close
  • Jo chevron_right

    Nuits des étoiles : comment réussir vos photos d’étoiles filantes ?

    news.movim.eu / JournalDuGeek · 4 days ago - 14:25 · 8 minutes

Image par Comfreak de Pixabay

Ce week-end marque le lancement des “nuits des étoiles” . Durant un mois, il sera possible d’assister à la pluie des Perséides , où une centaine de phénomènes vont se produire toutes les heures. Si elle s’étend jusqu’au 26 août cette année , c’est dans la nuit du 12 août qu’elle sera la plus visible à l’œil nu . En plus d’offrir un magnifique spectacle éphémère, cette pluie de Perséides pourra aussi être immortalisée grâce à un appareil photo. Tous les amateurs de cet art pourront donc s’y donner à cœur joie, à condition de respecter quelques préceptes. Nous avons interrogé la photographe et instagrameuse Camille Talks , pour qu’elle nous donne quelques conseils.

Faut-il avoir du matériel professionnel pour faire de l’astrophotographie ?

Pas besoin de dépenser tout son pécule durement gagné pour s’adonner à l’ astrophoto . Cette autodidacte, qui est devenue photographe de métier, nous explique que le plus important, c’est finalement de pouvoir régler sa vitesse d’obturation et l’ouverture de son objectif . Avec un reflex, entrée de gamme, il suffira de se rendre dans les paramètres pour que la magie opère. “Il vous faut un appareil avec lequel il est possible de modifier la vitesse et les ISO, en gros, il faut un appareil photo ayant un mode manuel” . Côté objectif, on privilégiera les grand-angles bénéficiant d’une grande ouverture, entre f-2 et f-4. Parce que oui en photo, plus l’ouverture est grande, plus le chiffre est petit . Enfin, dernier outil qu’il faudra absolument emporter dans sa besace, un trépied . C’est lui qui permettra d’assurer la stabilité de l’appareil pendant le long temps de pause, aussi, il faut que celui-ci soit robuste. Il est possible de s’en procurer sur Internet, mais aussi dans les magasins disposants d’un rayon photo conséquent.

Hello Neowise ✨ Je rêvais de voir la comète de mes propres yeux depuis quelques semaines ! J’ai attendu la nouvelle lune, du coup c’est au bord des falaises d’Etretat que je l’ai photographié (j’ai plein d’autres photos mais pour commencer je vous en montre 2 🙈 ) ! Au début j’avais peur de ne pas la trouver : j’ai fixé l’horizon des yeux (no comment pour ceux qui savent mon « erreur » de départ 🤣 ), j’ai surveillé la Grande Ourse (elle devait se trouver en dessous). Et plus la nuit tombait, plus j’ai commencé à distinguer la traînée blanche de Neowize. Il est possible de l’observer jusqu’à fin juillet donc n’hésitez pas à vous équiper d’une paire de jumelle ou télescope pour voir ce spectacle 💫 – I finally take a shoot of the comet Neowize, I was so happy to see it 😍#camilletalks #camilleandthesky #camilleandthestarrynights #neowise #neowisecomet #starrynight #starrysky #normandietourisme

A post shared by Camille Talks 🌙 (@camilletalks) on Jul 25, 2020 at 11:33am PDT

Quelles sont les conditions météorologiques idéales ?

Si l’été est plus propice à l’astrophotographie, c’est l’hiver que l’on voit le mieux les étoiles. Camille nous explique notamment qu’à cette période de l’année, il est possible d’observer la nébuleuse d’Orion. “On pense souvent que l’été est le moment idéal pour observer le ciel, pourtant, c’est en hiver que c’est plus simple. On peut le faire plus tôt, parfois même dès 21 heures. Il est vrai cependant qu’il fait plus froid et qu’il fait moins souvent beau.” Pour réaliser de belles photographies du ciel incandescent, il faudra donc garder les yeux rivés sur son application de météo et s’assurer que le temps est clément et le ciel dégagé . Les excursions estivales sont plus tardives puisqu’il faut attendre environ 1 heure du matin pour ne plus être dérangé par les dernières lueurs du soleil. Camille nous conseille aussi de suivre le calendrier lunaire pour ne pas être perturbé par l’éclat de l’objet céleste. “Le moment idéal est donc lors de la nouvelle lune. Sinon, sa lumière va éclipser celle des étoiles” . En parlant de lumière, les photographes devront chercher l’obscurité totale et parfois s’éloigner jusqu’à 50 km d’une grande ville . La pollution lumineuse empêche de réaliser de beaux clichés, donc n’hésitez pas à vous en éloigner le plus possible. D’ailleurs, vous pouvez connaître tous les endroits propices à l’astrophoto grâce à cette carte , conseillée par Camille.

