close
  • Ar chevron_right

    Border Patrol drone used in anti-terror ops flies over Minneapolis protestors

    news.movim.eu / ArsTechnica · 2 days ago - 19:42

Border Patrol drone used in anti-terror ops flies over Minneapolis protestors

Enlarge (credit: Customs and Border Patrol)

As thousands of people took to the streets of Minneapolis on Friday to protest a white officer killing an unarmed black man by kneeling on his neck during an arrest, a Customs and Border Patrol drone kept a careful eye on the unfolding unrest.

The drone, using the tracking signal CBP104, took off from Grand Forks Airforce Base at 9:08 am Central Daylight Time and shortly afterward headed directly to Minneapolis, this feed from live flight tracking service FlightAware showed. The drone then circled the city six times from about 10:45 until noon. The aircraft maintained an altitude of about 20,000 feet.

Grand Forks AFB is the home of the Air Force's 319th Reconnaissance Wing. It is also a site Customs and Border Patrol personnel use for takeoff and landing of the Predator B unmanned aircraft system . CPB uses the drone in anti-terrorism operations by helping to identify and intercept potential terrorists and illegal cross-border activity.

Read 4 remaining paragraphs | Comments

index?i=1gRAdUCLZck:J5idGyqUReo:V_sGLiPBpWUindex?i=1gRAdUCLZck:J5idGyqUReo:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Worldwide mass surveillance by Germany’s intelligence service declared unconstitutional in landmark ruling on press freedom in the digital age | Reporters without borders

    In a much-anticipated verdict issued this morning, Germany’s Federal Constitutional Court has put an end to the groundless mass surveillance of global internet traffic by Germany’s foreign intelligence service, the Bundesnachrichtendienst (BND). The ruling, the most far-reaching in this field in the past 20 years, sends an important signal for the protection of press freedom in the digital age. Читать на русском / Read in Russian The court ruled that the BND law disregards both the freedom of the press guaranteed in article 5 and the freedom of telecommunications guaranteed in Article 10 of the Basic Law as it does not recognise that foreign surveillance must be conducted in conformity with the Basic Law. When revising the BND law, the legislature will have to take into account that foreign surveillance without cause is only possible in very few cases. Vulnerable groups of persons such as journalists must be granted special protection. Tighter criteria must also apply to the targeted surveillance of individuals. Furthermore, international surveillance must be controlled much more effectively by independent bodies with their own budgetary sovereignty. The ruling thus sets new standards in international human rights protection and for freedom of the press. “The Federal Constitutional Court has once again underlined the importance of press freedom, said Christian Mihr, Executive Director of RSF Germany. We are delighted that Karlsruhe is putting a stop to the escalating surveillance practices of the Federal Intelligence Service abroad”, Mihr added. Six international journalists, including renowned investigative reporters Khadija Ismajilova and Blaz Zgaga, had filed the constitutional complaint against the current BND law in cooperation with Reporters Without Borders (RSF), the civil rights NGO Gesellschaft für Freiheitsrechte, and four German media organisations. The German Act on Signal Intelligence of Foreigners Abroad governing the practices of the BND legalized pre-existing practices of international mass surveillance uncovered by Edward Snowden in 2013. Journalists and civil society organisations were alarmed at its potentially chilling impact on whistle-blowing and investigative journalism at a time when most communication takes place online. The plaintiffs argued that Article 1 of Germany’s Basic Law obliges the government to respect basic rights – irrespective of whether it is acting within Germany or abroad. Citizens of foreign states also have a right to privacy, the plaintiffs asserted, meaning that the BND may not intercept the communications and internet traffic of foreigners outside Germany without restrictions, as the BND law currently allows it to do. The Federal Constitutional Court has now unequivocally affirmed that this applies regarding Article 10 of the Basic Law guaranteeing the privacy of online communications. It was precisely the commitment to fundamental rights, rejected by the BND, which motivated the foreign journalists to lodge their constitutional complaint. The mere possibility of permanent surveillance hinders their work because they are unable to build up trusting relationships with their sources. They now hope that the ruling of the Federal Constitutional Court will set standards for the activities of other states' intelligence services as well. Additional Background: More than seven years after Edward Snowden exposed a global system of mass intelligence surveillance, the Federal Constitutional Court has ruled on the legality of Germany's participation in these activities in the highest court. In the wake of the NSA scandal, a parliamentary investigative committee had brought to light the deep links between the US intelligence service and Germany’s BND, whereupon the then ruling coalition government passed a new BND law. However, instead of setting clear limits for the foreign intelligence service, the German government simply legalized the latter’s practically unlimited foreign surveillance - despite massive protests from civil society. RSF and the Society for Civil Liberties (GFF) then coordinated an alliance of internationally renowned journalists and media organizations. Together they filed a constitutional complaint against the BND law at the end of 2017. Among other things, the plaintiffs feared that the protection of sources was being undermined: If secret services were able to store and evaluate every communication, contact persons all over the world would gradually lose confidence in the media – and in the worst case no longer turn to the press with information on sensitive issues. Through this back door, the BND was also undermining German “editorial secrecy” or source protection, for example when intercepting the communications of foreign partner media of German media outlets collaborating on major international research projects such as the Panama Papers. Germany is ranked on 11th place out of 180 in RSF’s World Press Freedom Index.

