous alerter en cas de problème. Basés sur l’intelligence artificielle, ces outils seraient capables de vous alerter si vous discutez avec un escroc , et cela sans même avoir à accéder aux messages. « Nous avons conçu cette fonctionnalité de sécurité pour qu’elle fonctionne avec le chiffrement complet » , a indiqué Jay Sullivan, responsable de la sécurité produit chez Facebook. Ainsi, sans même accéder aux échanges, Facebook va dorénavant se baser sur le machine Learning et l’analyse des comportements semblables à du harcèlement ou des escroqueries avérés. Des comportements suspects comme un envoi répété d’un même message à un grand nombre de personnes, ou des signalements déjà rapportés permettront par la suite d’aiguiser la capacité de l’outil à détecter les arnaqueurs ou les harceleurs. Cette fonction serait déjà en place sur les smartphones Android depuis le mois de mars, et vient tout juste d’arriver sur iOS.

Promo
PAPALOOK Webcam 1080P HD avec...
PAPALOOK Webcam 1080P HD avec...
  • ღ【HD Qualité de Vidéo】Appel vidéo en écran large, enrgistrez et diffusez stream des...
  • ღ【Autofocus Rapide】L'Autofocus rapide et pratique permet à cette webcam de mettre au...
  • ღ【 Microphone à Réduction de Bruit Intégré】Le micro omnidirectionnel filtre les...
  • ღ【Compatiblité】Windows 7, Windows 8, Windows 10 ou ultérieur, Mac OS 10.10 ou...
  • Hu chevron_right

    Le télétravail pour la moitié des salariés de Facebook dans moins de 10 ans?

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 5 days ago - 08:12 · 2 minutes

“En 2020 il est plus facile de déplacer des octets que des atomes, donc je préfère que nos employés se téléportent par vidéo ou réalité virtuelle plutôt qu’ils soient coincés dans les embouteillages à polluer l’environnement”, a plaisanté le PDG de Facebook.  

TÉLÉTRAVAIL - La moitié des employés de Facebook pourraient travailler de chez eux, de façon permanente, d’ici 5 à 10 ans, a annoncé Mark Zuckerberg jeudi 21 mai lors d’une conférence pour ses employés diffusée en public sur la plateforme .

Le géant des réseaux sociaux va être “l’entreprise la plus en avance au monde sur le travail à distance”, a assuré le fondateur et patron de Facebook, qui comptait 45 000 employés dans le monde fin 2019.

Fin avril, il a annoncé son intention de recruter 10 000 personnes supplémentaires, tant les changements de société liés à la pandémie représentent d’opportunités et de marchés à conserver ou conquérir pour le groupe américain.

“Le Covid ne va pas disparaître avant longtemps”

Mais les nouveaux salariés, dont une partie passera des entretiens uniquement en ligne, vont intégrer un univers en plein bouleversement, sans possibilité proche ou lointaine de retour à la normale.

“Je voudrais insister sur le fait que le Covid ne va pas disparaître avant longtemps”, a déclaré Mark Zuckerberg, avant de présenter les retours d’expérience et son plan pour l’organisation du travail au sein de son entreprise .

Facebook, dont 95% du personnel est en télétravail en ce moment, avait déjà annoncé récemment que ses employés continueraient à travailler en majorité de chez eux jusqu’à la fin de l’année.

“Nous sommes là pour servir le monde”

Aucun rassemblement de plus de 50 personnes ne sera organisé avant juillet 2021 au mieux.

Selon une étude en interne, plus de 50% des employés s’estiment plus productifs en télétravail , et 20 à 40% se disent intéressés par la possibilité de travailler à distance de façon permanente. Mais la moitié aimerait retourner au bureau le plus vite possible.

Mark Zuckerberg s’est dit “optimiste” sur le potentiel bénéfique du travail à distance. “Nous ne le faisons pas parce que des employés le réclament, mais parce que nous sommes là pour servir le monde, et notre communauté, et débloquer autant d’innovation que possible”.

Parmi les avantages, il a évoqué plus d’égalité des chances dans les carrières, des recrutements plus divers (géographiquement et chez les minorités), des économies sur les infrastructures et les salaires (qui seront ajustés en fonction du lieu de résidence) et une meilleure rétention des personnes obligées de déménager pour des raisons personnelles.

Sans compter l’impact pour la planète . “En 2020 il est plus facile de déplacer des octets que des atomes, donc je préfère que nos employés se téléportent par vidéo ou réalité virtuelle plutôt qu’ils soient coincés dans les embouteillages à polluer l’environnement”, a plaisanté le PDG.

À voir également sur Le HuffPost: 5 astuces pour prendre la parole en visio-conférence

  • image
  • Jo chevron_right

    Facebook veut aider les commerçants à créer des boutiques virtuelles

    news.movim.eu / JournalDuGeek · 6 days ago - 09:30 · 1 minute

Crédit : FacebookCrédit : Facebook

Cette nouvelle initiative de Facebook veut transformer le plus grand réseau social au monde en plus grande plateforme de vente en ligne au monde ! Mark Zuckerberg a expliqué que s’il est impossible d’ouvrir physiquement son magasin ou son restaurant en raison des mesures de confinement, « il est possible de prendre des commandes en ligne et de les livrer ». De fait, beaucoup de petits commerces qui n’avaient jamais projeté leur activité sur internet ont commencé à le faire ces dernières semaines, par nécessité.