Quelques conseils pour réussir les meilleures photos

On entre dans le vif du sujet. Quels réglages utiliser pour réaliser les plus belles photos de la voûte céleste ? On le disait plus haut, le plus important, c’est l’ouverture du diaphragme. Pour le régler, il faudra privilégier le mode manuel et choisir la plus petite mesure possible. L’idéal se situe entre f.2 et f.4 . C’est cette ouverture qui va permettre de faire entrer le plus de lumière possible. Ensuite, il faudra choisir un temps de pose assez long. On ne dépassera en revanche pas les 30 secondes, sous peine de voir ce que l’on appelle le “startrail” . C’est le mouvement provoqué par la rotation de la terre. Enfin, il faudra augmenter la sensibilité ISO de son appareil au maximum . Certains boîtiers pourraient avoir du mal à délivrer une photographie nette lorsque la sensibilité est haute, ce sera donc à vous d’adapter vos réglages en conséquence. Camille nous confie utiliser le retardateur pour éviter le mouvement de son appareil lors de l’enclenchement du bouton. La photographe nous invite aussi à ne pas oublier d’ajouter un premier plan dans le cadre, pour faire ressortir le contraste du ciel. On est tenté de ne photographier que le ciel, mais le jeu d’ombre sur un bâtiment, un personnage ou même des détails de paysage permettra de donner du cachet à votre cliché.

Ça y est vous voilà prêts à photographier les astres. Camille a tout de même quelques conseils pratiques en réserve, pour profiter de ce moment suspendu. “Mon principal conseil quand on part en sortie photo la nuit, c’est de bien se couvrir. Le temps de pose est plus long donc on reste souvent assez statique. On peut aussi prendre une liseuse ou amener quelques copains pour faire la discussion et ne pas s’ennuyer.” Elle précise que pour éclairer son chemin, et éviter les embûches, il faudra penser à prévoir une lampe et que dans l’idéal celle-ci devra être frontale. Vos mains seront déjà bien chargées avec votre matériel, inutile d’y ajouter une lampe.

L’astrophoto va de paire avec la retouche…

Vos photos sont sur votre appareil, idéalement en format RAW, ne reste plus qu’à s’attaquer à la retouche. Pour faire ressortir toutes les subtilités du ciel, vous voudrez passer par un logiciel de retouche comme Lightroom. “La retouche, c’est assez subjectif. Personnellement j’aime bien pousser la clarté et les hautes lumières. J’utilise aussi le pinceau pour retravailler la luminosité et mettre certaines zones en exergue” confie Camille. De notre côté, on ne peut que vous conseiller d’expérimenter différents rendus, en dupliquant votre image, pour vous faire une idée de ce que vous préférez.

Et avec un smartphone alors ?

Photographier le ciel avec son téléphone n’est pas évident, mais forcément impossible. Certains smartphones, comme les Google Pixel, bénéficient d’un mode nuit assez convaincant. Il faudra bien sûr emporter un trépied et sélectionner le mode dédié. Sur le Pixel 4 , vous pourrez augmenter le temps d’exposition jusqu’à 4 minutes, contre une minute pour le troisième du nom. Le One Plus 8Pro bénéficie aussi d’un mode nuit qui, couplé d’un trépied, permettra d’offrir un résultat assez satisfaisant. Même si on vous recommande plutôt le reflex pour vos séances d’astrophotographie, le smartphone vous permettra de vous essayer à cet art avant d’investir.

Sinon votre fidèle compagnon vous permettra d’étudier le ciel avant de photographier. Il existe plusieurs applications pour repérer les différentes étoiles dans le ciel, comme la ceinture d’Orion par exemple. Au Journal du Geek, notre préférence va à Star Walk 2 qui est disponible sur iOS et Android . Elle permet grâce à la réalité augmentée de penser votre cadrage.

Pour découvrir l’univers de Camille, vous pouvez faire un tour sur son blog , disponible à cette adresse. Ne reste plus qu’à vous souhaiter de belles soirées étoilées et de beaux clichés.