  • Jo chevron_right

    À Paris, les drones de surveillance de la police sont désormais interdits

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Tuesday, 19 May - 11:30 · 2 minutes

Crédits : @Powie via Pixabay

Pour veiller au respect des règles de confinement, la Préfecture de Paris utilisait des drones dans la capitale. Le but de la manœuvre : surveiller les rassemblements dans les lieux publics. Rapidement, l’association la Quadrature du Net et la Ligue des droits de l’Homme ont saisi le tribunal administratif de Paris, jugeant que le dispositif portaient une atteinte “grave et manifestement illégale au droit au respect de la vie privée” . Lundi, le tribunal administratif a donné raison aux plaignants et a par la même occasion cloué les drones au sol. Le préfet de Police doit cesser de capter des images par drones , de les enregistrer et de les exploiter. Il doit aussi détruire toutes les images captées dans ce contexte, sous peine de payer 1 024 euros d’amende par jour de retard. Plus que le dispositif utilisé, c’est la capacité à identifier les personnes qui posent ici problème. Même si la préfecture de police soutient que le seul objectif était de repérer les regroupements de plus dix personnes et de faire intervenir les forces de l’ordre pour les disperser, il va falloir trouver un moyen technique pour empêcher l’identification des personnes.

Pour encadrer l’usage des drones , la préfecture de Paris s’est rapproché de la CNIL . Dans un communiqué, la Commission nationale de l’informatique et des libertés explique “s’être interrogée sur ces pratiques depuis plusieurs semaines. Elle a diligenté des contrôles auprès du ministre de l’Intérieur concernant l’usage de drones dans plusieurs villes.” Il faut dire que le cas parisien n’est pas isolé. En mars dernier, on apprenait que la ville de Nice surveillait les promeneurs à l’aide d’un drone. “Nous mobilisons beaucoup moins d’hommes, nous touchons beaucoup plus de population” s’était félicité le commissaire police de Nice. La décision du tribunal administratif de Paris “a une portée générale et s’applique à toutes les municipalités ayant recours aux drones dans cette période de déconfinement” explique l’avocat de la Ligue des droits de l’Homme.

  • Co chevron_right

    Ces « brigades » qui vont vous surveiller

    ancapism.marevalo.net / Contrepoints · Sunday, 17 May - 03:45 · 5 minutes

brigades

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article de l’Iref-Europe

Déjà nous vivions sous la tyrannie du bien, ou plutôt de ce que le gouvernement croyait être bien pour nous. Le 11 mai nous introduit dans une nouvelle période de théocratie impériale. Nous serons surveillés par des brigades d’anges gardiens qui veilleront à ce que tous ceux qui ont été contaminés ou sont susceptibles de l’être soient confinés chez eux ou dans des hôtels-prisons.

Pour ce faire il faudra bien sûr généraliser une politique de délation qui commencera par les médecins auxquels, à l’encontre de leur déontologie, on demandera de violer le secret professionnel pour dénoncer ceux qui devraient être isolés. Bien pire, ils seront payés pour ça !

Les médecins généralistes recevront un forfait de 55 euros pour détecter une personne atteinte du Covid 19 et saisir les coordonnées de ses proches. Ils seront encouragés à poursuivre l’enquête au-delà du cercle familial en percevant deux euros pour chaque contact supplémentaire identifié, voire quatre euros quand les coordonnées permettant de les joindre seront indiquées, a précisé Nicolas Revel, le directeur de l’Assurance maladie, aux É chos . Vichy ne savait pas faire ça aussi systématiquement !

Les « brigades » pourront se rendre chez vous !

D’autant qu’ensuite, le relais sera pris par ces fameuses brigades qui auront le droit d’aller chez vous. Car dès qu’une personne sera testée positive, les brigades  pourront, selon la consigne édictée par le Premier ministre, « remonter la liste des cas contacts, les appeler, les inviter à se faire tester en leur indiquant à quel endroit ils doivent se rendre, puis vérifier que ces tests ont bien eu lieu et que leurs résultats donnent bien lieu à l’application correcte de la doctrine nationale ».

