close
  • Nu chevron_right

    Celera 500L : cet avion futuriste ressemble à un zeppelin pour moins consommer

    news.movim.eu / Numerama · Friday, 28 August - 13:38

Celera 500L

Le constructeur aéronautique Otto Aviation a dévoilé officiellement son aéronef, le Celera 500L. Il s'agit d'un jet d'affaires qui présente une forme de fuselage atypique, car elle très bombée. Mais ce choix de design est justifié d'un point de vue environnemental. [Lire la suite]

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube pour ne manquer aucune vidéo !

L'article Celera 500L : cet avion futuriste ressemble à un zeppelin pour moins consommer est apparu en premier sur Numerama .

  • Hu chevron_right

    Bison Futé: plus de 600km de bouchons pour le retour des vacances

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 22 August - 11:40 · 1 minute

BOUCHONS - Un pic de 646 kilomètres de ralentissements cumulés a été relevé par Bison Futé à la mi-journée de ce samedi 22 août, journée classée rouge au niveau national sur les routes de France dans le sens des retours de vacances.

Les principales difficultés de circulation se situent sur l’autoroute A7 dans la vallée du Rhône, avec un trafic “extrêmement dense” depuis Orange (Vaucluse) en direction de Lyon , selon le centre d’information routière. Vers 12H15, le temps de parcours entre ces deux villes était de 03H10 contre 01H30 ordinairement.

Les grands axes sont aussi chargés autour de l’arc méditerranéen (A61, A75, A8 et A9), de même dans le Sud-Ouest (autoroutes A10, A20, rocade de Bordeaux – A630) et dans le grand Ouest (N165, A11, N12, périphérique de Nantes – N844, rocade de Rennes – N136, et A13).

Dans le sens des départs, la circulation est également difficile sur ces mêmes axes. La journée est classée orange au niveau national.

A voir également sur Le HuffPost: Comprenez comment se forment les bouchons sur l’autoroute grâce à ce simulateur

  • Hu chevron_right

    4 mauvaises pratiques de compagnies aériennes pour éviter de rembourser vos billets d’avion - BLOG

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Saturday, 15 August - 04:54 · 5 minutes

Certaines compagnies ont remis ces anciennes pratiques qui ont fait leurs preuves au goût du jour. Attentes téléphoniques interminables, requêtes écrites qui restent sans réponse, sites internet où les formulaires à cet effet sont difficilement trouvables.

CONSOMMATION - Vols annulés, parfois à la dernière minute, les voyageurs peinent à se faire rembourser des billets annulés pour des raisons liées à la crise sanitaire. Me Joyce Pitcher est avocate et spécialiste du droit de la consommation. Elle dénonce ces pratiques et donne des solutions pour récupérer l’argent investi.

Demain, on voyagera peut-être différemment, mais on voyagera toujours, et c’est une bonne chose. Découvrir d’autres lieux, faire des affaires avec des interlocuteurs d’autres cultures, se dépayser au sens propre… Rien de tout ceci n’est indispensable, c’est néanmoins le propre de l’humain, et une de ses plus jolies inclinations. Déjà, le voyage se transforme. Des compagnies aériennes , lourdement touchées par la crise sanitaire , ont fait faillite. Des lignes intérieures, qui peuvent aisément être remplacées par des déplacements en train en France où le réseau ferroviaire est de très bonne qualité, sont déjà supprimées chez Air France.

Dans l’entreprise comme ailleurs, on s’interroge. Parmi les éléments de réflexion sur un monde d’après plus raisonnable, la plupart des entreprises réfléchissent aux moyens qu’elles peuvent mettre en œuvre pour un rapport apaisé à leurs salariés, à leurs circuits de production, aux ressources naturelles…

Quant aux consommateurs, ils sont plus vigilants. Tandis que toutes les entreprises, en particulier les plus rentables, annoncent retravailler leur raison d’être, c’est-à-dire leur rapport au monde, nombre de compagnies aériennes multiplient les initiatives pour ne pas rembourser les billets d’avion annulés pour cause de restriction sanitaire, alors que la loi est claire et que les associations de consommateurs sont vent debout.

La loi oblige à rembourser sous 7 jours les passagers dont les vols ont été annulés; des centaines de milliers de personnes attendent toujours. Parmi eux, des familles qui souhaitent réinvestir cet argent dans des vacances, des étudiants qui ont déboursé des fortunes pour se faire rapatrier en catastrophe et, dans tous les cas, des consommateurs qui peuvent prétendre à récupérer leur argent. Voici quelques pratiques récurrentes, constatées depuis la mi-mars sur plusieurs milliers de dossiers et très contestables, que nombre de compagnies mettent en œuvre pour ne pas respecter leurs obligations. Les identifier, c’est cesser de se culpabiliser et être mieux armé.