Neewer Trépied Monopode...
3 148 Commentaires
Neewer Trépied Monopode...
  • 2-EN-1 PRATIQUE ET LEGER: Capable de se convertir en un monopod dans quelques secondes d'une...
  • 4-SECTION JAMBES ET COLONNE CENTRALE: Hauteur variable de 53 à 177 centimètres par un boucle...
  • ROTULE 3-DIRECTION AVEC PLATEAU RAPIDE: panoramique à 360 degrés; Prise de vue à tous...
  • MATERIAU ROBUSTE: Construit en alliage aluminium et caoutchouc antidérapant. Les pieds en...
  • Hu chevron_right

    Brian Austin Green répond à ce selfie de son ex Megan Fox

    news.movim.eu / HuffingtonPost · 4 days ago - 10:03 · 2 minutes

PEOPLE - Après de nombreuses ruptures et réconciliations, le couple Brian Austin Green et Megan Fox a pris définitivement fin il y a quelques semaines .

La jeune actrice de 34 ans semble être passée à autre chose puisqu’elle s’affiche fièrement sur Instagram aux côtés de son nouveau compagnon. Ce jeudi 6 août, elle a posté une photo avec le rappeur Machine Gun Kelly (de vrai nom Colson Baker). “Douloureux beau garçon... Mon coeur est à toi”, écrit-elle.

Une manière de faire que son ex-mari ne semble pas très bien prendre, si l’on se fie à sa réaction sur le même réseau social.

Brian Austin Green a en effet réagi en reprenant la même description mais avec des photos bien différentes. Il a en effet ajouté des clichés de leurs trois enfants Noah Shannon, Bodhi Ransom, et Journey River ainsi que Kassius Lijah Marcil-Green qu’il a eu aux côtés de son ex-fiancée Tiffani-Amber Thiessen.

Sous la publication, de nombreux internautes n’ont pas apprécié cette “blague” faite par l’acteur. “C’est pathétique”, “bien sûr une femme n’a plus le droit d’aimer quelqu’un d’autre à part ses enfants”, “tu n’as qu’à dire que tu n’es pas passé à autre chose et c’est tout”, écrivent-ils.

Avec cette publication, l’ancien David Silver de Beverly Hills rompt une stratégie qu’il avait lui-même évoqué il y a quelques jours dans le podcast “ Hollywood Raw ”. Il disait alors faire de son mieux pour ”éviter” la couverture entourant sa rupture. “Je veux dire, j’essaie de ne rien lire ou de ne rien regarder et de ne pas m’y impliquer. Gardez simplement la tête baissée et faites ce que je fais et, vous savez, concentrez-vous sur les enfants. Je sais qu’elle va faire la même chose”, voulait croire Brian Austin Green.

À voir également sur Le HuffPost: John Krasinski réunit le casting de “The Office” pour surprendre un couple de fans

  • Jo chevron_right

    Cet outil protège vos selfies de la reconnaissance faciale

    news.movim.eu / JournalDuGeek · 6 days ago - 06:58 · 3 minutes

© Ibrahim Rifath – Unsplash

La reconnaissance faciale est aujourd’hui au centre de nombreuses polémiques. D’un côté, c’est une technologie fantastique avec de nombreux applications concrètes, comme déverrouiller votre smartphone ou votre ordinateur de façon très sécurisée. Certains laboratoires développent également des systèmes permettant de détecter des signes avant-coureurs de certaines maladies neurodégénératives à partir des marqueurs du visage. A plus grande échelle, elle peut également avoir un intérêt en sécurité, par exemple pour intercepter des criminels patentés. Mais malgré ses intérêts potentiels, la reconnaissance faciale globale et généralisée est également reconnue comme l’une des principales menaces potentielles en termes de vie privée et de protection des données personnelles.

Forcément, le devenir de nos photos sur la Toile pose donc de plus en plus de questions, et c’est tout naturellement que certains organismes développent des solutions pour endiguer cette reconnaissance systématique. C’est le cas de Fawkes , un outil développé par des scientifiques du laboratoire SAND de l’Université de Chicago et téléchargeable ici , qui utilise l’ intelligence artificielle pour modifier vos photos de façon très subtile. Mais il ne s’agit pas d’un outil de retouche puisque les photos ainsi générées sont presque indiscernables des originales au premier coup d’œil… en tout cas, pour un humain. Car ces altérations, aussi discrètes soient-elles, font un travail remarquable lorsqu’il s’agit de duper les algorithmes de reconnaissance faciale !