Ces brigades appelleront dans les 24 heures toutes les personnes listées pour les informer qu’elles ont été en contact avec une personne infectée et leur demanderont de réaliser un test de dépistage plusieurs jours après l’exposition au virus (pris en charge à 100 % ! Quelle attention !).

Elles pourront en cas de besoin leur délivrer un arrêt de travail. Si ces contacts sont testés positifs à leur tour, ils seront invités à s’isoler chez eux – ce qui entraînera le confinement de tout le foyer pendant 14 jours – ou dans un lieu mis à disposition, comme des hôtels réquisitionnés. Et une liste des personnes qu’ils auraient pu contaminer sera à son tour établie.

Pendant cette quarantaine, les règles de distanciation avec leur entourage devront être respectées – même à domicile -, la température devra être prise au moins deux fois par jour, et un arrêt de travail sera adressé si le télétravail n’est pas possible. Enfin, un test sera réalisé 7 jours après le dernier contact avec la personne malade.

L’isolement sera prolongé de 8 à 10 jours en moyenne si le test est positif… Et de 7 jours en moyenne s’il est négatif, car « un test négatif n’exclut pas totalement la maladie », a indiqué Olivier Véran.

Les données récoltées seront réparties dans une sorte de dossier médical partagé, composé de deux fichiers d’information : « le fichier Sidep, dans lequel seront inscrites les informations des laboratoires de biologie médicale lorsqu’un patient aura été testé positif » , et le dispositif « Contact Covid, inspiré du site de l’Assurance maladie Ameli, qui permettra notamment d’avoir les coordonnées des personnes à contacter ».

Un « grand nombre d’intervenants », y compris des personnes qui « ne sont pas des professionnels de santé », auront accès par ce système à des informations sensibles, à la fois médicales et non médicales.

Le gouvernement accompagnera donc ce contact tracing d’une disposition législative, mais ce n’est pas pour autant qu’il ne sera pas attentatoire au droit de chacun à la confidentialité de ses données personnelles.

Ils ont mis à la poubelle l’État de droit !

Nos gouvernants ne savent pas que des anges gardiens ne se promènent pas en brigade, qu’ils ne sont pas faits pour surveiller et enfermer, mais pour protéger et libérer. Ils ne savent d’ailleurs plus grand-chose.

En tout cas ils ont mis à la poubelle l’ État de droit car ces dispositions représentent une suite de violations inimaginable des droits des personnes, et jamais sans doute réalisée en France : violation possible du secret médical, des données personnelles, du domicile, de la liberté d’aller et venir, de travailler… de ne pas prendre sa température !

L’épidémie justifie-t-elle un tel renoncement aux libertés publiques qui sont bien souvent des droits naturels humains ? Curieusement, les gouvernements successifs de ces dernières années ont mené des campagnes systématiques et parfois sournoises pour faire progresser le droit de l’euthanasie, et maintenant, ils se précipitent pour sauver d’une mort naturelle les personnes âgées qui représentent la très grande majorité des décès du coronavirus, 82,3 % des décès frappant les personnes de plus de 75 ans selon les calculs de l’IREF .

Car les épidémies sont des causes naturelles de décès depuis la nuit des temps et, sauf quand elles sont extrêmement contagieuses et mortelles comme la peste, il reste possible de les combattre tout en vivant avec elles comme le montre le magnifique roman de Gabriel Garcia Marques, L’amour au temps du choléra .

Mais l’épidémie n’a-t-elle pas affolé nos dirigeants au point de leur faire perdre raison et de les conduire à croire, peut-être de bonne foi, que seule leur intervention totale, générale peut arrêter le mal ?

Eux seuls savent, pensent-ils, et c’est pourquoi ils ont multiplié les fiches « métier » de déconfinement pour dire aux employeurs et aux employés ce qu’ils devaient faire ou ne pas faire jusque dans le détail. Ils sélectionnent les bonnes entreprises auxquelles ils peuvent apporter secours et les autres qui n’y ont pas droit…

Ils sont atteints d’une maladie, mentale, bien plus grave que celle du coronavirus et qui leur fait croire qu’eux seuls peuvent sauver la planète du coronavirus autant que du réchauffement, de l’inégalité décrétée mal universel ou de tout autre malheur commun.

En fait, ils adorent ça, parce qu’ils se sentent désormais si indispensables qu’ils peuvent, légitimement croient-ils, revendiquer le pouvoir absolu. Mais selon les mots de Lord Acton , chacun sait que si « le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument » .

Sur le web

  • Ar chevron_right

    How well can algorithms recognize your masked face?

    news.movim.eu / ArsTechnica · Sunday, 3 May - 10:55

How well can algorithms recognize your masked face?

Enlarge (credit: Cindy Ord | Getty Images)

Facial-recognition algorithms from Los Angeles startup TrueFace are good enough that the US Air Force uses them to speed security checks at base entrances. But CEO Shaun Moore says he’s facing a new question: How good is TrueFace’s technology when people are wearing face masks?