Faire jeter l’éponge

Certaines compagnies ont remis ces anciennes pratiques qui ont fait leurs preuves au goût du jour. Attentes téléphoniques interminables, requêtes écrites qui restent sans réponse, sites internet où les formulaires à cet effet sont difficilement trouvables. Rappelons qu’il ne faut que quelques minutes pour acheter un billet d’avion en ligne, il suffit de se munir d’une carte bleue et d’un passeport. Plus grave, des annonces de remboursement nominatives (souvent par courriel) n’ont pas été suivies d’effet! Il est donc fortement conseillé de suivre attentivement son compte en banque après une annonce de remboursement avant de crier victoire.

Faire le mort

Le règlement CE 261/2004 du Parlement européen et du Conseil de l’Union européenne répond depuis 2004 à la volonté du législateur d’encadrer la responsabilité des transporteurs aériens. Ils sont donc tenus de dédommager les vols annulés ou ayant souffert de retards de plus de trois heures. Pour se conformer à ces obligations, certaines compagnies disposaient de systèmes de remboursement automatisés. Celles-ci ont bloqué ces systèmes depuis début mars. Des services juridiques de compagnies aériennes au grand complet sont désormais aux abonnés absents alors que la reprise du travail est effective pour tous depuis le 11 mai. Qu’en déduire si ce n’est une volonté affichée de transformer les vacanciers et voyageurs en banquiers devant renflouer les compagnies aériennes en attendant des jours meilleurs!

Les avoirs et le grand retour de la vente forcée

Nombre de compagnies proposent également des avoirs. Et il ne faut que quelques clics pour les valider. Ils s’accompagnent parfois de “gestes commerciaux” de quelques dizaines d’euros supplémentaires. Ici, les pratiques pas très franches s’accumulent. Rien ne prouve que la compagnie n’aura pas fait faillite, auquel cas l’avoir ne sera jamais remboursé. Qui plus est, le prix des billets d’avion est lié à la fréquentation des lignes, or, les compagnies n’ont aucune idée du trafic en octobre prochain pour la destination qu’une famille avait sélectionnée en juillet. L’avoir ne tient pas compte de cette saisonnalité, le cadeau non plus.

Vendre des vols dont chacun sait qu’ils seront annulés

Depuis la sortie du confinement, la reprise du trafic aérien est sujette à mille aléas dans les destinations de départ et d’arrivée. Pas facile d’organiser la reprise en temps réel, avec une situation sanitaire et des normes qui varient parfois en quelques heures. Pourtant, certaines compagnies n’hésitent pas à proposer un large éventail de vols, horaires et destinations, avec une offre équivalente à celle d’avant l’épidémie. Résultat: une grande partie des vols est annulée, et les compagnies rassemblent les passagers restants sur quelques vols autorisés dans le respect de la situation du moment. Escales imposées, horaires et dates qui varient, nombreux sont ceux qui se retrouvent dos au mur s’ils souhaitent effectivement se déplacer. Les autres n’ont plus qu’à… se faire rembourser. Pour les compagnies, c’est enfin l’occasion de proposer un remboursement en avoir, et donc de consolider leur trésorerie.

Ces pratiques sont malsaines. Les compagnies aériennes doivent reconstruire un lien solide et durable avec les usagers et non thésauriser des milliards d’euros en culpabilisant des personnes qui aspirent à voyager et parfois à se revoir dans des familles très éloignées par le confinement et la distance. La liberté de se déplacer est au cœur des aspirations des citoyens. Ceux-ci ne peuvent plus entendre que le Covid-19 est responsable de tout, et sert d’excuse à des entreprises pour être au-dessus des lois, consolider leur trésorerie, et les priver de leur argent, de déplacements et de loisirs.

À voir également sur Le HuffPost: “Mes 5 conseils à retenir en cas de vol annulé, retardé ou surbooké”

  • Hu chevron_right

    Contre le coronavirus en Corée, des abribus innovants

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Thursday, 13 August - 09:00 · 2 minutes

CORONAVIRUS - La Corée du Sud a installé des abribus innovants pour lutter contre le nouveau coronavirus , équipés de caméras thermiques et de lampes à rayons ultraviolets pour permettre leur désinfection , comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus.

Dix arrêts de bus haute-technologie ont été installés dans un quartier du nord-est de Séoul afin de protéger les passagers de la pluie, de la chaleur estivale mais également du virus.

Avant de pénétrer dans ces abribus, les voyageurs doivent se tenir devant une caméra thermique et la porte ne s’ouvre que si leur température est inférieure à 37,5 degrés Celsius.