Un « camouflage » contre la reconnaissance faciale

L’objectif est simple : il s’agit de fournir des informations contradictoires aux algorithmes de détection, bien souvent construits sur la base de milliards d’images glanées aux quatre coins du Web. D’après les auteurs, si une image passée par Fawkes est “mangée” par un tel algorithme, il associera ce visage légèrement modifiée à votre identité, et votre “vrai” visage ne sera donc en théorie pas reconnu. Une technique qui tient un petit peu du cheval de Troie, et s’attaque directement à l’intégrité des ensembles de données dont les IA sont non seulement friandes, mais intégralement dépendantes. Et les résultats revendiqués par l’équipe de recherche sont à peine croyables puisque Fawkes a réussi à tromper certains des plus grands services du secteur (Azure Face, Amazon Rekognition, Face++..) avec une efficacité de… 100% ! Bluffant.

L’équipe de recherche s’est prêtée à l’exercice. A gauche, les images originales; à droite, les visages retouchés par Fawkes. © SAND Laboratory, University of Chicago

Sur ces quelques exemples, en revanche, on remarque rapidement que quelque chose ne tourne pas rond dans certaines  photos modifiées. Jugez-en par vous-même : nous avons fait le test avec le Président des États-Unis et deux anonymes trouvés sur le site de photos libre de droit Unsplash. Si la différence est vraiment minime dans le cadre des deux anonymes, la modification se repère cependant au premier coup d’œil sur la photo de Donald Trump.

D’après Ben Zhao, professeur à l’Université de Chicago ayant participé au projet, “ une fois que cette corruption a eu lieu, vous êtes continuellement protégé, où que vous alliez ”. Mais on ne peut s’empêcher de prendre cette affirmation avec des pincettes. En effet, pour imaginer corrompre durablement les bases de données des principaux services de reconnaissance faciale, il faudrait certainement les abreuver de photos modifiées avec Fawkes, et cela implique qu’elle soit utilisée massivement, voire intégrée par défaut à différentes applis ou plateformes de partage de photo. Sans parler du fait qu’Internet regorge déjà de milliards de portraits sous formes de pixels, que les algorithmes de deep learning ont déjà eu tout le temps de dévorer et de digérer…

L’équipe de recherche se dit confiante dans la capacité de son produit à impacter les principaux systèmes de reconnaissance faciale, mais admet elle-aussi qu’il faudra certainement un déploiement important pour avoir un réel impact. Pour cela, la voie royale semble toute trouvée : il faudrait que Fawkes se retrouve intégré nativement à des applications photo ou à des réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram , auquel cas il pourrait effectivement avoir la portée nécessaire pour agir à grande échelle. Reste encore à optimiser l’algorithme, qui reste relativement lent à l’heure actuelle (une minute par photo sur une machine moyenne) … et à convaincre les grands acteurs du numérique de s’emparer de ce système, ce qui semble très, très loin d’arriver.

  • Jo chevron_right

    Sony : qu’est-ce que le CFexpress Type-A, la nouvelle carte ultra-rapide de l’A7S III ?

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Thursday, 30 July - 12:00 · 2 minutes

Crédits : Sony

L’actualité autour des appareils photo professionnels est actuellement en pleine ébullition. Peu après la présentation du Canon R5 , un tueur plein format capable de shooter en 8K, Sony a lui aussi dégainé un appareil photo attendu depuis des années par les vidéastes et youtubeurs de par le monde : le Alpha 7S III . Comme prévu, la firme nippone a vu les choses en grand avec un appareil capable de littéralement voir dans le noir, même s’il faudra se contenter de la 4K au maximum. Pour accompagner le lancement de son nouvel hybride phare, Sony a également levé le voile sur le CFexpress Type-A , un nouveau format de carte mémoire d’ores et déjà compatible avec le Alpha 7S III.

Que propose ce nouveau format inauguré par Sony ? D’après le communiqué de la firme, les cartes au format CFexpress Type-A sont capables d’atteindre des débits allant jusqu’à 700 Mo/s en écriture et 800 Mo/s en lecture ! Avec de tels débits, l’appareil pourrait ainsi être résolument plus véloce lors des rafales en photo et de l’enregistrement vidéo en 4K. Aussi, puisqu’une carte mémoire qui lâche en plein tournage est certainement le pire cauchemar des vidéastes, Sony annonce que ses cartes CFexpress Type-A 80 Go CEA-G80T et 160 Go CEA-G80T, deux premiers modèles disponibles, sont conçues pour résister aussi bien aux chutes qu’à la poussière, et même à l’eau.