“It’s something we don’t know yet because it’s not been deployed in that environment,” Moore says. His engineers are testing their technology on masked faces and are hurriedly gathering images of masked faces to tune their machine-learning algorithms for pandemic times.

Facial recognition has become more widespread and accurate in recent years, as an artificial intelligence technology called deep learning made computers much better at interpreting images. Governments and private companies use facial recognition to identify people at workplaces, schools, and airports, among other places, although some algorithms perform less well on women and people with darker skin tones . Now the facial-recognition industry is trying to adapt to a world where many people keep their faces covered to avoid spreading disease.

Read 14 remaining paragraphs | Comments

index?i=laP29Ies1pE:Va3pZL-zAlw:V_sGLiPBpWUindex?i=laP29Ies1pE:Va3pZL-zAlw:F7zBnMyn0Loindex?d=qj6IDK7rITsindex?d=yIl2AUoC8zA
  • Jo chevron_right

    L’Allemagne change d’avis sur la collecte des données en matière de “contact tracing”

    news.movim.eu / JournalDuGeek · Monday, 27 April - 11:30 · 2 minutes

Un smartphone tactile.Crédits : TeroVesalainen / Pixabay.

Alors que la promesse du “déconfinement” approche, de nombreux pays s’orientent vers des solutions numériques pour suivre l’évolution de la propagation du COVID-19 pour mieux anticiper une éventuelle deuxième vague de contamination. La France et d’autres pays européens, dont l’Allemagne, se sont focalisés sur le “ contact tracing “, ou traçage numérique, par la collecte de données Bluetooth anonymes . Cette collecte, comme le souligne le protocole informatique ROBERT conçu par l’Inria dans le cadre du projet d’application StopCovid , doit normalement passer par un serveur central. L’utilisateur suscite ainsi, à travers l’application, cette base de données centrale pour établir si, oui ou non, il a croisé un malade déclaré. Cette idée est soutenue par le PEPP-PT (pour “Pan-European Privacy Preserving Proximity Tracing”), une plateforme de collaboration entre chercheurs et ingénieurs européens consacrée à la conception d’applications de traçage numérique.

Cependant, de nombreux chercheurs se seraient retournées contre le PEPP-PT, craignant que le fruit de cette collaboration apporte de l’eau au moulin d’une surveillance numérique d’État dans les pays le mettant en pratique. Suite à ce revirement, l’Allemagne s’en serait retiré entièrement, se désolidarisant donc d’un pays comme la France. L’Allemagne aurait désormais pour intention de penser son traçage numérique de manière complètement décentralisée . Selon elle, la collecte des données Bluetooth visées devrait être décentralisée. Autrement dit, les données ne devraient pas passer, même temporairement, par une base de données centrale et devraient rester stockées avant tout sur les smartphones des utilisateurs. Elle rejoindrait, de ce point de vue, le projet d’Apple et de Google de développement d’un API interopérable sous Android et iOS. Celui-ci se base sur une diffusion des données seulement si l’utilisateur le demande – par exemple, s’il se déclare malade ou veut savoir s’il a croisé d’autres utilisateurs contaminés. Aucune donnée ne serait stockée en dehors d’une “liste” anonyme établie par les autorités de santé. Cette différence de philosophie s’ajoute aux barrières technologiques , notamment du côté d’Apple, auxquelles ferait face le développement de l’app StopCovid.

Xiaomi Redmi Note 8 RAM 4 Go...
Xiaomi Redmi Note 8 RAM 4 Go...
  • Caméra arrière 48MP Quad, caméras 48MP + 8MP + 2MP + 2MP, images HD, selfie beauté, macro...
  • Snapdragon 655 Octa Core jusqu’à 2,0 GHz.
  • 6.3 "19.5: 9 gouttes d’eau Affichage.
  • Grande batterie 4000 mAh, chargeur rapide 18 W.
  • Th chevron_right

    Using Big Tech to tackle coronavirus risks swapping one lockdown for another | Adam Smith

    news.movim.eu / TheGuardian · Wednesday, 22 April - 10:00

An app that logs movements and contacts might seem like a fair trade now but we risk giving away our privacy for good

Even when the lockdown is lifted, there is no guarantee that life will ever return to normal. To prevent a future outbreak of coronavirus, the UK will need to roll out mass testing , maintain some social distancing measures and closely monitor communities to curb future flare-ups.

In pursuing that last aim, governments across the world are developing technology to track our movements. When lockdown ends, technology could be a valuable means of controlling future outbreaks, alerting people to cases of Covid-19 in their area and hopefully preventing future shutdowns.

Continue reading...
  • image