Une autre caméra destinée aux enfants a été installée en contrebas.

A l’intérieur de cet arrêt de bus qui ressemble à une large cabine vitrée, le système de climatisation est équipé de lampes à rayons ultraviolets destinées à éliminer le virus tout en rafraîchissant la température.

Chacun de ces abribus coûte quelque 100 millions de wons (71.000 euros).

Un distributeur de gel hydroalcoolique a également été installé.

Les usagers sont invités à porter un masque et à se tenir à une distance d’au moins un mètre des autre passagers.

“Nous avons installé toutes les mesures anti-coronavirus auxquelles nous pensions”, a expliqué à l’AFP Kim Hwang-yun, un des responsables du projet Smart Shelter.

Un réseau wifi gratuit est également proposé.

Depuis leur installation la semaine dernière, chaque abribus a été utilisé quotidiennement par environ 300 à 400 personnes, a indiqué M. Kim.

Les passagers peuvent s’assurer qu’ils ne rateront pas leur bus grâce à un écran qui affiche les heures d’arrivées estimées.

“Je me sens vraiment en sécurité ici parce que je sais que les personnes qui m’entourent ont subi tout comme moi un contrôle de température”, a expliqué à l’AFP Kim Ju-li, une femme au foyer de 49 ans, utilisant pour la première fois cet arrêt de bus innovant.

La Corée du Sud était en février le deuxième pays le plus touché par l’épidémie, après la Chine où elle était apparue. Mais les autorités sud-coréennes sont parvenues à maîtriser la situation au travers d’une stratégie très poussée de tests et de traçage des contacts des personnes infectées, sans même imposer de confinement obligatoire.

La Corée du Sud est souvent citée comme un modèle dans la gestion de la crise sanitaire, avec son programme “dépistage, test et traitement”.

À voir également sur Le HuffPost: Pour Castex, l’épidémie de coronavirus évolue “dans le mauvais sens”

  • Hu chevron_right

    À Kozhikode, en Inde, un avion d'Air India Express dérape lors de son atterrissage

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 7 August - 16:07

INDE - Un avion de ligne transportant au moins 185 personnes s’est brisé en deux ce vendredi 7 août lors d’un atterrissage en catastrophe dans le sud de l’ Inde , faisant craindre des victimes, ont annoncé les autorités et les médias indiens.

L’accident de l’avion de la compagnie Air India Express, en provenance de Dubaï, a eu lieu à l’aéroport de Kozhikode, dans l’État du Kerala. Un député de l’État a indiqué qu’au moins une personne, le pilote, avait péri, tandis que les médias évoquaient des dizaines de personnes hospitalisées.

Plus d’informations à venir...

  • Hu chevron_right

    Bison futé voit noir pour le chassé-croisé. Voilà comment se forment les bouchons

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 31 July - 19:48 · 1 minute

DÉPARTS EN VACANCES - Si “samedi noir” avait une entrée dans le dictionnaire, elle renverrait à celui-ci. Comme en témoigne l’hexagone noir d’encre de Bison futé, en ce week-end du 1er au 3 août où les juillettistes reposés vont croiser les aoûtiens exténués, des centaines de kilomètres de bouchons sont à prévoir. La crise du coronavirus n’y change rien: il faudra prendre son mal en patience.

Mais pourquoi, au fait? Si l’on comprend parfaitement qu’un accident puisse créer un gros ralentissement, certains bouchons semblent parfois surgir de nulle part. En fait, leur apparition est logique. Elle est même physique, et plusieurs scientifiques ont déjà réalisé de nombreuses simulations pour les expliquer.

Le chercheur allemand Martin Treiber a lui carrément mis au point un simulateur de trafic que tout un chacun peut ajuster pour se rendre compte des conditions de formation des embouteillages.

Sur trois situations différentes (un circuit fermé, une bretelle d’autoroute et une diminution du nombre de voies), il est possible de voir le comportement des voitures petit à petit, selon des règles statistiques. Des curseurs permettent de changer le nombre de voitures sur la route, le pourcentage de camions, la vitesse, mais aussi l’accélération ou encore la distance entre deux véhicules.

Regardez dans notre vidéo en haut de l’article quelques exemples de formations de bouchons ou amusez-vous à créer vos propres simulations pour passer le temps pendant les embouteillages.

À voir également sur le HuffPost: Coronavirus: ce qu’il faut faire (et ne pas faire) si vous allez à la plage

  • Hu chevron_right

    Port du masque: À Dijon, un conducteur de tram agressé, deux mineurs en garde à vue

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 31 July - 11:32 · 2 minutes

Plusieurs conducteurs de bus ou de tram en France ont été agressés pour avoir voulu faire respecter l

MASQUE - Deux mineurs étaient en garde à vue ce vendredi 31 juillet après avoir frappé la veille au soir à Dijon un conducteur de tram qui leur demandait de porter leurs masques de protection contre le coronavirus , selon des sources concordantes.