Des boutiques faciles d’accès

Le principe de Shops, un service qui se limite pour le moment aux États-Unis, est de pouvoir mettre en place un équivalent en ligne de sa boutique physique. Accessibles depuis les applications Facebook et Instagram, ces magasins virtuels se veulent très simples à créer et surtout, gratuits. Les commerçants peuvent personnaliser l’aspect de la boutique et décider des références qu’ils veulent vendre dans leurs Shops.

Les magasins en ligne sont présents dans les pages Facebook des commerces et dans leurs profils sur Instagram. Il est aussi possible de les découvrir via des publicités ou dans les Stories. L’utilisateur peut naviguer dans le catalogue, mettre de côté des produits et passer commande. Il pourra aussi poser une question directement au gestionnaire de la boutique avec WhatsApp, Messenger ou la messagerie Instagram. Facebook prévoit également la visite virtuelle du magasin (réel) et la possibilité d’acheter directement depuis une de ses messageries.

Crédit : FacebookCrédit : Facebook

Par ailleurs, Facebook lancera cet été Instagram Shop, toujours aux États-Unis dans un premier temps. Cette nouvelle boutique facilitera la découverte et l’achat des produits présents dans l’onglet Explorer du réseau social.

  • Ar chevron_right

    Facebook takes on Amazon with online shopping venture

    news.movim.eu / ArsTechnica · 7 days ago - 14:18

The Facebook app displayed on the screen of an iPhone.

Enlarge / The Facebook app displayed on the screen of an iPhone. (credit: Fabian Sommer | picture alliance | Getty Images )

Facebook is hoping that its 2.6 billion users will begin shopping on its platform, as it unveiled a service that puts it in direct competition with Amazon and eBay.

“Facebook Shops” will allow sellers to create digital storefronts on Facebook or Instagram, the company said on Tuesday, adding that it would benefit by gathering valuable data on what shoppers want.

Users will be able to browse products, message businesses to arrange purchases, and in some cases buy them directly via a recently introduced online checkout feature.

Read 17 remaining paragraphs | Comments

index?i=cVEePxEaCXw:FsAi5t9XTdc:V_sGLiPBpWUindex?i=cVEePxEaCXw:FsAi5t9XTdc:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Hu chevron_right

    Thierry Breton fait la leçon à Mark Zuckerberg sur les impôts de Facebook

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Tuesday, 19 May - 13:51 · 2 minutes

ÉCONOMIE - “J’ai moi-même été un patron vous savez...” Lundi 18 mai, un think tank installé à Bruxelles, le Centre on Regulation in Europe, organisait une discussion entre le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg et Thierry Breton, Commissaire européen au Marché intérieur.

Un échange qui a notamment vu le patron de Facebook recevoir une leçon de la part de l’ancien PDG d’Atos , Thomson ou France Télécom. “J’ai toujours dit à mes collaborateurs ‘N’essayez pas d’être trop malins. Et payez vos impôts quand vous devez en payer’”, a lancé Thierry Breton. Une injonction qu’il a plusieurs fois répétée par la suite à son interlocuteur du jour, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article .

“Cette idée de ne pas chercher à être trop malin, on pourrait avoir à s’en inspirer dans les jours futurs”, a poursuivi le Commissaire européen. “Parce que nous allons vers un monde avec de grands problèmes économiques (...) et dans lequel il sera très important de trouver des solutions ensemble.”

“Ce n’est pas parce que quelque chose n’est pas interdit qu’il est autorisé”

Et Thierry Breton, ministre de l’Économie sous Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin ne s’est pas arrêté en si bon chemin. “Faites attention à ne pas devenir un acteur trop important du système qui ne jouerait pas avec ses règles, faites attention à la démocratie, anticipez ce qu’il pourrait advenir, soyez vigilants avec toutes les informations que vous agrégez...”

“En fin de compte, ce qui importe le plus dans la société de l’information dans laquelle nous vivons”, a conclu Thierry Breton face à un Mark Zuckerberg resté comme souvent livide et muet, “ce n’est pas parce que quelque chose n’est pas interdit qu’il est autorisé.”

Comme le rappellent nos confrères du Monde , l’enjeu de cet échange était de taille puisque Facebook et l’Union européenne sont lancés dans une valse effrénée. Le tout est de savoir si le réseau social et ses satellites (Instagram, Whatsapp...) accepteront de concéder suffisamment à l’UE pour que celle-ci ne se décide pas à réguler leur activité.

Vous pouvez retrouver l’échange dans son intégralité ci-dessous:

À voir également sur le HuffPost : Mark Zuckerberg totalement désarçonné par une question personnelle au sénat américain

  • image