Quant au lecteur de cartes CFexpress Type-A qui se branche en USB-C, et baptisé MRW-G2, Sony promet un débit jusqu’à 10 Go/s. Le lecteur sera également compatible avec les cartes SDXC et SDHX HUS-I et UHS-II. La firme nippone annonce que ces nouvelles cartes CFexpress Type-A ainsi que son lecteur de cartes seront disponibles à la rentrée dans l’Hexagone. La carte 80 Go sera vendue 230 euros et la version 160 Go disponible à 440 euros. Quant au lecteur de cartes MRWC-G2, il sera vendu 140 euros dans nos contrées.

Promo
Sony Alpha 7 III, Appareil...
114 Commentaires
Sony Alpha 7 III, Appareil...
  • AUTOFOCUS RAPIDE ET PRÉCIS : comptez sur le suivi en Temps Réel des Yeux (humain et animaux),...
  • UNE QUALITÉ D'IMAGE ÉPOUSTOUFLANTE: un capteur plein format de 24,2 Mp rétro-éclairé...
  • VIDÉO PROFESSIONNEL : Utilisation de tout les pixels du capteur sans "pixel binning" pour...
  • PRIDE DE VUE STABLE : Stabilisation de l'image par le capteur sur 5 axes pour les photos et les...
  • Jo chevron_right

    Sony Alpha 7S III, pas de 8K mais la 4K à son paroxysme

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Tuesday, 28 July - 14:00 · 2 minutes

Des rumeurs autour du successeur de l’Alpha 7S II de Sony , il y en a depuis l’annonce même de l’Alpha 7 III, c’est dire comment le prochain hybride dédiée à la vidéo était attendu de nombreux vidéastes et youtubers depuis quelques temps. Sony vient donc d’officialiser son nouvel Alpha 7S III et s’il ne proposera pas de 6K ou de 8K comme ses concurrents chez Canon, Panasonic ou encore BlackMagic, il essaie de proposer ce qu’il y a de mieux dans la capture en 4K.

On retrouve ainsi un capteur plein-format de 12,1 Mégapixels , si la résolution est la même que celui de l’Alpha 7S II, c’est un tout nouveau capteur, dixit Sony pour l’Alpha 7S III. En effet, le capteur est maintenant BSI (ou rétroéclairé pour les intimes) et plus rapide en sortie, ce qui permet encore plus d’efficacité dans la capture en conditions de faible luminosité. Avec une résolution optimisée pour la capture de vidéo, on retrouve également une impressionnante sensibilité allant jusqu’à 409600 ISO . Si la montée en sensibilité est toujours impressionnante, on notera les progrès en terme de traitement d’images, ce qui permettra d’avoir de meilleurs résultats à résolution et sensibilité équivalentes.

Orientation vidéo oblige, on retrouve une stabilisation dans le boitier sur 5 axes avec en plus une stabilisation électronique. Le Sony Alpha 7S III supporte maintenant le H.265 , plus efficace et moins gourmand, et peut enregistrer des vidéos en 4K à 120fps (crop 1.1x). En sortie HDMI 2.1 , l’Alpha 7S III est capable d’enregistrer en RAW à 4K60p 16 Bit et dans tous les cas, il peut enregistrer en 4.2.2 10 Bit et propose une meilleure gestion du « Rolling Shutter ». Si on retrouve un excellent écran orientable, on est impressionné par le nouveau viseur électronique avec une définition de 9,44 millions de points. Côté autonomie, on retrouve la nouvelle batterie Z, tellement plus efficace puisque selon la firme japonaise, c’est 60% d’autonomie en plus par rapport à l’Alpha 7S II. Sony a également travaillé sur une meilleure dissipation thermique puisqu’on parle d’une efficacité 5x meilleure.