“Deux mineurs sont actuellement en garde à vue pour agression de chauffeur”, a indiqué à l’AFP le parquet de Dijon, sans donner plus de précisions sur ces agresseurs présumés. “Une enquête est en cours”, a ajouté de son côté la direction départementale de la sécurité publique de Côte d’Or.

Des échanges verbaux, puis des échanges de coups

L’incident a eu lieu jeudi vers 18h30, en centre-ville de Dijon. “Le conducteur est sorti de sa cabine. Il a rappelé les consignes du port de masque obligatoire aux voyageurs. Il y a eu des échanges verbaux, puis des échanges de coups. Il a été frappé au visage, le nez ensanglanté”, a raconté à l’AFP Frédéric Pissot, délégué CGT du réseau de transports Divia, confirmant une information de France Bleu Bourgogne .

Le respect des gestes barrières a déjà suscité des “invectives, des menaces” à l’encontre d’agents du réseau qui couvre la métropole de Dijon, “mais c’est la première fois qu’il y a des coups”, a affirmé Frédéric Pissot.

Les pompiers ont confirmé à l’AFP avoir pris en charge jeudi soir un agent de Divia de 52 ans et transféré le “blessé léger” à l’hôpital. “On est relativement inquiet”, a noté Frédéric Pissot, soulignant que “la CGT (avait) demandé le retour de tous les véhicules au dépôt le soir-même” de l’agression, ce que la direction n’a pas voulu accepter. Contactée par l’AFP, Divia a indiqué qu’“une seule personne avait demandé son droit de retrait” et que l’activité du réseau s’était poursuivie normalement.

Des incidents partout en France

Plusieurs incidents de ce type, parfois dramatiques, ont été signalés ces dernières semaines en France. Jeudi soir, un mineur a été placé en garde à vue à Orléans (Loiret) après avoir frappé un conducteur de bus qui réclamait le port du masque. Ce dernier s’est vu prescrire 4 jours d’ITT (incapacité totale de travail) en raison, notamment, d’une blessure à l’œil.

D’après LCI , une conductrice de bus de Nantes (Loire-Atlantique) a signalé à la police qu’un passager ayant refusé de mettre son masque l’avait insultée et lui avait craché dessus, l’atteignant au niveau des bras malgré la vitre de protection. Le trentenaire a été placé en garde à vue.

Un quinquagénaire doit par ailleurs être jugé ce vendredi après-midi à Albi (Tarn) pour avoir menacé de mort une conductrice de bus lui ayant refusé l’accès sans masque.

Le 10 juillet à Bayonne, un chauffeur de bus, Philippe Monguillot, était décédé après avoir été violemment agressé par deux hommes alors qu’il voulait contrôler le ticket d’un passager et exigeait le port du masque pour trois autres. Ce décès avait suscité une profonde émotion et des condamnations unanimes.

À voir également sur Le HuffPost : À Bayonne, des centaines de personnes aux obsèques du chauffeur de bus battu à mort

  • Hu chevron_right

    Coronavirus : tests obligatoires pour les voyageurs venant de 16 pays

    news.movim.eu / HuffingtonPost · Friday, 24 July - 14:17 · 1 minute

TRANSPORT - En viste ce vendredi 24 juillet à l’aéroport de Roissy, le Premier ministre Jean Castex a annoncé de nouvelles mesures afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus. Le chef de gouvernement a ainsi indiqué, que comme décidé dans la matinée en Conseil de Défense, les tests seraient obligatoire pour les voyageurs revenant de 16 pays en particulier.

Il s’agit de pays où la “situation virale est particulièrement forte”. Comme l’a rappelé Jean Castex, les pays concernés ayant leur frontière fermées, cette obligation concerne essentiellement des Français qui y résident, ou des habitants des pays qui disposent d’une résidence stable en France. “Il ne s’agit donc pas de flux massifs”, a précisé le Premier ministre.

Relevant qu’il sera difficile pour ces voyageurs de se faire tester avant la montée dans l’avion, Jean Castex a expliqué que le gouvernement avait donc décidé de généraliser les tests à l’arrivée. Le test sera fait après les formalités douanières. En cas de positif les voyageurs devront effectuer une quatorzaine.

Un dispositif qui est en train d’être mis en place et qui sera opérationnel au plus tard le 1er août.

Plus d”informations à venir...

À voir également sur Le HuffPost: À Orly, le premier décollage depuis 3 mois a eu droit à un “water salute”