Les caractéristiques du Sony Alpha 7S III dans les grandes lignes :

  • Capteur CMOS Plein-Format Exmor R de 12,1 Mégapixels
  • Sensibilité allant de 80 jusqu’à 102400 ISO (ext. 40-409600)
  • Vitesse d’obturation max de 1/8000
  • Processeur Bionz XR
  • AF à détection de phase sur 759 points, couverture de 92%
  • AF à détection de contraste sur 425 points
  • Technologie Eye AF sur les humains et les animaux
  • Stabilisation dans le boitier sur 5 axes + Stabilisation électronique
  • Viseur électronique QXGA OLED avec une définition de 9440k points et 120fps
  • Ecran orientable de 3″ avec une définition de 1440k points
  • Menu tactile
  • Rafale de 10im./s
  • Bluetooth / WiFi
  • 2x CFExpress Type A compatible SD UHS-II et UHS-I
  • Vidéo 4K120p (Crop 1,1x)
  • Vidéo 4K60p (jusqu’à 1h)
  • Vidéo Full HD 240p
  • XAVC-SI codec All-I 500 Mbits
  • ProRes RAW avec Atomos
  • Format HEIF pour les photos

Le Sony Alpha 7S III sera disponible dès ce mois de septembre au prix de 4200 euros boitier nu.

  • Jo chevron_right

    Twitter : au Japon, mieux vaut ne pas retweeter des photos

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Monday, 27 July - 09:40 · 2 minutes

Crédits : Free-Photos / Pixabay.

Au Japon, on ne rigole pas avec le copyright. Il y a quelques jours, la Cour suprême japonaise a intimé Twitter de donner l’adresse mail de deux utilisateurs qui avaient respectivement publié et retweeter l’image issue du site web d’un photographe. Après avoir remarqué cette utilisation non désirée de son cliché, l’auteur de la photo a décidé d e saisir la justice pour protéger ses droits d’auteur. En effet, lors du partage de l’image lors du retweet, son nom apposé en bas a été supprimé par l’algorithme de recadrage du réseau social. Il a d’abord saisi la justice pour récupérer l’identité des deux utilisateurs – à savoir, celui qui a utilisé la photo sans autorisation et celui qui a retweeté la publication du premier. Le tribunal du district de Tokyo a reconnu l’utilisateur qui avait posté la photo coupable, mais n’a pas retenu les charges à l’encontre de celui qui avait simplement retweeter. N’étant pas satisfait de son sort, le photographe a porté l’affaire à la Cour suprême de la propriété intellectuelle qui a reconnu l’implication de deux utilisateurs. De ce fait, cette cour a demandé à Twitter de dévoiler les adresses mail des deux accusés. Twitter a fait appel arguant que les utilisateurs n’étaient pas responsables du recadrage de l’image. Elle n’a pas obtenu gain de cause et a dû transmettre les informations au plaignant.

La charte de Twitter stipule que les informations non-publiques, comme les adresses e-mail, peuvent être fournies par Twitter dans le cadre d’une procédure judiciaire “telle qu’une citation à comparaître, une décision de justice ou autre procédure judiciaire locale selon le pays qui la demande.” En France, les informations détenues par un réseau social peuvent être soumises à la justice si celle-ci le demande. Pour ce qui est de la propriété intellectuelle, il est possible de poursuivre en justice la personne qui n’aura pas demandé l’autorisation du photographe avant de publier la photo et de demander des dommages et intérêts. En revanche, rien n’indique que la personne ayant repartagé pourra être inculpée. Il faudra tout de même être vigilants lorsque vous souhaiterez partager de beaux clichés trouvés sur le net. Vous pourrez le faire si ces images sont libres de droits et si elles ont été téléchargées via des banques d’images à usage commercial autorisé, comme Unsplash et Pixabay par exemple.

OnePlus NORD (5G) 12GB RAM...
OnePlus NORD (5G) 12GB RAM...
  • 6.44'' AMOLED with 90 Hz refresh rate, you can't go back once you experience the smoothness on...
  • Le système de caméra arrière à quatre capteurs et le système de caméra avant à double...
  • 8 Go de RAM et 128 Go de stockage interne pour plus de performances, une vitesse folle et de...
  • Batterie d'une capacité de 4100 mAh - Avec la technologie OnePlus Warp Charge, vous pouvez...
  • Jo chevron_right

    Canon pourrait arrêter les EOS 5D, la gamme qui a changé le monde de la photo/vidéo

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Tuesday, 21 July - 14:00 · 2 minutes

Crédits : @v2killer7603 via Pixabay

Les amateurs des Canon EOS 5D attendaient peut-être avec impatience l’annonce du EOS 5D Mark V, initialement prévue pour la fin de l’année. Malheureusement, l’appareil pourrait ne jamais voir le jour. Canon aurait en effet décidé de mettre fin à cette gamme très populaire , d’après Canon Rumors . Selon l’une de leur source, le développement du Canon 5D Mark V aurait été arrêté en raison de la popularité croissante des appareils dits mirrorless au détriment de celle des reflex, mais aussi à cause de la très mauvaise perspective économique causée par la pandémie de COVID-19. De ce fait, le Canon EOS 5D Mark IV pourrait bien devenir le dernier représentant de cette gamme de reflex qui aura bousculé le monde de la photographie, mais aussi celui de la vidéo.

Canon EOS 5D Mark II, le roi déchu de la photo/vidéo

La première itération du Canon EOS 5D a vu le jour en 2005, et est instantanément devenu une référence avec son capteur plein format et son format bien plus compact que l’un des autres gros succès de Canon, le EOS 1D. Son successeur, le EOS 5D Mark II, a apporté des capacités vidéo et est resté pendant très longtemps la référence ultime pour les vidéastes amateurs, semi-professionnels et professionnels. Hélas, pendant que Canon s’est reposé sur ses lauriers, Sony a très largement popularisé les appareils mirrorless avec sa gamme de Sony Alpha , jusqu’à s’imposer comme une nouvelle référence.

Canon a tenté de suivre vainement la tendance avec un premier EOS R mirrorless plein format, mais il n’a pas profité du même engouement que le fameux EOS 5D Mark II. Récemment, Canon dévoilait ainsi l’artillerie lourde pour récupérer sa couronne avec son Canon EOS R5 , un appareil ultra haut de gamme capable de filmer en 8K et destiné à devenir, à terme, une référence ultime du secteur et prendre la place du défunt EOS 5D Mark II. Si la décision d’abandonner la gamme EOS 5D se confirmait, cela signifierait donc que le EOS R5 est bel et bien le digne successeur du reflex culte de la marque rouge, le miroir en moins. Reste à voir si Canon parviendra à s’imposer, encore une fois, avec cette nouvelle gamme déjà prometteuse.

Canon EOS 5D Mark II Boîtier...
88 Commentaires
Canon EOS 5D Mark II Boîtier...
  • Autofocus: OuiType de capteur: CMOSFlash intégré: OuiType de viseur: Viseur optique et Ecran...
  • Jo chevron_right

    Le génie derrière la caméra du Google Pixel débarque chez Adobe

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Tuesday, 21 July - 09:20 · 1 minute

Le Google Pixel 3XL

Voilà une belle prise pour Adobe. Marc Levoy, qui a quitté Google en début d’année après presque six ans de bons et loyaux services, vient tout juste de débarquer chez l’éditeur du célèbre Photoshop. Il devrait y travailler sur une « application photo universelle » destinée à voir le jour sur les smartphones Android. Pour l’heure, nous n’en savons pas beaucoup plus sur cette fameuse application, qui n’en est probablement qu’à ses balbutiements. Il n’empêche qu’avec Marc Levoy dans son giron, Adobe pourrait bien avoir là de l’or entre les mains, et on scrutera avec attention l’avancée de ces travaux.

Souvent qualifié de génie dans le monde Android, Marc Levoy s’est notamment illustré chez Google par ses travaux sur la caméra du Pixel . Si la firme de Mountain View utilise généralement de bons capteurs sur ses smartphones, elle n’est jamais tombée dans la course à la multiplication des capteurs, et la magie se situe plutôt du côté du logiciel. Les Pixel ont toujours été d’excellents photophones, mais c’est surtout à la sortie des Pixel 3 et Pixel 3 XL que la firme s’est envolée. Avec un simple capteur, le smartphone mettait alors à l’amende toute la concurrence, dont certains smartphones équipés de nombreux capteurs très performants. Mieux encore, avec les Pixel 4 et Pixel 4 XL , parus en fin d’année dernière, les performances photo des smartphones de Google s’amélioraient encore avec l’ajout d’un mode astrophotographie , une véritable petite prouesse avec un capteur aussi réduit que celui d’un smartphone. Ces exploits étaient signés Marc Levoy, dont les travaux de recherche ont permis de considérablement développer les algorithmes d’amélioration de l’image par l’IA de Google. Chez Adobe, il travaillera notamment dans les équipes en charge de Photoshop Camera, de Sensei AI, mais aussi d’Adobe Research.

Google Pixel 3a 4Go de RAM /...
63 Commentaires
Google Pixel 3a 4Go de RAM /...
  • Google Inc.
  • 2 ans
  • GA00751-DE